top of page
  • Photo du rédacteurAA

Au suivant: Dr Hamlaoui Ibtissem, sexe et politique… les dates, les lieux, son parcours sont f

Au suivant: Dr Hamlaoui Ibtissem, sexe et politique… les dates, les lieux, son parcours sont facile à retracer.

Affaire de mœurs, adultère… Le Général-Major Saïd Chanegriha et le Général Abdelghani Rachdi Directeur général de la DGSI.

Empêtré dans un scandale aux relents d’adultère, le colonel Dalil Hamdi alias «Taoufik» avait fait l’objet d’une procédure de divorce engagée contre lui par son épouse.

En effet, le haut de cadre (Dalil Hamdi alias «Taoufik») de la Direction générale de la sécurité intérieure dirigée, par le général Abdelghani Rachedi, entretient des relations intimes avec la députée FLN « Dr » Hamlaoui Ibtissem connue à Alger pour ses accointances avec les services.


Ce scandale est venu ternir l’image d’une institution peu aimée par les Algériens en raison du comportement de ses membres. La DGSI joue un rôle prépondérant dans la répression qui s’abat sur les activistes du Hirak et sur les journalistes. La sinistre caserne Antar (Abla) qui dépend de la DGSI est devenue un lieu de passage pour des dizaines de personnes arrêtées en marge des protestations que connaît aujourd’hui le pays.

Usurpation du titre du docteur en chirurgie

Dans l’intention de tromper les algériens sur la valeur de ses titres, les dates, les lieux, son parcours sont facile à retracer.

Hamlaoui Ibtissem, n’a obtenu aucun diplôme en chirurgie cardiaque.

Article L4162-1

L’usage sans droit de la qualité de médecin, de chirurgien-dentiste ou de sage-femme ou d’un diplôme, certificat ou autre titre légalement requis pour l’exercice de ces professions est puni comme le délit d’usurpation de titre prévu à l’article 433-17 du code pénal.

Les personnes morales déclarées responsables pénalement, dans les conditions prévues par l’article 121-2 du code pénal, de l’infraction définie au présent article encourent l’amende prévue à l’article 433-17 du code pénal suivant les modalités prévues par l’article 131-38 du même code, ainsi que les peines prévues aux 2° à 4° de l’article 433-25 du même code.

Le non-respect des dispositions de l’article L. 4111-5 est assimilé à une usurpation du titre de médecin, de chirurgien-dentiste ou de sage-femme.

Article 433-17

L’usage, sans droit, d’un titre attaché à une profession réglementée par l’autorité publique ou d’un diplôme officiel ou d’une qualité dont les conditions d’attribution sont fixées par l’autorité publique est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

Les personnes physiques ou morales coupables du délit prévu à la présente section encourent également la peine complémentaire suivante : interdiction de l’activité de prestataire de formation professionnelle continue au sens de l’article L. 6313-1 du code du travail pour une durée de cinq ans.

Sexe et politique La fonction d’homme – ou de femme – politique implique une excitation non-stop, nerveuse ou physique. «On est tout le temps au milieu des autres, en train de séduire, de décider, d’agir, dans un état d’éveil sensoriel permanent», rappelle le psychanalyste Serge Hefez.
Des faveurs sexuelles en échange de….

C’est, selon Hichem Aboud, la principale qualité pour laquelle s’est retrouvée en deuxième position de la liste des candidats FLN au niveau de la circonscription électorale de la Zone 1 (France – Nord), Ibtissem Hamlaoui, une femme qui adore cette ambiance d’adrénaline et l’attraction que représente le pouvoir.

C’était lors des élections législatives de 2017.

La jeune étudiante était alors toute fraîche du haut de ses 26 ans. Elle semble aujourd’hui bien partie pour succéder à l’ancienne élève de Abou Djerra Soltani, Naima Salhi, si on sen tient à ses dernières déclarations très méprisantes sur les pères, les mères et les enfants d’Algérie qui sortent pour demander un pays qui offre un minima de dignité et un personnel politique un peu plus qualifié et moins corrompu !

La candidature de cette pulpeuse de 26 ans au regard enflammé originaire de Guelma avait d’ailleurs provoqué un tollé au sein de la diaspora FLNistes. Cette dernière l’avait fait savoir à travers l’Association de la Communauté Algérienne Etablie à l’Etranger (ALCALEE) qui avait contesté cette nomination dans une lettre, rapportée par Algérie Focus, adressée à la Haute Instance Indépendante de Surveillance des Elections sur la liste du FLN France-Nord.

Parmi ce qui était reproché à ce choix, le fait que cette demoiselle n’avait jamais été militante du FLN et comme le mentionne Hichem Aboud dans son témoignage, avait une carte de résidence en France valide à peine pour une année.

« Dr » Hamlaoui Ibtissem, avait déclaré qu’elle n’arrive pas à faire la sieste à cause des marches (Hirak) du vendredi


Saida Benhabyles (fille d’Iblis): espionnage, détournement d’aides humanitaires…via son « croissant rouge »

Saïda Benhabyles[/caption]

Algérie / Saida Benhabyles: espionnage, détournement d’aides humanitaires…via son « croissant rouge »…

L’OLAF accuse l’Algérie et  le Polisario de détournement

Le Croissant-Rouge algérien est le premier acteur de ce détournement des aides humanitaires

Le rapport de l’OLAF,  explique dans le menu détail comment le Croissant-Rouge algérien est le premier acteur de ce détournement de l’aide débarquée d’abord au port d’Oran avant de tomber dans les circuits de contrebande polisariens qui profitent de cette manne financière pour acquérir des armes, mais aussi et surtout des biens immobiliers personnels en Espagne.

Des moyens sophistiqués pour localiser les caches de stockage de l’aide détournée

L’ESISC affirme que l’Office européen de lutte anti-fraude a utilisé les moyens les plus sophistiqués pour prouver le détournement par l’Algérie et le Polisario des aides humanitaires destinées aux camps de Tindouf. Selon la même source, l’OLAF est allé jusqu’à dissimuler des balises de géo-localisation dans des containers destinés au Polisario. «A l’arrivée, les découvertes qui ont été faites valaient bien cet effort inédit : ainsi, une fois que l’aide humanitaire arrive à Oran, elle met en moyenne 48 jours pour être finalement acheminée aux camps de Tindouf alors qu’une grande partie des chargements ne parvient jamais aux populations sahraouies dans le besoin».

L’ESISC rapporte que «le récent rapport de l’OLAF détaille comment le Croissant-Rouge algérien est le premier bénéficiaire du détournement de l’aide, suivi par les dirigeants du Front Polisario qui profitent de cette manne financière pour acquérir des armes, mais aussi et surtout des biens immobiliers personnels aux Canaries ou en Espagne». «Les enquêteurs de l’OLAF sont allés jusqu’à localiser avec précision les caches utilisées par les chefs du Polisario pour stocker l’aide détournée avant de la redistribuer sur les marchés subsahariens. Ils ont également identifié les responsables du front Polisario coupables de ces détournements et ont retrouvé une partie des villas de luxe achetées dans le sud de l’Europe», note l’ESISC.

Le site italien informazione.campania.it rapporte le témoignage de plusieurs députés européens qui accusent le duo Polisario-Algérie d’être derrière l’accaparement des aides humanitaires pour des besoins affairistes. Ils exigent du Croissant rouge algérien, seul interlocuteur des donateurs, de livrer à l’UE un rapport détaillé sur les raisons de la disparition des aides destinées aux camps de Lahmada.

Saïda Benhabiles est un agent des Services Secrets françaisIl n’y a pas de fumée sans feu:

La vidéo en question montre le politologue français Eric Dénécé, directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement. Elle évoque la mission en Libye d’une délégation de personnalités internationales en avril 2011, en plein «printemps » arabe. (Saida Benhabyles membre de cette délégation).


Népotisme : comment les dirigeants politiques et militaires placent leurs enfants à Air Algérie

Le népotisme, c’est la première maladie qui menace dangereusement la compagnie nationale Air Algérie. Plus qu’une maladie, un véritable fléau.

Bienvenue à bord de la compagnie familiale Air Algérie (Air Couscous)

La compagnie nationale aérienne serait devenue la propriété familiale des gens proches du régime qui se seraient accaparé des principaux postes dont certains, fictifs, créés sur mesure.

Dans la famille Bouteflika


  1. Le frère du président de la république, Abdelghani BOUTEFLIKA, qui occupe le poste de conseiller juridique au sein d’Air Algérie.

  2. La belle-sœur du second frère du président Saïd BOUTEFLIKA : Madame KRAIBA, travaille à l’agence d’Air Algérie de Paris.

Dans la famille des soutiens à Bouteflika

  1. Le fils d’Aboudjerra SOLTANI, ancien ministre, directeur de l’une des agences d’Air Algérie à Alger.

  2. Le fils de Saïda BENHABILES, présidente du croissant rouge algérien, Chokri, Travaille à l’agence d’Air Algérie à Londres comme directeur d’agence.

  3. Le frère du président du Syndicat National des Magistrats Algériens Djamel AIDOUNI, Ismail AIDOUNI, occupe un poste à l’agence d’Air Algérie à Tlemcen.

  4. Le fils du député Djamel BOURAS, ancien ministre, travaille au bureau d’Air Algérie à l’aéroport de Lille, France.

  5. La fille de président du sénat Abdelkader BENSALAH, Madame SALHI, occupe un poste à l’agence d’Air Algérie à Paris.

  6. Le frère du président de l’UGTA Abdelmadjid SIDI-SAÏD, directeur de l’agence d’Air Algérie à Lille, France.

  7. La Fille de MAHI colonel du DRS, occupe un poste à l’agence d’Air Algérie à Marseille, France.

  8. La fille du colonel à la retraite ATTIA du DRS qui vient d’être nommé comme ambassadeur aux empirâtes, travaille à l’agence d’Air Algérie à Marseille en France (après avoir refusé un poste au consulat de Marseille)

  9. La fille du général à la retraite Abdelmalek GUENAÏZIA Ex chef d’état-major, occupe un poste à l’agence de Genève d’Air Algérie et son mari est directeur financier à la même agence.

  10. La fille du général en retraite Mohamed ATAILIA, travaille au bureau d’Air Algérie à l’aéroport de Genève en suisse.

  11. La nièce de Yahia Guidoum, ancien ministre et sénateur, Imène (22 ans), à l’agence d’Air Algérie à Paris

  12. La nièce de Mohamed Bedjaoui, ancien ministre des Affaires étrangères, à l’agence d’Aire Algérie à Nice, France.

Dans la famille du gouvernement

  1. La femme du ministre de l’industrie et des mines, Abdeslam BOUCHOUAREB, occupe un poste au bureau d’Air Algérie à l’aéroport d’Orly en France.

  2. Le frère du ministre des transports, Amar GHOUL, travaille à l’agence d’Air Algérie de la wilaya de Chlef.

  3. La fille du ministre de l’intérieur, Tayeb BELAIZ, travaille à l’agence d’Air Algérie de Toulouse, France.

Dans la famille des copains

  1. Un proche du PDG d’Air Algérie Mohamed Salah BOULTIF, occupe le poste de directeur de l’agence d’Air Algérie à Lille, France..

  2. Le fils du président de la FAF (Fédération Algérienne du Football) Mohamed RAOURAOUA, occupe un poste à l’agence d’Air Algérie à Nice, France.

La liste serait encore longue. 

Charité ordonnée commence par soi-même



Le passé sanguinaire de Saïda BenhabylesSaïda Benhabyles, membre du gouvernement de Belaid Abdesselam 1992, avec son homologue le sanguinaire général Khaled Nezzar, artisan de la décennie noire (250.000 morts!)

  1. Ministre de la défense nationale : Khaled Nezzar. remplacé par Liamine Zeroual, le 10 juillet 1993

  2. Ministre des affaires étrangères : Lakhdar Brahimi. remplacé par Redha Malek, le 3 février 1993

  3. Ministre de la justice : Abdelhamid Mahi Bahi. remplacé par Mohamed Teguia, le 17 novembre 1992

  4. Ministre de l’intérieur et des collectivités locales : Mohamed Hardi

  5. Ministre de l’éducation nationale : Ahmed Djebbar

  6. Ministre de l’industrie et des mines : Abdenour Keramane. remplacé par Belkacem Belarbi, le 3 février 1993

  7. Ministre des moudjahidines : Brahim Chibout

  8. Ministre de l’agriculture : Mohamed Elyes Mesli

  9. Ministre des affaires religieuses : Sassi Lamouri

  10. Ministre de l’habitat : Farouk Tebbal

  11. Ministre de la santé et de la population : Mohamed Seghir Babes

  12. Ministre du travail et des affaires sociales : Mâamar Benguerba. remplacé par Tahar Hamdi, le 3 février 1993

  13. Ministre de la formation professionnelle : Djelloul Baghli

  14. Ministre du tourisme et de l’artisanat : Abdelwahab Bakelli

  15. Ministre de la communication et de la culture : Hamraoui Habib Chawki

  16. Ministre de la jeunesse et des sports : Abdelkader Khamri

  17. Ministre des postes et télécommunications : Tahar Allan

  18. Ministre des transports : Mokhtar Meherzi. remplacé par Mohand Arezki Isli, le 3 février 1993

  19. Ministre de l’énergie : Hacène Mefti

  20. Ministre de l’équipement : Mokdad Sifi

  21. Ministre délégué au trésor : Ahmed Benbitour

  22. Ministre délégué auprès du Ministre de l’intérieur et des collectivités locales, chargé de la sécurité publique, directeur de la sûreté nationale : M’Hamed Tolba

  23. Ministre délégué au budget : Ali Brahiti

  24. Ministre délégué au commerce : Tahar Hamdi remplacé par Mustapha Mokraoui, le 3 février 1993

  25. Ministre conseiller auprès du chef du gouvernement, Ministre conseiller aux affaires juridiques et administratives : Meriem Belmihoub nommé le 25 octobre 1992

  26. Ministre délégué auprès du chef du gouvernement, chargée de la solidarité nationale: Saïda Benhabyles nommée le 25 octobre 1992

  27. Ministre délégué auprès du Ministre de l’économie, chargé de la petite et moyenne entreprise: Réda Hamiani nommé le 25 octobre 1992

  28. Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’éducation nationale, chargé de l’enseignement fondamental et secondaire : Tahar Zerhouni nommé le 25 octobre 1992

  29. Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’éducation nationale, chargé de l’enseignement supérieur : Tayeb Chérif nommé le 25 octobre 1992

  30. Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’éducation nationale, chargé de la recherche scientifique : Malika Allab nommée le 25 octobre 1992

  31. Ministre délégué auprès du Ministre des affaires étrangères, chargé de la coopération et des affaires maghrébines : Abdelaziz Khellef nommé le 24 novembre 1992

Cette chanson me rappelle une certaine Ibtissem Hamlaoui. Au suivant Au suivant Tout nu dans ma serviette qui me servait de pagne J’avais le rouge au front et le savon à la main Au suivant Au suivant J’avais juste vingt ans et nous étions cent vingt À être le suivant de celui qu’on suivait Au suivant Au suivant J’avais juste vingt ans et je me déniaisais Au bordel ambulant d’une armée en campagne Au suivant Au suivant Moi j’aurais bien aimé un peu plus de tendresse Ou alors un sourire ou bien avoir le temps Mais au suivant Au suivant Ce ne fut pas Waterloo, non, non mais ce ne fut pas Arcole Ce fut l’heure où l’on regrette d’avoir manqué l’école Au suivant Au suivant Mais je jure que d’entendre cet adjudant de mes fesses C’est des coups à vous faire des armées d’impuissants Au suivant Et au suivant Je jure sur la tête de ma première vérole Que cette voix depuis je l’entends tout le temps Au suivant Au suivant Cette voix qui sentait l’ail et le mauvais alcool C’est la voix des nations et c’est la voix du sang Au suivant Au suivant Et depuis chaque femme à l’heure de succomber Entre mes bras trop maigres semble me murmurer Au suivant Au suivant Tous les suivants du monde devraient se donner la main Voilà ce que la nuit je crie dans mon délire Au suivant Au suivant Et quand je ne délire pas j’en arrive à me dire Qu’il est plus humiliant d’être suivi que suivant Au suivant Au suivant Un jour je me ferai cul-de-jatte ou bonne sœur ou pendu Enfin un de ces machins où je ne serai jamais plus Le suivant Le suivant

27 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page