top of page

Agriculture, Tourisme... Comment l'algérie veut provoquer l'effondrement et la paralysie de l'économie de la Tunisie



L'économie de la Tunisie est diversifiée et articulée principalement autour de l'agriculture, le tourisme...

Considéré comme l’un des piliers de l’économie tunisienne, le secteur de l’agriculture et de la pêche représentait, en 2020, 10,2 % du PIB et 18 % des emplois, surtout dans les zones défavorisées. Fortement impactée par les différentes crises économiques qui ont secoué le pays -la dernière en date étant celle liée à la pandémie mondiale-, l’agriculture tunisienne a su faire preuve d‘une grande résilience grâce à l’implication des investisseurs privés dans les activités exportatrices. Le secteur souffre néanmoins d’un recul des investissements publics, d’un faible accès aux crédits, d’un manque de structuration des filières et d’une prise en compte insuffisante des enjeux climatiques.

La Tunisie occupe le second rang mondial (derrière l’Espagne) des pays producteurs d’huile d’olive. Lors de la campagne 2019/2020, 400 000 tonnes ont en effet été produites. 365 000 d’entre elles ont été destinées à l’export, vers 54 pays, pour une valeur totale de l’ordre de 2,23 Mds TND. Avec plus de 5 M de palmiers de plus de 200 variétés, la Tunisie se distingue également par ses très bons résultats en matière de production de dattes. Premier pays exportateur en termes de valeur, grâce à la variété deglet nour, la Tunisie a exporté 35 135 tonnes de dattes entre le 1er octobre 2020 et le 7 janvier 2021, ce qui a généré des revenus équivalant à 241 M TND. La Tunisie dispose actuellement de 14 indications géographiques (IG) enregistrées, dont, à titre d’exemple, l’huile d’olive de Teboursouk, les vins Grand Cru de Mornag ou Coteaux de Tebourba, les figues de Djebba, les grenades de Gabès. Sans oublier les pommes de Sbiba ou les dattes deglet nour.

Comment l'algérie veut provoquer l'effondrement et la paralysie de l'économie de la Tunisie

Le changement climatique, dont le symptôme le plus visible mais aussi le plus redoutable est la sécheresse, a exhumé des contentieux non seulement entre Etats voisins mais entre peuples qui se disent frères. Ainsi, les ressources naturelles, loin d’être une raison pour les pays qui les partagent de s’unir, deviennent un casus belli et un motif de se battre pour se les approprier. Plus particulièrement, dans la région de l’Afrique du Nord, les eaux souterraines font l’objet de litiges, dont la localisation est difficile à déterminer, bien que l’on sache qu’elles appartiennent à la Libye, à la Tunisie et à l’algérie elle-même.

La crise de la sécheresse donne lieu à des avertissements concernant la menace qui pèse sur les ressources en eaux souterraines partagées par les trois pays, en particulier sur l’approvisionnement traditionnel en eau potable et sur l’irrigation de la région. Les eaux de l’immense aquifère partagé par les trois pays, le bassin de Ghadamès, pourraient être une source de litige et de conflit entre les trois pays, prévoit même le portail méditerranéen de référence Atalayar.

C’est que, explique-t-il, la tendance de l’algérie à utiliser les eaux souterraines pour explorer et extraire le gaz de schiste, qui menace l’environnement et la qualité de vie de la population et pourrait également être une source d’instabilité politique en algérie, est peut-être l’indicateur le plus important du différend sur les ressources en eaux souterraines de la région.

En effet, de nombreux algériens refusent de faire confiance à leur gouvernement, qui sacrifie les ressources vitales des générations futures pour des gains temporaires à court terme. Un système de distribution d’eau potable basé sur des quotas a été mis en place et les investissements dans d’autres activités ont été évités. Néanmoins, l’algérie a construit le barrage d’Ain El Dalia, d’une capacité de 75 millions de mètres cubes (m³), sur l’Oued Medjerda, inauguré en 2017.

Des craintes malgré les accords bilatéraux

La baisse des précipitations a considérablement réduit le niveau de stockage de l’eau dans les barrages, ce qui a affecté la production agricole le long des rives de nombreuses zones communes, en particulier entre l’algérie et la Tunisie, et même dans chaque pays séparément.

Cependant, les informations recueillies auprès de sources algériennes soulignent que «les ressources en eau partagées entre l’algérie et la Tunisie, notamment celles de Souk Ahras et de l’Oued Medjerda, sont régies par des accords bilatéraux » et que « les barrages construits à l’est de l’algérie contribuent à ce risque, soulignant que ces craintes sont injustifiées, car en plus de ne pas être en service, ils ne dépendent pas d’une source unique d’approvisionnement en eau».

La guerre de l’eau va-t-elle finalement éclater entre la Tunisie et l’algérie?

«La compétition grandissante pour l’accès à l’eau va très certainement devenir une source de conflits et de guerres.» Kofi Annan, 2001, SG de l’ONU. «La rareté de l’eau peut catalyser les guerres.» Ban Ki-moon , 2007, SG de l’ONU. «L’eau pourrait être un facteur de déclenchement de conflits, comme le pétrole l’était dans le passé.» Wally N'Dow, 1996, SG de l’ONU.

La Libye a été le premier pays à reconnaître l’ampleur de la sécheresse et la nécessité pour le pays de mettre en place des projets d’irrigation, en réalisant un projet intitulé «La rivière artificielle» pour fournir de l’eau potable à la capitale et aux villes de l’ouest à partir d’un bassin commun (Libye, Tunisie et algérie).

Lors du sommet des Nations unies sur l’eau, le vice-président du Conseil présidentiel libyen, Moussa al-Koni, a appelé les gouvernements locaux à «mettre en place une commission conjointe pour le développement des ressources en eau dans les bassins fluviaux communs du bassin de Ghadamès».

Actuellement, le taux d’exploitation est concentré dans 6 500 puits d’extraction d’eau souterraine, dont la moitié appartient à la Libye, 1 200 à la Tunisie et 1 100 à l’algérie.

Ces chiffres ne correspondent pas à la quantité d’eau du bassin fluvial partagé par les trois pays, qui s’étend sur plus d’un million de kilomètres carrés, dont la majeure partie (700 000 kilomètres carrés) se trouve en algérie, quelque 260 000 kilomètres carrés en Libye et 60 000 kilomètres carrés en Tunisie.

Quid de la Medjerda !

Comme c’est le cas à proximité des barrages, les cultures et l’irrigation qui en dépendent ont considérablement diminué ces dernières années, les autorités sacrifiant la production agricole au profit de la conservation de l’eau potable à Souk Ahras et à Tebessa en algérie, ainsi qu’à Oued Medjerda en Tunisie.

Selon des rapports locaux en Tunisie, les sécheresses de ces dernières années ont affecté les niveaux d’eau de l’Oued Medjerda et de ses barrages, tandis qu’en algérie, une série de barrages ont été construits dans la région supérieure de Souk Ahras, ce qui affecte la quantité d’eau reçue par les bassins hydrographiques tunisiens.

En Tunisie, on craint que l’algérie ne monopolise les eaux communes en augmentant les réservoirs dans la vallée de la Medjerda et en les convertissant en terre algérienne, empêchant ainsi la Tunisie de bénéficier des eaux de la vallée, alors que son voisin oriental est en proie à une crise.

Tourisme

Le tourisme en Tunisie est l'un des secteurs importants de l'économie de la Tunisie et une source de devises pour le pays. Le tourisme a un effet d'entraînement sur d'autres secteurs économiques, tels que les transports, les communications, l'artisanat, le commerce et le bâtiment.

Comment l'algérie veut provoquer l'effondrement et la paralysie de l'économie de la Tunisie

En 2023, la Tunisie s’est avérée être la destination la plus prisée parmi les Algériens.

Rien que durant cette année, plus de deux millions d’Algériens se sont rendus dans ce pays, selon les chiffres proposés par le quotidien El Watan.

Ils ont franchi la frontière tunisienne principalement en voitures, le pic de 12.000 véhicules ayant été enregistré au mois d’août, a précisé le ministre tunisien du Tourisme.

La Tunisie, sous la présidence de Kaïs Saïed, est devenue un Etat vassal, voire une simple wilaya relevant de la souveraineté algérienne.

195 vues0 commentaire

Comments


bottom of page