top of page

Le Polisario un proxy de l'Iran en Afrique du Nord selon le "DIE WELT" allemand.


L'Iran est à l'origine de toutes ces activités DIE WELT

Dans un article publié par le journal allemand Die Welt, Christine Kenshi a révélé que les rapports des agences de renseignement et des enquêteurs occidentaux montraient que Téhéran s'efforçait depuis plusieurs années d'étendre son influence, à travers un réseau mondial de milices qu'il soutient militairement, financièrement et techniquement pour les exploiter, dans sa lutte contre l’occident en général et contre les Etats-Unis et Israël en particulier

"Israël n’est pas seulement attaqué par ses voisins. J'ai des informations des services secrets qui montrent qu'il existe une piste jusqu'au Sahara. Une milice contre Israël s'y forme - et ses dirigeants discutent au téléphone de projets effrayants." Christine Kensche

Ce réseau s’est étendu au Polisario, abrité par l’Algérie, considéré comme l’exemple le plus marquant de l’approche expansionniste de Téhéran. On comprend pourquoi ce groupe armé s'est retiré du cessez-le-feu parrainé par l'ONU en 1991, pour reprendre les combats contre le Royaume en 2020.

Le Maroc avait auparavant révélé que l'Iran avait fourni aux membres du Polisario des missiles sol-air et des drones et qu’il avait établi des camps en Algérie où il forme toujours des mercenaires.

En 2018, le Maroc a rompu ses relations avec l’Iran en raison de ce soutien aux séparatistes. Le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avait alors déclaré que le Hezbollah «avait envoyé des représentants militaires au Front Polisario, lui avait fourni des armes et l’avait entraîné à la guerre urbaine».

Les dirigeants du Front Polisario et du Hezbollah ont nié ces accusations, tandis que les autorités marocaines ont confirmé qu'elles étaient en possession d'un important dossier comprenant des rapports détaillés et des images satellite des réunions entre les représentants du Hezbollah et du Polisario en Algérie.

Le Maroc avait précisé que l'Iran avait également contribué à l'organisation de rencontres entre le Polisario et le Hezbollah à travers son ambassade en Algérie. La confirmation allait venir des séparatistes eux-même puisqu’un de leur représentants a déclaré l’année dernière que l’Iran leur fournissait, via la médiation algérienne, des drones « kamikaze » qu’ils pourraient utiliser contre le Maroc.

Les nouveaux rapports des services de renseignement confirment l'authenticité des rapports marocains. Die Welt a obtenu des enregistrements et des transcriptions de conversations téléphoniques entre des représentants du Polisario et un agent qui se dit un contact du Hezbollah de Côte d'Ivoire nommé Mustafa Muhammad Al-Amin Al-Kitab, qui est l'officier de liaison du Polisario en Syrie et responsable du Moyen-Orient.

Le Polisario a pris de l’importance pour Téhéran depuis la signature des accords d’Abraham. Il est devenu l’axe principal des tentatives de l'Iran pour déstabiliser l’Afrique du nord.

Au début de l'année, Die Welt révélait l'existence d'un réseau de transferts de fonds opérant depuis l'Espagne et les camps de Tindouf en Algérie et entretenant des contacts étroits avec le Polisario, l'Iran, le Liban et le Hezbollah.

Le journal a ajouté également que l’Iran dissimule son aide financière au Hezbollah et au Hamas, et peut-être aussi au Polisario, via des flux de trésorerie presque impossibles à retracer.

A lire aussi: Attaques terroristes d’Es-Smara confirment le caractère terroriste du polisario et de son hôte 👇🏿


Comments


bottom of page