top of page

Coupe du Monde de Football 2022: Racisme quand tu les tiens !... Analyse


Vous pouvez penser que ce qui est arrivé n'était pas trop grave, mais pour la personne en face cela peut être différent. On cherche souvent à se justifier et à minimiser son implication. Grave erreur ! Pour se faire pardonner, il faut bien choisir ses mots et accepter ses responsabilités.

C’est ce qu’a étudié John List, professeur à la Chicago Booth School of Business. Après une mauvaise expérience lors d’un trajet en Uber, il s’étonne de ne pas recevoir d’excuses de la part de l’entreprise de VTC. Il propose alors ses services à l’entreprise pour observer l’effet que des excuses peuvent produire sur des clients insatisfaits.

John List découvre que si présenter ses excuses après une mauvaise expérience aident à faire passer la pilule, elles sont ensuite contre-productives quand les aléas se produisent à plusieurs reprises. Dans ce cas, le client a l’impression qu’on le prend pour un idiot. Ainsi, lorsque l’on fait ses excuses, nos paroles impliquent une forme d’engagement envers l’interlocuteur : c’est un moyen de dire que nous ne referons pas la même erreur. Il faut donc ensuite s’y tenir !

Le Maroc dans l'histoire, premier pays africain en demi-finales d'une Coupe du monde

Sensationnel. Monumental. Historique. Ça ne s'était jamais vu. En 1990, l'Angleterre avait brisé le rêve du Cameroun (3-2), à une dizaine de minutes de l'extase. En 2002, le Sénégal avait été crucifié au but en or par la Turquie (0-1). En 2010, il s'en était fallu à un penalty - et quelques centimètres - au Ghana contre l'Uruguay (1-1, 4-2 t.a.b). L'honneur du dernier carré est finalement revenu au Maroc.

Après avoir fait tomber l'Espagne (0-0, 0-3 t.a.b) en huitièmes de finale, atteignant les quarts de finale pour la première fois de leur histoire, les "Lions de l'Atlas" ont gravi une nouvelle montagne, samedi 10 décembre, pour devenir le premier pays africain demi-finaliste d'une Coupe du monde. Les hommes de Walid Regragui ont surpris le Portugal (1-0), grâce à un but de la tête "ronaldesque" de Youssef En-Nesyri (42e), qui a devancé le gardien portugais Diogo Costa, auteur d'une sortie aérienne ratée.

Ne pas se réjouir du bonheur des autres

Que nous le voulions ou non, nous connaissons tous l'envie. Le désir d'avoir ce que les autres ont; le sentiment que la réussite de quelqu'un témoigne de notre propre échec. L'envie s'accompagne souvent d'un sentiment de culpabilité : nous aimerions être heureux pour les autres et célébrer leurs succès, mais quelque chose nous en empêche inévitablement.

Tout d'abord, il est important de préciser que l'envie et la jalousie sont deux choses différentes. La jalousie est la peur de perdre quelque chose ou quelqu'un et entraîne de la méfiance, de la colère et de l'anxiété. L'envie est un sentiment de désir mêlé d’irritation et de haine. «La jalousie survient lorsque vous avez quelque chose et qu'on vous l'enlève, comme un partenaire ou un emploi, explique le psychologue néerlandais Bjarne Timonen. L'envie concerne quelque chose que vous n'avez pas encore, et vous êtes envieux de la personne qui l’a.»

Pourquoi la réussite dérange et crée de l'envie.. Deux explications peuvent être avancées:

  1. Ils pensent que le succès est limité;

  2. Ils estiment mériter ce que l'autre possède.

Un animateur danois compare les joueurs marocains à des singes, la chaîne TV2 s’excuse
Un animateur danois dérape en directe et compare les joueurs marocains à des singes

En effet, l'animateur, Christian Hogh Andersen de la télévision danoise a osé une comparaison très choquante alors qu'il évoquait la relation qu'entretenait les joueurs de Walid Regragui avec leurs mamans, très présentes au Qatar. La chaîne a présenté ses excuses.

Un animateur à la télévision danoise TV2 s’excuse après avoir comparé des joueurs de football à des singes.

Durant la coupe du monde au Qatar, de nombreux joueurs marocains ont célébré chaque succès de l’équipe avec leurs mamans, parfois même les invitant sur le terrain pour fêter la victoire.

L’animateur danois Christian Hogh Andersen dans un dérapage en directe à la télévision TV2 a comparé les liens fusionnels qu’entretiennent les joueurs avec leurs mamans aux relations qui lient les singes entre eux. Sur une vidéo, on peut voir une photo sur laquelle se trouve des singes.

"C'était à la télévision danoise "TV 2 News" où les animateurs assimilent en plaisantant les joueurs Marocains étreignant leurs mères après les matchs avec des singes. "Parce qu'ils se serrent les coudes, ils font ça aussi lors des réunions de famille au Qatar et au Maroc" en brandissant des photos de singes."

Messi et sa famille
La chaîne de télévision la TV 2 News a présenté ses excuses.

Après cet incident raciste, la chaîne danoise TV2 a présenté ses excuses, « Pour le commentaire inapproprié et offensant d’un animateur ».

L’animateur a ensuite indiqué : «Je suis vraiment désolé d’avoir faitune comparaison totalement erronée. Cela n’a jamais été mon intention, mais c’est à la fois faux et offensant, et je tiens à m’en excuser».

"Joueurs de football des terroristes de Daech" la chaîne allemande Welt... La chaine allemande Welt présente ses excuses
Sur la photo: Robin Gosens, un footballeur international allemand

Les médias allemands poursuivent toujours leurs attaques contre les Lions de l’Atlas, entamées, pour différentes raisons, depuis le coup d’envoi des matchs de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Cette fois-ci, c’est au tour de la chaîne Welt de faire un très grave dérapage raciste et non professionnel en assimilant des joueurs marocains à des membres de l’Etat islamique.

Malgré leur victoire 4-2 face au Costa Rica, jeudi 1er décembre, les Allemands sont éliminés dès le premier tour, comme en 2018, en raison de la défaite de l’Espagne contre le Japon (2-1) dans l’autre match du groupe E.

Ainsi, la chaîne de télévision privée allemande Welt a assuré qu’une «photo de l'équipe nationale marocaine de football agace», ajoutant que sur la photo, «trois joueurs posent avec le drapeau marocain, fléchissant les bras et pointant leur index droit vers le haut». Un salut qui serait «approprié par le soi-disant "État islamique"» (Daech).

Ainsi, cette chaine vient dicter aux africains et aux musulmans ce qu'ils doivent faire...
Les joueurs allemands se sont couvert la bouche en signe de protestation contre la décision d'interdire aux nations de porter le brassard de capitaine One-Love lors de la Coupe du monde.

La chaîne a ainsi assuré que “la photo de l’équipe nationale marocaine a créé de l’irritation”, puisque celle-ci “capture trois joueurs tenant le drapeau marocain et pointant leur index vers le ciel” et a affirmé qu’il s’agit d’un “geste que le soi-disant État islamique a adopté” et que “les combattants d’Etat islamique utilisent souvent après des conquêtes”.

Le présentateur allemand ajoute en toute confiance qu’ “on ignore si les joueurs marocains étaient conscients de la signification de cette salutation” tout en diffusant, parallèlement à la photo des trois joueurs, des images des membres de Daech posant avec le même geste, afin de les associer à des terroristes.

Ce reportage, critiqué par plusieurs médias et internautes, a été considéré comme de la propagande anti-musulmans, un acte raciste, visant à propager de fausses informations et à semer la haine contre l’équipe du Maroc, la seule équipe arabe et musulmane ayant réussi à se qualifier en demi finale de la Coupe du monde, remportée plusieurs fois par l’Allemagne.

Il raccourci de la chaine allemande a vite été choisi pour nuire à l’image parfaite de ces joueurs qui ont fait la Une des médias du monde pour avoir non seulement brillé dans la compétition mais ont montré l’exemple de l’humilité, du respect et ont touché le public pour leurs valeurs familiales.

La chaine Welt a cherché à détruire toute cette aura positive autour des Lions de l’Atlas en les associant à des terroriste simplement parce qu’ils sont maghrébins, arabes et musulmans, le profil parfait pour alimenter leur propagande raciste honteuse et grave.

Ce geste, utilisé par les musulmans depuis plusieurs siècles, est un rappel de l’unicité de Dieu et une affirmation de la foi, ce que le média reconnaît tout en affirmant qu’il a été "approprié par les djihadistes".

L'entraîneur allemand de l'équipe de Liverpool, Jürgen Klopp a réagi à ce dérapage, rappelant à la chaîne privée allemande que les trois joueurs ont levé leurs index vers le ciel pour signifier qu’ils doivent à Dieu le mérite de la qualification de leur équipe en demi-finale de la Coupe du monde.

Ces joueurs ont fait ce geste pour rappeler que ce qu’ils ont réalisé a été fait par la grâce de Dieu. Lever son index vers le ciel n’est pas seulement musulman, il est universel, et les joueurs marocains ne sont pas les seuls à l’avoir utilisé après une victoire.

Neymar, Messi, Kaka, les plus grands joueurs de football au monde font ce même geste tout en étant chrétiens, comme célébration de but et même lors de ce Mondial 2022, et ils n’ont jamais fait l’objet d’une comparaison avec l’Etat islamique.

Avant la chaîne Welt, le journal allemand de gauche Taz avait attaqué les joueurs de l'équipe nationale marocaine, les accusant d'antisémitisme, pour avoir hissé le drapeau palestinien lors de leurs célébrations après la fin des matches qu'ils ont disputés au Mondial 2022.

La chaine allemande Welt présente ses excuses aux joueurs marocains

Suite à son reportage diffamatoire sur des joueurs marocains, la chaîne de télévision privée allemande d’information Welt a présenté ses excuses.

« Nous nous excusons sincèrement de cette erreur. Nous reconnaissons que l’EI s’est approprié ce symbole. Il va sans dire que nous n’avions aucune intention d’offenser les sentiments religieux des personnes concernées par le reportage », a indiqué la chaine.

"...Je pense que c’est peut-être difficile pour les gens qui nous regardent de placer le Maroc sur une carte..." Frank Lebœuf

Les Lions de l’Atlas ont réalisé dimanche un exploit dont le peuple marocain se souviendra longtemps: battre la Belgique, seconde du classement Fifa, en phase de poules du Mondial 2022 (2-0). Une belle performance qui a suscité de nombreux commentaires à travers les médias de tout horizon, notamment celui de Frank Lebœuf qui n’est pas passé inaperçu sur les réseaux sociaux.

Livrant son analyse sur la victoire du Maroc face à la Belgique (2-0), l’ex-international français reconverti en "consultant" a provoqué une grosse polémique.

Des propos totalement scandaleux, limite racistes, qui ont provoqué aussitôt la colère et l’indignation des Marocains qui ont estimé qu’il a manqué de respect au Royaume et au peuple Marocain

«Je suis tellement content pour le Maroc. Je pense que c’est peut-être difficile pour les gens qui nous regardent de placer le Maroc sur une carte. C’est un petit pays, une sorte de pays pauvre, beaucoup de gens souffrent », introduit Lebœuf avec enthousiasme, en anglais, face aux autres commentateurs. « Petit pays », « pays pauvre », gens qui « souffrent»… S’il était bien parti, sûrement avec de bonnes intentions, Lebœuf entame une description du Maroc qui n’a pas beaucoup plu.

Une «arrogance», des mots pétris de «paternalisme déplacé» ou encore de «méconnaissance». En effet, Lebœuf déclare que «la plupart des joueurs viennent de France et ont la double nationalité». Si la plupart des joueurs ont certes une double nationalité, ils ne sont que deux à être franco-marocains: Romain Saïss et Sofiane Boufal (sans compter Amine Harit, écarté de la sélection à cause d’une blessure).

Frank Lebœuf poursuit sa maladresse et son erreur en prétendant que l’Ecosse n’a jamais participé à une Coupe du monde de football. « C’est un réel exploit qu’ils ont réalisé. (…) Personne ne s’y attendait. C’est comme si l’Ecosse arrivait en Coupe du monde… je ne sais pas si c’est déjà arrivé… (Non, lui répond son voisin), et bien ce serait comme si l’Ecosse passait avec deux ou trois fois moins de chances; donc c’est absolument incroyable ce qui est en train de se passer en ce moment », dit-il, toujours avec le même aplomb.

Ce pays du Royaume-Uni a pourtant bien participé huit fois aux Mondiaux des années 1954, 1958, 1974, 1978, 1982, 1986, 1990 et 1998. L’équipe du Maroc l’avait même affronté en 1998, décrochant un 3-0 sans appel. Frank Lebœuf ferait donc bien de réviser sa culture footballistique.

"Facile de placer la France sur plusieurs cartes"
"C'est un peu artificiel de faire venir des joueurs étrangers et de parler d'équipe de France. Les autres équipes chantent leur hymne national...les Français ne le font pas parce qu'ils ne le savent pas". Jean Marie Le PEN
Lebœuf ne tardera pas à présenter ses excuses au peuple marocain.

« Je suis tellement content pour le Maroc. Je pense que c’est peut-être difficile pour les gens qui nous regardent de placer le Maroc sur une carte. C’est un petit pays, un pays pauvre où beaucoup de gens souffrent », a-t-il dit sur le plateau d’ESPN. Il enchaîne une autre bourde : «la plupart des joueurs viennent de France et ont la double nationalité ».

Une méconnaissance de la part de l’ancien champion du monde 98. Parmi les joueurs marocains présents au Qatar, seuls Romain Saïss et Sofiane Boufal ont la double nationalité française.

Ces propos ont rapidement soulevé de vives polémiques. Sur la toile, bon nombre d’internautes marocains ont exprimé leur indignation. « Les propos pleins de mauvaise foi et mensonges de Franck Lebœuf concernant le Maroc », réagit KoraMaroc sur son compte Twitter. Face à la polémique, l’ex-international français a expliqué le fond de ses propos et présenté par la même occasion ses excuses au peuple marocain. «Je suis désolé si ça vous a choqué, mais ce n’était pas le propos. Je ne voulais surtout pas dénigrer mais au contraire mettre en avant l’exploit des Marocains », a assuré l’ancien défenseur de Chelsea et des Bleus.

«Je me suis trompé sur l’histoire de la double-nationalité et je suis vraiment, vraiment désolé. Si j’ai heurté des gens, je veux vraiment m’excuser. Et ce n’est vraiment pas du racisme », a-t-il ajouté.

Et d’ajouter: « Ils se battent pour leur pays parce que c’est un pays fantastique à la culture riche. Vous ne pouvez pas imaginer la réaction sur place. Battre la Belgique, deuxième dans le classement FIFA, c’est absolument fou. J’ai des frissons rien que d’y penser parce que je sais ce que ça représente pour mes amis au Maroc. (…) C’est quelque chose dont ils se souviendront à jamais ».

Le parcours footballistique de Frank Lebœuf

Frank Lebœuf grandit à Saint-Cyr-sur-Mer, un village de Provence. Ses parents originaires de Normandie, possèdent une entreprise artisanale de plomberie chauffage. Son père, qui est entraîneur de l'équipe de jeunes du village, lui apprend le football dès sa jeunesse.

Il rejoint le centre de formation du SC Toulon. Le club, aux prises avec des difficultés financières, doit se débarrasser de plusieurs jeunes dont Frank Lebœuf. Après un essai infructueux à l'Olympique de Marseille, il joue en D3 au Hyères Football Club. Il veut pourtant toujours devenir joueur professionnel. Il prospecte et envoie même une annonce à France Football en 1985. N'ayant pas réussi à rejoindre un club professionnel, il rejoint le club du CS Meaux en D3 en janvier 1987. Il est alors semi-professionnel, et travaille en parallèle comme VRP en vêtements de sports. Il joue son premier match en Division 1 avec Laval en août 1988, sous la houlette de Michel Le Milinaire. Il indiquera plus tard que le coach lavallois lui a « fait gagner du temps, apporté force et confiance ».

Arrivé stagiaire, il devient professionnel au bout de vingt matches, comme le stipulent les règlements. Libéro, il descend en D2 avec son équipe, qui rate d'un rien les barrages d'accession en 1990. Il accepte de rester une deuxième saison en D2 mais le Stade lavallois est en proie à des problèmes financiers et doit laisser échapper ses meilleurs joueurs. Avec ses neuf buts inscrits en seize matches, Frank Lebœuf est l'objet de toutes les convoitises à l'automne 1990.

En octobre il est approché par le Paris Saint-Germain, qui propose trois millions de francs. Le transfert est quasiment conclu mais le club parisien annule la transaction à la dernière minute et décide finalement d'engager Antoine Kombouaré, jugé plus sûr. Le Stade lavallois le laisse partir un mois plus tard pour le RC Strasbourg, contre 3,4 millions de francs. Au total il aura joué 72 matches et marqué onze buts avec Laval.

En 2002, les supporters lavallois l'éliront dans le onze du siècle du club mayennais. Il se révèle au RC Strasbourg, qui accède à la D1 en 1992. Il est recruté en 1996 par le club anglais de Chelsea pour près de 3 M€. Il revient en France, à l'Olympique de Marseille, cinq ans plus tard avant de terminer sa carrière au Qatar de 2003 à 2005.

Durant la Coupe du monde 1998, alors qu'il semble parti pour ne disputer que la dernière rencontre de la phase de poule face au Danemark, le libéro londonien fait une autre apparition et pas des moindres. Lors de la finale, il doit remplacer Laurent Blanc, suspendu.

117 vues0 commentaire
bottom of page