top of page

Air algérie: Prenez le temps de bien réfléchir avant de voyager avec cette compagnie. Des pilotes avec de fausses licences de pilotage. Un «tero» à la tête du plus grand aéroport d’algérie. [Part1]

Les scandales ne cessent de se multiplier dans cette compagnie. Profiter… à en crever!
Que sait-on de cette de cette compagnie?

Pour la compagnie aérienne publique « Air algérie [Air Couscous]», qui vit sous perfusion depuis un certain temps à la faveur des subventions publiques de plus en plus difficiles à mobiliser par un pays en difficultés économiques de plus en plus insoutenables, le quotidien est ponctué de scandales à répétition.

Air algérie frappée par un scandale de faux diplômes

C’est Le Canard Enchaîné qui rapporte cette histoire. L’hebdomadaire satirique rappelle qu’il y a encore un an, la compagnie aérienne frappée la semaine dernière par le crash du MD-83 reliant Ouagadougou à alger, était au cœur d’un scandale concernant deux pilotes qui volaient avec des faux diplômes. « Deux loustics pilotaient les engins avec des licences contrefaites » raconte ainsi Le Canard précisant au passage que cette entourloupe avait été approuvée… par le ministère des Transports algérien.

Mais ce n’est pas tout. D’autres casseroles sont traînées par cette compagnie que les Algériens surnomment « Air Couscous« . L’hebdomadaire revient également sur cet épisode en 2010, quand Air algérie a manqué de très peu de se faire inscrire sur la liste noire de l’Union Européenne en raison d’importants problèmes de sécurité et du manque de formation de ses équipages.

La compagnie nationale Air algérie est accusée d’avoir recruté de nombreux copilotes et pilotes de ligne munis de faux diplômes. La direction de l’aviation civile, relevant du ministère des Transports, aurait attribué des fausses licences de pilotage à des copilotes qui exercent actuellement au sein de la compagnie publique. Cela constitue, dénoncent des pilotes chevronnés qui ont témoigné sous la sceau de l’anonymat, un véritable danger « pour la sécurité des passagers » de la compagnie battant pavillon national.

Selon « Le Canard Enchaîné », la compagnie Air algérie jouit d’une réputation plutôt sulfureuse dans son pays. À l’issue d’un intense lobbying, l’espace aérien européen est tout de même resté ouvert à Air algérie. Nous parlions il y a peu de la faillite probable de la Malaysia Airlines suite aux deux crash successifs. À en croire les révélations du Canard Enchaîné, la compagnie « jouissant du quasi-monopole sur le trafic intérieur algérien » serait bien avisée d’envisager un destin semblable.

Par ailleurs, d’après le quotidien arabophone El-Khabar, plusieurs copilotes ont obtenu, dans des délais expéditifs, des attestations de fin de formation au pilotage délivrées dans des écoles controversées à cause de la faiblesse de leur encadrement et la piètre qualité de leur formation. Ces écoles sont installées en Jordanie et en Afrique du Sud. S’agissant du «diplôme» délivré par une école sud-africaine, on peut lire, selon les témoignages anonymes des pilotes, une mention selon laquelle « cette attestation ne donne pas droit d’exercice en tant que pilote de ligne en Afrique du Sud ». Malgré cela, la direction de l’aviation civile relevant du ministère des Transports en algérie a reconnu ces « diplômes » contestés en leur accordant des équivalences. Ces équivalences ont permis aux titulaires de ces faux diplômes de repartir à l’étranger afin d’obtenir, auprès de ces mêmes écoles installées en Jordanie et en Afrique du Sud, le diplôme définitif les autorisant d’exercer en tant que pilotes de ligne. Et pourtant, en algérie, les conditions d’attribution des équivalences sont sévères. Le candidat doit d’abord passer des tests avant que la direction de l’aviation civile ne décide d’attribuer l’équivalence. Comment ces pilotes ont-ils fait pour obtenir facilement ces équivalences ? Certaines sources n’hésitent pas à faire part de leurs soupçons de corruption. D’autre part, quatre écoles de formation de pilotes de ligne existent en algérie. Pourquoi alors aller étudier dans des écoles qui ne sont pas crédibles ? La question est posée aux responsables de la direction de l’aviation civile qui ont reconnu ces faux diplômes. Mais la principale question s’adresse aussi à Air algérie qui a recruté ces pilotes au niveau de formation très discutable et détenant, en plus, de faux diplômes. N’y a-t-il pas de danger pour la vie des passagers ? …

La copilote d’Air algérie était puéricultrice en crèche

Le 24 juillet 2014, le vol AH 5017 d’Air algérie affrété par la compagnie espagnole Swiftair, reliant l’aéroport de Ouagadougou (Burkina Faso) à Alger s’écrasait dans le centre du Mali. À son bord, 6 membres d’équipage et 110 passagers, parmi lesquels 54 Français.

Une information inattendue qui en a interloqué quelques uns car elle soulève bien évidemment la question de la fiabilité des pilotes.

Les magistrats instructeurs recevaient  les parties civiles du AH 5017 qui s’était écrasé le 24 juillet 2014 au Mali. Les familles ont été stupéfaites d’apprendre que la copilote était puéricultrice le reste de l’année.

Isabel Gost, la copilote âgée de 41 ans qui totalisait 7000 heures de vol travaillait donc dans une crèche le reste de l’année. Une série d’erreurs dramatiques. La cause principale de l’accident évoquée était la non-activation du système d’antigivre des sondes moteur

Alors même que la température extérieure et la zone humide traversée requéraient sa mise en service selon les magistrats instructeurs. Une conclusion, quelques mois plus tôt, tirée par le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA).

C’est ce qui aurait entraîné une baisse importante de poussée des moteurs, la sonde moteur ayant envoyé de fausses informations car elle était bouchée par le givre. Et les pilotes du AH 5017 n’ont rien décelé. A 1 heure 45, la vitesse était au-dessous des marges de sécurité. Pour ne pas descendre, l’avion a donné de l’incidence à l’aile, s’est cabré avant d’arriver à un décrochage.

Autre erreur

Le pilote a tiré le manche en arrière au lieu de le pousser en avant pour tenter de récupérer l’assiette de l’appareil, ce qui  a amplifié le décrochage. L’avion est tombé à plat sur le sol.

Le 24 juillet 2014, le vol AH 5017 d’Air Algérie affrété par la compagnie espagnole Swiftair, reliant l’aéroport de Ouagadougou (Burkina Faso) à Alger s’écrasait dans le centre du Mali. À son bord, 6 membres d’équipage et 110 passagers, parmi lesquels 54 Français. L’instruction judiciaire avait été ouverte en France le 29 juillet, soit cinq jours après le crash.

Un avion d’Air Algérie percute un poteau électrique après l’atterrissage à l’aéroport de Tlemcen

Ce jeudi 3 août 2023, un incident qui aurait pu être tragique a eu lieu à l’aéroport de Tlemcen, impliquant un avion de la compagnie aérienne Air Algérie. L' avion de type Boeing 737-800, immatriculé sous le numéro 7T-VKJ de la compagnie nationale aérienne, a percuté un poteau électrique, causant des dommages au niveau de son aile.

L’accident s’est produit Ce jeudi 3 aout 2023, l’appareil a heurté un poteau électrique qui se trouvait sur le chemin, entraînant des conséquences inquiétantes pour l’aile de l’avion.

L’avion impliqué dans cet incident est un modèle Boeing 737-800, un avion de ligne bien connu dans l’industrie de l’aviation. Cet avion, immatriculé sous le numéro 7T-VKJ, appartenait à la flotte d’Air Algérie (Air couscous), la compagnie aérienne nationale du pays.

Dégâts sur l’aile de l’avion

Selon les informations disponibles, l’avion avait effectué un vol en provenance de l’aéroport «Charles de Gaulle» à Paris (France).

Suite à la collision avec le poteau électrique, l’aile de l’avion de la compagnie aérienne nationale a subi des dégâts importants. Les techniciens et les équipes d’entretien ont été immédiatement dépêchés sur place pour évaluer l’étendue des dégâts et pour prendre les mesures nécessaires pour la réparation de l’appareil.

Un «terroriste» à la tête du plus grand aéroport d’algérie

Mokhtar Saïd Mediouni, l’une des étoiles filantes de la marocophobie dans le paysage audiovisuel et sur les réseaux sociaux en Algérie, est devenu le nouveau PDG de la Société de gestion des infrastructures et des services aéroportuaires (SGISA), qui gère l’aéroport international d'alger Houari Boumediene. Ceci, en remplacement de Mohamed Salah Kaouach, qui n’aura pas tenu longtemps à ce poste puisqu’il avait été nommé en novembre 2022.

Sortie pro-terroriste de l’ex-colonel algérien

L’ex-colonel avait appelé sur une chaîne de télévision algérienne, les milices du Polisario à attaquer non seulement les localités sahariennes, mais également le reste du territoire marocain, et de cibler les grandes villes comme Casablanca ou Marrakech. «Laissez la guerre s’étendre sur le territoire marocain pour le but de créer la terreur dans la société marocaine», a déclaré l’ancien officier. Mediouni a été accusé par plusieurs internautes de livrer des discours d’adhésion morale aux actions terroristes et la diffusion de messages faisant la propagande du terrorisme.

L’ex-militaire a également minimisé l’importance du projet de l’ONU pour mettre fin au conflit du Sahara occidental. "Si vous pensez que l’ONU vous aidera à obtenir l’indépendance, oubliez-la", a-t-il déclaré. Outre ces déclarations incitant au terrorisme contre le Royaume alaouite, Mediouni a tenu plusieurs propos controversés, y compris l’utilisation d’insultes, contre le gouvernement et l’armée marocains. Il a également accusé le Maroc de vouloir "imposer son hégémonie".

L'ancien officier a également été accusé d'avoir participé au massacre de civils pendant la "décennie noire", l'un des épisodes les plus violents de l'histoire de l'Algérie. Par ailleurs, en août 2020, une plainte contre Mediouni pour agression sexuelle et tentative de viol a été révélée. Comme le rapporte Algérie Part, en 2015, une femme l'a accusé d'avoir tenté "d'initier une relation sexuelle" avec elle dans l'ascenseur d'un immeuble à Sidi Fredj. La victime a été secourue par trois hommes qui sont intervenus après avoir entendu ses cris.

Selon « Algérie Part », ce dossier a été étrangement étouffé au niveau de la justice algérienne car le colonel a fait intervenir son « réseau » au sein de certaines institutions sécuritaires pour dissimuler ce scandale de mœurs dans les tiroirs des bureaux des juges algériens.

Ce n’est pas tout. Si Mokhtar Saïd Mediouni a été limogé d’Al Hayat TV, où il officiait en tant qu’animateur de l’émission «Crisis», c’est, entre autres, pour une affaire liée… au secteur aérien. En janvier 2021, l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) a convoqué le directeur de la chaîne suite à une plainte déposée par Verital, entreprise publique en charge du contrôle et de la vérification dans l’aviation civile.

Une plainte pour apologie du terrorisme vise l’algérien Mokhtar Saïd Mediouni, ex-colonel de l’armée de l’air algérienne

Mokhtar Saïd Mediouni a exhorté le Front Polisario à attaquer des villes marocaines. Une plainte pour «apologie du terrorisme» a été déposée contre lui auprès d’Interpol.

Des citoyens marocains résidant à l’étranger ont déposé plainte auprès d’Interpol contre Mokhtar Saïd Mediouni, un ancien officier supérieur du renseignement militaire qui a appelé le Front Polisario à mener des attaques sur le territoire marocain, selon plusieurs sources internationales, dont Spoutnik et Atalayar.

L'Espagne, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie… déconseillent à leurs ressortissants de se rendre aux camps de Tindouf au "sud algérien"
Ces harragas qui viennent de mettre à nu les graves failles sécuritaires dans les aéroports algériens… L’Incroyable Survie d’un jeune algérien dans le Train d’Atterrissage d’un Avion
Ces harragas qui viennent de mettre à nu les graves failles sécuritaires dans les aéroports algériens.

Le récit incroyable, mais tragique, d’un jeune algérien de 20 ans qui a tenté de rejoindre la France en se cachant dans le train d’atterrissage d’un avion d’Air algérie. Son histoire nous rappelle les sacrifices et les dangers auxquels sont confrontés de nombreux jeunes algériens en quête d’une vie meilleure.

La Tentative Insensée de Rejoindre la France

Tous les moyens sont-ils bons pour rejoindre la France? Pour tous les jeunes algériens, la réponse est un oui désespéré. C’est le cas de ce jeune homme, âgé d’à peine 20 ans, qui a choisi de se frayer un chemin clandestin vers la France en se cachant dans le train d’atterrissage d’un avion d’Air algérie, assurant le vol entre Oran et Paris. Une décision désespérée qui aurait pu lui coûter la vie.

Le Voyage Glacial : Survie dans le Train d’Atterrissage

Le jeune homme a été découvert en état d’hypothermie sévère à l’aéroport de Paris-Orly après un vol éprouvant depuis Oran, en Algérie. Selon les informations disponibles, il était « en vie, mais en urgence absolue » à sa découverte. Imaginez un moment les conditions extrêmes auxquelles il a dû faire face pendant ce voyage clandestin.

Le train d’atterrissage, où le jeune Algérien s’était dissimulé, est l’une des parties les plus inhospitalières d’un avion. À l’altitude de croisière des avions commerciaux, qui peut atteindre 12 kilomètres, la température de l’air peut chuter bien en dessous de -50 °C. C’est dans cet environnement hostile que le jeune homme a voyagé pendant près de deux heures depuis Oran. Sa survie relève du miracle.

La découverte et l’intervention d’urgence

Le récit de cette tentative de migration désespérée a commencé à circuler après que le jeune homme ait été découvert à Paris-Orly en état d’hypothermie. Il aurait été repéré par des secouristes lors de « vérifications techniques » de l’appareil. Cependant, un témoin oculaire à l’aéroport a publié une vidéo sur les réseaux sociaux montrant le moment où le jeune passager clandestin a été découvert, soulignant la témérité et le danger de son entreprise.

Ce phénomène n’est pas nouveau en algérie.

Malheureusement, l’histoire de ce jeune algérien n’est pas un cas isolé. Les harragas, comme on les appelle en algérie, sont des migrants clandestins qui risquent leur vie pour tenter de rejoindre l’Europe par tous les moyens possibles.

La compagnie aérienne nationale Air algérie (Air Couscous) qui a l’habitude d’être au cœur de scandales

En mars 2022, un adolescent de 16 ans qui a mis la compagnie nationale au cœur de ce scandale. En effet le mardi 9 mars un garçon mineur fait le «buzz» sur les réseaux sociaux à travers une vidéo ou on le voyait clairement arrivé clandestinement sur le sol français, après avoir traversé la méditerranée de façon illégale à bord d’un avion d’Air algérie de Constantine jusqu’à Paris dissimulé dans la soute à bagages.

«Je me suis mis à plat ventre pour passer sous la clôture en barbelés. Je me suis caché un bon moment pour que le garde ne puisse pas me voir. Dès qu’il a quitté son poste, j’ai pu entrer», raconte-t-il.

Le jeune homme confie que ce n’est pas la première fois qu’il a pu accéder à la piste de l’aéroport de Constantine. Il a utilisé l’application Flight Radar pour connaître l’heure de départ des vols Air algérie vers Paris, car lors de la première tentative son entrée a coïncidé avec l’arrivée de l’avion de la capitale française.

Ce vendredi 13 mars, donc quelques jours après son périple Aymen qui rappelons-le, est mineur apparaît dans une vidéo diffusée sur une page Facebook dédiée aux émigrés qui vivent en France «les émigrés algériens en France», Aymen affirme clairement qu’il se trouve toujours en France, qu’il va bien et qu’il a été pris en charge là où il se trouve. il affirme même qu’il «vit la belle vie».

En juin de la même année, deux corps retrouvés dans le train d'atterrissage d'un avion 

Les employés de la Compagnie aérienne nationale Air algérie ont découvert, les corps de deux jeunes hommes dans le train d'atterrissage d'un avion.

Il s’agit de deux frères d’un jeune âge. Selon la même source, les deux frères ont réussi à s'introduire dans le train d'atterrissage de l'appareil clandestinement pour une « harga ». Sans nouvelles des deux jeunes hommes, leur frère a donné l'alerte, ce qui a mis les services de sécurité sur la piste. En effet, le frère a reçu une vidéo des victimes enregistrée depuis leur cache.

Ces jeunes sont la preuve irréfutable de la défaillance sécuritaire et politique en algérie

À cause de cette situation, devenue fréquente dans les aéroports algériens, les services de sécurité locaux en prennent pour leur grade et font courir à Air Algérie le risque d’être reversée dans la catégorie des compagnies aériennes poubelles et se voir ainsi interdite dans certains pays. Ce qui est certain, c’est que l’insécurité dans les aéroports et avions algériens va mettre du plomb dans les ailes de cette compagnie qui projette l’ouverture de plusieurs nouvelles lignes, dont des vols long-courriers.

Un scandale qui éclate au niveau des aéroports algériens.

Deux migrants maliens ont berné les agents de la Police aux Frontières (PAF) au niveau de l'aéroport international d'Alger alors qu'ils faisaient escale pour tenter de rejoindre illégalement Paris en France à bord d'un avion d'Air Algérie. Ces deux migrants maliens ont utilisé la technique du "vrai passeport, faux porteur".

En réalité, ces deux migrants maliens ont fait appel à un réseau sophistiqué qui leur fournit des documents d’identité français leur permettant d’entrer sur le territoire français par la grande porte, avec un contrôle réduit au strict minimum au passage de la frontière.

Des vrais passeports français appartenant à des citoyens français d'origine subsaharienne sont expédiés depuis la France vers des pays de l'Afrique subsaharienne afin de les revendre entre 5000 et 8000 euros à des migrants présentant des traits physiques similaires avec les vrais titulaires de ces passeports français.

En France, cette technique a été débusquée lorsqu'au mois de mai 2023, un vaste réseau de faussaires et de trafiquants a été démantelé dans la région parisienne. Le scandale avait débuté en novembre 2022 lorsque les gardes-frontières avaient intercepté un passager en provenance du Mali avec un passeport véritable, mais qui s’avère ne pas être le sien.

En algérie, les agents et officiers de la PAF ne sont pas outillés et manquent encore de rigueur pour pouvoir faire face aux subtilités de cette nouvelle technique utilisée par les réseaux de l'immigration illégale.

Ce qui a provoqué une énième défaillance sécuritaire ayant permis l'infiltration illégale au sein d'une infrastructure aéroportuaire, une dangereuse brèche exploitée pour les besoins d'une opération d'émigration illégale vers l'Europe. Selon nos sources, les deux migrants maliens ont été par la suite arrêtés et identifiés à Paris par les agents de la PAF française. Les autorités françaises ont alerté les autorités algériennes au sujet de cette nouvelle défaillance sécuritaire constatée à l'aéroport international d'Alger alors que de nombreux cas précédents d'intrusion de migrants clandestins dans les avions d'Air Algérie avaient ébranlé le pays entre 2022 et 2023. Le scandale a rapidement éclaté au sein de la DGSN, à savoir la Police algérienne, et très rapidement 5 officiers des brigades de la PAF de l'aéroport d'Alger ont été relevés de leurs fonctions. Les autorités algériennes ont tout tenté pour étouffer ce scandale et empêcher que la moindre information ne fuite à l'extérieur des services de sécurité. Et pour cause, le gouvernement algérien redoute des sanctions de la part de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) qui pourrait retirer ses certifications aux aéroports internationaux algériens touchés régulièrement par ces manquements répétés aux dispositifs de sécurité portant sur le contrôle des passagers et la lutte contre les infiltrations illégales dans les périmètres de sécurité des aéroports internationaux censés respecter scrupuleusement des procédures de sécurité très strictes. Explications.

Un enfant pilote un avion, les pilotes suspendus

La compagnie aérienne Air Algérie fait face à un scandale après que deux de ses pilotes ont autorisé un enfant à prendre les commandes d’un avion en plein vol. Dans le cadre de l’initiative d’une association d’aide aux orphelins, l’équipage avait accepté de laisser entrer un petit garçon dans le cockpit.


Dans le rapport diffusé par la chaîne algérienne Al Bilad TV, le pilote déclare explicitement que l’enfant a pu manipuler l’avion. "Il a fait le décollage et l’atterrissage avec nous. En croisière, il a manipulé l’avion. Il a pris des caps à droite et à gauche. Il a manipulé les commandes", a déclaré le commandant Kais Derbal face à la caméra. Même le PDG d’Air Algérie Bekhouche Allache apparaît dans le reportage. Il indique avoir donné l’aval à cette initiativeun enfant pilote un avion.

Trois jours plus tard, les deux pilotes ont été suspendus par Air Algérie, selon le site spécialisé Aviation Herald. Le commandant de bord a également été arrêté. Il risque, outre les sanctions disciplinaires, des poursuites pénales pour avoir laissé l’enfant accéder au cockpit et toucher les commandes.

L’affaire fait écho à un précédent, dramatique : celui du crash du vol Aeroflot 593, en 1994. Lors d’un vol entre Moscou et Hong Kong, un pilote de la compagnie russe laisse son fils (15 ans) et sa fille (12 ans) accéder au cockpit. Ils s’assoient tour à tour dans son siège.

L’adolescent a provoqué la coupure du pilotage automatique, par une fausse manœuvre dont personne ne s’est aperçu immédiatement. Malgré toutes ses tentatives – dont certaines ont aggravé la situation – l’équipage n’a jamais pu redresser l’avion. Il s’est écrasé après quatre minutes de chute, dans la forêt sibérienne. Bilan : 75 morts, aucun rescapé. À l’origine, c’était là aussi pour faire plaisir.

Comments


bottom of page