top of page

 INTRUSION ET INCURSION DES «BRIGADES JOURNALISTES» CONTRE LE MAROC By K Kaddouri©®

INTRUSION ET INCURSION DES «BRIGADES JOURNALISTES» CONTRE LE MAROC. By K Kaddouri©®

Des protagonistes de la désinformation en mal d’écriture à la solde d’un droit d’asile souvent avec ses failles ou défaillant.

  1. On assiste trop souvent à des formes d’intimidations journalistiques répétées contre le Maroc;  

  2. Nombreuses décisions de justices marocaines servent de «plateau à grignoter» pour une presse étrangère de pacotille;

  3. Tous les escrocs marocains à l’international sont-ils les maux nécessaires pour combler les ressources de l’info en France, plus fréquemment.

Quelques habiles journalistes sis en France et en Europe, par le biais d’une certaine presse monde et humanité, presse devenue des institutions avec le temps, se permettent régulièrement, de vulgaires couvertures, avec un sujet «vendeur», c’est à dire le Maroc et des questions lointaines et exclusivement marocaines.

Les affaires purement marocaines sont malmenées par la presse d’intox, qui majoritairement ne se donnent pas les moyens d’investigations pour éviter les dérapages de débutants …

Je dirais tout simplement, qu’il y a réellement une intrusion décomplexée, donneur de leçon d’un autre temps, laissant apparaitre un spectre relevant d’une volonté d’interférer idéalement dans les questions inhérentes aux affaires de justice du moment, souvent en cours d’études et au Maroc.

La question réellement posée est comment et pourquoi, inéluctablement, toutes affaires de justice au Maroc, traversent les frontières comme s’il s’agissait d’affaires françaises ou étrangère… 

Ces mêmes journalistes à l’affuts d’affaires, d’ «os à grignoter pour leur feuille de choux numériques» , sur les réseaux sociaux d’info, sont inexistants absents, discrets.

  1. sur les affaires purement européenne,

  2. sont inexistants dans les questions des réfugiés et des migrations du monde,

  3. sont inexistants sur les affaires ouighours,

  4. sont inexistants sur les droits de citoyens à vivre décemment en France ou en Europe ou ailleurs …

  5. sont inexistants sur la questions de délinquants de Mostaganem venu en France illégalement,…

  6. Sont également absent ou discrets sur les questions influenceurs algériens appelé la «gate escroquerie influenceurs» ,

  7. Absence ou évidence, sur la prostitutions des 1,5 millions déclarées en «algerie-coree de l’est» pourtant  le pays d’origine de ces journalistes infiltres en France… qui est une question des droits aux femmes,

  8. La question sur le droit des femmes n’a pas été traite par ces mêmes pseudo journalistes.

Ils sont exclusivement devenus les supports-référents des –  A. Mrabet, de Adn -Filali…-

J’en passe, et  je ne cite que les priorités des droits de l’Homme si chères à nos institutions et organismes internationaux, gendarmes des droits du citoyens dans le monde .

On est forcé d’y entendre le son d’une convoitise maladive, autour de ce droit exclusif qu’ils se sont donnés donneurs de leçons, sur les questions de droits de l’homme dont les références dans notre Histoire de l’humanité en la matière exposent plus «un lourd en passif qu’un référentiel de l’humanité ».

Cette presse, ravivée par une « brigade » engagée exclusivement pour nuire au Maroc, gribouille une rumeur, une information pour ignorants, dont le relief journalistique est forcément et volontairement faussé, sous couvert de la banderole d’escrocs marocains en cavales pour malversations, tel que Filali-Adn.., fuyards pour autres délits…

Pourtant ces individus en cavales.

  1. Sont nés au Maroc, ont grandi au Maroc,

  2. Ont escroqué, violé,… au Maroc,

  3. Sont en fuite depuis quelques temps déjà,

  4. S’orientant géographiquement pour échapper certainement à une demande d’extradition , et troquent de l’intox pour une opportuniste demande de statut de réfugiés, bien calculée.

Bref des demandeurs d’asile, souhaitant échapper aux juridictions du Maroc qu’ils ont bien fui pour ces raisons d’escroqueries caractérisées.

La réalité est que majoritairement, ils fuient le Maroc, ils fuient la justice marocaine pour des affaires d’escroqueries caractérisées.

  1. Les tolérances à l’escroqueries et aux viols sont-ils moins importants en France, en Europe qui pourraient être une raison, pour donner du  crédit aux demandes d’asiles pour fuyards, ou bien pour justifier des aversions folkloriques vis un vis de la justice marocaine, car elle serait jugée moins clémente aux yeux des fuyards quand il est question de viols et d’escroquerie.

  2. C’est une question que nous sommes en droit de nous poser, lorsque nous voyons tous ces fugitifs arpenter les longs couloirs pour demandeurs d’asile, sachant que leur demande n’a aucun fondement juridique pour aspirer à un droit d’asile !

Ils sont devenus «opposants politiques», par opportunisme, et à l’étranger ils négocient un statut étudié.

Ces mêmes scribouillards sur les affaires du Maroc, prennent leurs sources auprès de ces fuyards pour escroqueries, pour d’autres délits graves au Maroc, prêts à tout pour échapper aux multiples chefs d’accusations à leur égard.

Ils sont d’ailleurs conscients, ils ont appris, ils ont compris , qu’ils pourront monnayer n’importe quoi et se déclarent prêts à coopérer sur n’importe quoi, à faire travailler la  batterie de journalistes installée en France, cette batterie payée pour faire une mauvaise presse, une presse de propagande contre le Maroc, une presse orientée, une presse opaque dans ses sources, dénuée de toute objectivité, car les protagonistes des journaux sont bien, et nullement besoin de prendre une loupe, sont à la solde des opposants du Maroc et dont la question du Sahara marocain n’est pas étrangère à cette animosité .

A cet effet, ces faux «exilés» s’autoproclament journalistes eux-mêmes, une fois installés à l’étranger, et apparaissent sur les réseaux, sur YouTube, ou en amont d’une orchestration de protestation.

Ils s’accompagnent ces «journalistes infiltrés» du monde, de libé, de l’humanité, … avec une absence de fondement, voire aucun fondement de la rumeur.,…une Rosa M malheur, une Rachida E …du monde et de l’humanité ou d’ailleurs. C’est pourquoi, ces escrocs ex – marocains fuyards, relaient volontairement de l’intox, en échange d’une contrepartie financière, à nos apprentis journalistes de la France du monde, de l’humanité, de la libération…

A ce propos, on se pose également la question des origines de fonds pour assurer leurs désinvoltures journalistiques grandement relaye sur les e-réseaux ?!

Les apprentis journalistes sont muets pour les questions qui devraient les toucher directement, comme énoncé plus haut.

D’autres  sujets des droits non abordés par ces même personnes, les questions de droits d’exils pour de nombreux personnes n’ont pas été abordés par Rosa M, ou qui sais-je. Et aucune analyse de profondeur n’est nécessaire pour s’apercevoir, que les Filali-Adn, les mrabet, et d’autres …ont pour 95 % de leur suiveurs réseaux, des algériens et des ressortissants algériens appartenant à la fabrique de mensonges sur les médias français humanité, monde, travaillent pour  l’actuelle «Corée de l’Est», et sont quasi tous, d’origine algérienne et issus de ce régime militaire dévoyé de tout sens des responsabilité et de ses propres intérêts.

Et, ces mêmes «Filali-Adn, Amrabet…» et autres exilés fuyards, font du forcing médiatique pour demander des papiers «exilés» en France et ailleurs, pour échapper à la justice marocaine.

Ils arguent que les 99,999% de marocains ne devraient pas être des citoyens marocains à part entière, en proliférant des insultes sur tous les marocains, au travers des réseaux, ou au travers «des feuilles de choux périmés de pacotille».

  1. Le 99,999 % de marocains ne sont pas des fuyards pour malversation ou viols… et ne se reconnaissent aucunement dans les propos outranciers qui intéressent exclusivement les «brigades d’intoxication» qui veulent nuire aux intérêts du Maroc;

  2. Le plus surprenant, c’est que ces mêmes intox, «servent de breuvage aux organisations de l’humanitaire », laissant entrevoir une volonté suprême d’ingérence à tout prix, dans les affaires de justice marocaine.

Ils orientent le droit de l’Homme vers un droit à l’arbitrage qui apparait comme «une exclusivité», et les questions de droit humain prennent la tournure indiscutable, d’un «droit à géométrie variable», variant au gré de leur intérêts diffus et obscurs…

Les affaires menées par la justice marocaine, demeurent et demeureront marocaines, avec une justice autonome et indépendante.

Les questions sur la territorialité, sur notre marocanité, sur notre Roi Mohammed VI… sont des lignes rouges que nous défendrons sur tous les fronts. By K Kaddouri©®

A lire aussi:


2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page