top of page
  • Photo du rédacteurAA

Affaire Brahim Ghali: Que justice soit faite, les victimes du polisario exigent l’arrestation de Bra

Que justice soit faite: Les victimes du polisario exigent l’arrestation de Brahim Ghali, Chef de la milice du polisario.

Les victimes espagnoles des actes terroristes perpétrés par le polisario reclament, l’arrestation immédiate de Brahim Ghali, admis dans un hôpital à Logrono, près de Saragosse, sous une fausse identité et avec des papiers falsifiés pour échapper à la justice espagnole. Le chef du mouvement séparatiste a rejoint l’Espagne où il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt pour des crimes commis avec le polisario.

Dahi Aguai, un rescapé de l’enfer de Tindouf, il est Président de l’Association des Portées Disparus au Polisario (APDP). M. Dahi Aguai est un rescapé de l’enfer de Tindouf qui a  pu regagner sa mère patrie, le Maroc il est actuellement basé à Laâyoune – Maroc, témoigne sur les souffrances, les humiliations, les tortures et les souffrances à l’encontre des Séquestrés de Tindouf…

M. Dahi Agay, président de l’Association des Disparus Victimes du «polisario» et l’un des anciens prisonniers dans les camps de Tindouf, exige l’arrestation de Brahim Ghali (Vidéo en arabe et en espagnole)

Brahim Ghali est accusé d' »assassinats de travailleurs canariens » dans le territoire du Sahara, ainsi que d’être « le commanditaire ayant ordonné les assassinats, les enlèvements collectifs et les disparitions d’équipages en haute mer de marins canariens lors de la période allant de 1973 à la fin de 1986 », affirme l’Association.

Le ministère des Affaires étrangères confirme la présence du chef du Polisario en Espagne, évoquant les  » raisons humanitaires »  mais ne précise pas s’il est à Logroño.

Le ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, a confirmé ce vendredi que le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, se trouve en Espagne « pour des raisons strictement humanitaires, pour recevoir un traitement médical« , bien qu’il ait adopté « la plus grande discrétion » sur la question de savoir si c’est à Logroño ou dans une autre ville. Le ministre a souligné que « l’Espagne est très respectueuse de ses engagements humanitaires, toujours et à tout moment« , car « c’est le sentiment de notre peuple; un peuple solidaire et humanitaire« . « C’est une tradition que nous avons parce avant d’autres l’ont eu avec nous« , a-t-il ajouté


Arancha González Laya et « raisons humanitaires », comme vous allez le constater Mme, vous avez encore du pain sur la planche. 


Agissant avec le soutien de la Fédération nationale des victimes d’Espagne, dont elle est membre, l’Acavite, qui réunit les proches de plus de 300 victimes du terrorisme du polisario, dénonce la décision des autorités espagnoles d’autoriser « l’entrée et l’hospitalisation illégales dans un hôpital public » d’un criminel notoire qui a assassiné des citoyens espagnols.

Le séjour du chef du polisario en Espagne risque d’être mouvementé. En effet l’ASADEDH, basée à Barcelone, a déposé une plainte contre Ghali auprès de l’audience nationale espagnole. La plainte informe le procureur général de l’hospitalisation de Brahim Ghali, à Logroño, précisant qu’il est entré en Espagne avec une fausse identité portant le nom de Mohamed Ben Battouche, de nationalité algérienne afin d’échapper aux poursuites de la justice espagnole. L’ASADEDH demande l’ouverture d’une enquête ainsi que la coopération de la police. Et ce, à travers la vérification des autorités judiciaire que Mohamed Ben Battouche est effectivement Brahim Ghali. Ce dernier est accusé de détentions illégales, terrorisme et délit contre l’intégrité physique et la vie des personnes, après une plainte déposée en Espagne par l’ASDEDH, en décembre 2007 sous le Nº 2008/01.

Lire aussi:

1 vue0 commentaire

Commentaires


bottom of page