top of page

Tunisie: La sanction américaine contre Saied est tombée. L’aide de 500 millions $ est suspendue


Les Etats-Unis envisagent de suspendre une aide économique de 500 millions de dollars à la Tunisie, alors que le retour en arrière sur le plan démocratique sous la présidence de Kais Saied continue de s’amplifier.

L’agence indépendante d’aide Millennium Challenge Corporation (MCC) devrait décider de la suspension d’un programme visant à renforcer les secteurs du transport, du commerce et de l’eau en Tunisie lors de la prochaine réunion trimestrielle de son conseil d’administration, selon le sénateur américain le plus haut placé dans le panel sur l’aide étrangère, le sénateur Chris Coons, un démocrate du Delaware, à son retour de la direction d’une délégation de six membres du Congrès en Afrique, au cours de laquelle il a rencontré des dirigeants de la société civile tunisienne.

« Le président Saied s’est engagé, lors de notre conversation, à organiser des élections inclusives, libres et équitables pour le parlement cet automne, et j’ai bon espoir qu’il le fera, ce qui contribuera à répondre à certaines des préoccupations expresses que les Tunisiens de tous bords et les observateurs internationaux ont commentées, a-t-il , pourtant, ajouté », cité par «The Africa Report».

La MCC est une agence indépendante qui investit dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur. En juin 2021, l’agence avait approuvé à l’unanimité un contrat quinquennal avec le gouvernement tunisien – le premier de Tunisie – qui visait à faciliter le commerce avec la Tunisie en investissant dans le port de Radès, et dans les ressources en eau souterraine du pays.

À l’époque, l’administratrice de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), Samantha Power, s’en est vivement félicitée en soulignant que le contrat « constitue une affirmation de l’engagement de la Tunisie en faveur de la gouvernance démocratique constitutionnelle et de la prospérité équitable à un moment critique pour la Tunisie et la région au sens large. » Depuis lors, cependant, le président d’un pays que les États-Unis avaient défendu comme la seule réussite du printemps arabe de 2011 a dissous le parlement, purgé le système judiciaire, emprisonné les opposants et les critiques et fait adopter une nouvelle constitution qui lui donne des pouvoirs beaucoup plus importants.

Le directeur général adjoint Mahmoud Bah a déclaré devant le Congrès en octobre 2021 que « nous observons ce qui se passe sur le terrain et avec la nomination d’un nouveau premier ministre [Najla Bouden], nous espérons qu’ils reviendront sur la voie de la démocratie ». L’agence a refusé de parler de la prochaine réunion de son conseil d’administration, l’ordre du jour n’ayant pas été finalisé.

La goutte qui fait déborder le vase

Au cours de son voyage d’une semaine, la délégation bipartisane de membres de la Chambre et du Sénat s’est également rendue au Kenya, au Rwanda, au Mozambique et au Cabo Verde. Ils étaient accompagnés de la nouvelle directrice générale de la MCC, Alice Albright, qui a été confirmée par le Sénat en février.

Les remarques de Coons ont d’autant plus de poids qu’il préside la commission sénatoriale qui contrôle le financement de l’aide étrangère et qu’il siège également à la commission sénatoriale des relations extérieures. Sa mise en garde à Saied intervient alors que le Congrès et l’administration de Joe Biden font monter la pression.

En mai, le Département d’Etat a publié une demande de budget pour l’année fiscale commençant le 1er octobre qui réduit le soutien économique à la Tunisie de presque la moitié, de 85 millions de dollars à 45 millions de dollars, « à la lumière de l’incertitude concernant la direction politique de la Tunisie ».

Le mois précédent, une douzaine de responsables des affaires étrangères de la Chambre des représentants avaient écrit à leurs collègues de la commission des crédits pour leur demander de conditionner l’aide à la sécurité à des progrès en matière de démocratie et de droits de l’homme.

La MCC peut suspendre son assistance si un pays agit contre les intérêts de sécurité nationale des États-Unis, s’il n’a pas respecté les responsabilités qui lui incombent en vertu de son accord ou s’il est engagé dans un « ensemble d’actions incompatibles avec les critères utilisés pour déterminer l’éligibilité du pays ». Ces critères comprennent des indicateurs relatifs aux droits politiques et à l’État de droit, tels que des élections libres et équitables, un système juridique impartial et une opposition politique crédible.

La réduction de l’aide n’est pas la bonne solution

Sarah Yerkes, membre senior du programme Moyen-Orient de la Fondation Carnegie pour la paix internationale à Washington, a précédemment estimé que la fin de l’aide à la sécurité n’inverserait pas la « prise de pouvoir autoritaire » de Saied. Mais elle déclare à The Africa Report que le MCC aurait raison de suspendre officiellement le contrat tunisien étant donné le recul des droits politiques et des libertés civiles par Saied.

« Bien que j’aie dit que je ne pense pas que la réduction de l’aide soit la bonne décision, je pense qu’ils doivent s’en tenir aux faits », déclare Yerkes. « Récompenser la Tunisie, lui donner cet argent, alors qu’elle a activement pris des décisions qui vont à l’encontre de ce à quoi cet argent est censé servir … ce serait, je pense, une très mauvaise décision et ferait perdre beaucoup de crédibilité au MCC. »

La suspension, ajoute-t-elle, n’est pas une mince affaire étant donné les sommes en jeu et les années de travail nécessaires aux autorités américaines et étrangères pour obtenir l’approbation d’un contrat. Ironiquement, le financement du contrat relatif à la Tunisie n’a jamais commencé à être versé, en partie parce que Kais Saied a suspendu le parlement avant qu’il ne puisse être ratifié.

« Sur le plan rhétorique et diplomatique, cela envoie un message important », dit-elle. C’est « dire que nous vous avons évalué en utilisant … des critères scientifiques, et que vous ne remplissez plus les conditions requises ».

Les 500 millions de dollars, ajoute-t-elle, représentent « beaucoup d’argent » pour « des projets qui comptent ».

« Cela va certainement mettre en colère beaucoup de Tunisiens qui veulent voir cet argent affluer, dans un pays où leur situation empire chaque jour un peu plus et se rapproche de plus en plus de l’effondrement économique », dit-elle. C’est aussi un avertissement pour les autres pays en difficulté de la région.

« La Tunisie n’est pas le seul pays concerné », explique Yerkes. « Il y a beaucoup d’autres autocrates potentiels ou existants qui prêtent attention et voient que la Tunisie s’en sort plutôt bien, que Kais Saied a eu un chemin plutôt facile à emprunter pour détruire une décennie de progrès démocratiques. »

Enfin,Yerkes note que le moment serait particulièrement mal choisi pour la Tunisie, car ce pays, à court d’argent, espère pouvoir bénéficier de 4 milliards de dollars de prêts du Fonds monétaire international.

« Ils ont désespérément besoin de toute l’aide internationale qu’ils peuvent obtenir », dit-elle. « Le fait que le MCC juge que la Tunisie ne remplit plus les conditions requises et qu’elle n’est plus en mesure d’obtenir ce financement pourrait avoir pour effet d’effrayer d’autres investisseurs. Et cela pourrait également avoir un impact sur les négociations avec le FMI. »

Tunisie : l'aide financière du FMI sollicitée

Le Fonds monétaire international (FMI) a reçu "récemment" une demande d'aide du nouveau gouvernement tunisien et des discussions techniques sont en cours pour "définir les priorités économiques" du pays.

La Tunisie est confrontée à une grave crise économique dans un pays dont l'instabilité chronique freine les ardeurs des investisseurs et des bailleurs de fonds. "Nous avons récemment reçu de la Tunisie, de la part des autorités, une demande pour un nouveau programme soutenu par le FMI", a déclaré Gerry Rice au cours d'un point presse. "Et nous avons toujours été et nous continuerons à être un partenaire fort de la Tunisie".

Se faisant l'écho de propos tenus récemment par Jihad Azour, le directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, lors d'une conférence à Amman (Jordanie), Gerry Rice a souligné que les discussions techniques entre le FMI et les autorités tunisiennes avaient pour but "d'examiner la possibilité de lancer un nouveau programme de financement au profit de la Tunisie".

Le Fonds monétaire international (FMI) a reçu "récemment" une demande d'aide du nouveau gouvernement tunisien et des discussions techniques sont en cours pour "définir les priorités économiques" du pays.

La Tunisie est confrontée à une grave crise économique dans un pays dont l'instabilité chronique freine les ardeurs des investisseurs et des bailleurs de fonds. "Nous avons récemment reçu de la Tunisie, de la part des autorités, une demande pour un nouveau programme soutenu par le FMI", a déclaré Gerry Rice au cours d'un point presse. "Et nous avons toujours été et nous continuerons à être un partenaire fort de la Tunisie".

Se faisant l'écho de propos tenus récemment par Jihad Azour, le directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, lors d'une conférence à Amman (Jordanie), Gerry Rice a souligné que les discussions techniques entre le FMI et les autorités tunisiennes avaient pour but "d'examiner la possibilité de lancer un nouveau programme de financement au profit de la Tunisie".

Et Gerry Rice de préciser que "les discussions se concentrent sur la définition des priorités de la Tunisie, des priorités économiques, des défis à relever et des réformes à mettre en place afin de surmonter la crise actuelle que connaît le pays". Il n'a toutefois pas été en mesure de fournir un calendrier.

La Tunisie a été affectée par une grave crise politique cet été, avec le limogeage du gouvernement et la suspension du Parlement en juillet avant que le président ne s'arroge les pleins pouvoirs. Un nouveau gouvernement, aux prérogatives réduites, avait été annoncé le mois dernier.

Pour sortir de l'ornière, à côté des aides reçues notamment de l'Union européenne, Tunis se tourne pour la quatrième fois en dix ans vers le FMI, dont elle espère obtenir avant la fin de l'année un prêt de près de quatre milliards de dollars (3,3 milliards d'euros).

Algérie – Tunisie: mais où sont passés les 300 millions de dollars …??? [Vidéo]

L’Algérie octroie un prêt de 300 millions de dollars à la Tunisie. C’est ce qu’a annoncé le « président » algérien (mal élu et décrié) Abdelmadjid Tebboune le 15 novembre 2021, lors d’une visite d’Etat de deux jours à Tunis.

La Tunisie l’avait annoncé

La Tunisie avait annoncé avoir obtenu un prêt de 300 millions de dollars de l’Algérie, à la veille d’une visite du président algérien Abdelmadjid Tebboune à Tunis.

Selon l’édition du Journal officiel de la République tunisienne, le président Kais Saied (seul maître à bord en Tunisie) a ratifié par décret un protocole financier, conclu le 9 décembre, relatif à l’octroi par l’Algérie à la Tunisie « d’un prêt d’un montant de 300 millions de dollars », soit 266,2 millions d’euros. Cette annonce est survenue à la veille d’une visite de deux jours que le président algérien Abdelmadjid Tebboune doit effectuer en Tunisie.

Mais où sont passés les 300 millions de dollars …??? Un journaliste dévoile les coulisses de ce scandale

Il a fallu lire, éplucher, rechercher la trace de cet argent.. et des scandales révélés, aucune trace de cet argent dans la Banque Centrale de Tunisie. Face à l’ampleur du scandale et de la mobilisation, les langues commencent à se délier:





1 141 vues0 commentaire

Comments


bottom of page