top of page
  • Photo du rédacteurAA

Le président de la Guinée-Bissau indemne, après un tentative de coup d’État

Le président de la Guinée-Bissau indemne, après un tentative de coup d’État…

Le président Umaro Sissoco Embaló déclare que la tentative de coup d’État avait fait de nombreuses victimes, sans toutefois donner de chiffre exact.

Il ajoute que certains des auteurs de l’attaque avaient été arrêtés.

Sur son compte Facebook vérifié, le président a posté une photo de lui-même assis à côté d’un homme en treillis militaire, avec pour légende « Le calme est revenu en Guinée-Bissau ! ».


Après avoir échappé mardi à un coup de force des militaires, le président Umaro Sissoco Embalo a déclaré aux journalistes que la situation était sous contrôle qualifiant cette tentative d' »attaque ratée contre la démocratie« .


« Lors de l’avant-première du Conseil des ministres, je n’aurais jamais pu imaginer que le président de la République, le commandant suprême des forces armées, le Premier ministre et tous les autres membres du gouvernement (étaient) surpris par des tirs d’artillerie lourde, de mitrailleuses et d’AK-47. La fusillade a duré cinq heures afin de secourir le commandant suprême. » a déclaré Umaro Sissoco Embalo, président de la Guinée-Bissau.

Que s’est-il passé ?

Des coups de feu ont été signalés autour du palais présidentiel mardi après-midi. Le président et le premier ministre auraient participé à une réunion de cabinet à l’intérieur du bâtiment.

Un témoin en Guinée-Bissau avait déclaré à BBC Focus on Africa que les militaires et les policiers se sont rendus sur les lieux où les hommes armés tiraient, à la suite de quoi un policier a été abattu.

Les écoles et les bureaux ont été fermés, et l’armée a été déployée dans les bâtiments gouvernementaux.

🔴[ALERTE] #GuineeBissau: situation toujours tendue autour du palais du gouvernement à #Bissau. Cette vidéo atteste de la violence des combats. #putsh #CEDEAO pic.twitter.com/G5fjKQSGDB — LSI AFRICA (@lsiafrica) February 1, 2022

Mardi, des assaillants armés ont attaqué le palais du gouvernement de Guinée-Bissau pendant plusieurs heures alors que le président et le premier ministre se trouvaient à l’intérieur.

Les auteurs de l’attaque n’ont pas été immédiatement identifiés, mais le président a déclaré qu’elle était liée aux décisions qu’il avait prises « notamment pour lutter contre le trafic de drogue et la corruption ».

« Il y a des morts, mais je ne sais pas, parce que le président a été entre le feu et le fer pendant cinq heures, et je ne pouvais pas imaginer combien, mais il y a des morts, il y a beaucoup de morts, c’est vrai, d’un côté et de l’autre. » a préciséUmaro Sissoco Embalo, président de la Guinée-Bissau.

La Cedeao condamne une « tentative de coup d’état »

La Cedeao, le bloc régional qui promeut la coopération politique et économique en Afrique de l’Ouest, a condamné ce qu’elle appelle une « tentative de coup d’État » en Guinée-Bissau, et exhorte les militaires à regagner leurs casernes.

Communiqué de la CEDEAO sur la Guinée Bissau pic.twitter.com/2ZSF60L1mQ — ECOWAS-CEDEAO (@ecowas_cedeao) February 1, 2022

La Guinée Bissau a connu quatre coup d’état militaire depuis que le pays a obtenu son indépendance du Portugal en 1974.

Le dernier putsch date de 2012.

En 2014, le pays a promis de revenir à un gouvernement constitutionnel, mais il a connu peu de stabilité depuis lors et les forces armées jouissent d’une influence considérable.

1 vue0 commentaire

Comentários


bottom of page