top of page

La nouvelle route de la cocaïne: Plus de 800 kg de cocaïne saisis sur un navire au large du Sénégal


Plus de 800 kg de cocaïne ont été saisis sur un navire au large de Dakar par la marine sénégalaise, a annoncé mardi la Direction des relations publiques des armées (Dirpa) sénégalaises.

La saisie des 805 kg de cocaïne a été réalisée dimanche par un "patrouilleur de haute mer" de l'armée à 335 km au large de la capitale, a précisé dans un communiqué la Dirpa sans donner de détails sur le navire intercepté, son équipage, son point de départ, ou la valeur de la cargaison.

Les douanes sénégalaises avaient annoncé en octobre la saisie de 300 kg de cocaïne, d'une valeur de près de 37 millions d'euros, dans un camion frigorifique en provenance du Mali voisin.

Longtemps considérée comme une simple zone de transit pour les drogues produites en Amérique latine, l'Afrique de l'Ouest et du Centre est aussi devenue une région de forte consommation, selon le rapport annuel de l**'Office des Nations unies contre la drogue et le crime** (ONUDC) publié en juin 2022.

"Entre 2019 et 2022 (...) au moins 57 tonnes de cocaïne ont été saisies en Afrique de l'Ouest ou en route vers cette région, principalement au Cap Vert (16,6 tonnes), au Sénégal (4,7 tonnes), au Bénin (3,9 tonnes), en Côte d'Ivoire (3,5 tonnes), en Gambie (3 tonnes) et en Guinée-Bissau (2,7 tonnes)", selon le rapport.

Ces quantités transitent par ces pays pour être acheminées vers Oran, (ville portuaire, deuxième plus peuplée d'Algérie)?, puis vers leur destination finale, à savoir le marché européen.

Oran, point de transit de la cocaïne vers l’Europe

Dans un article intitulé « Vague de drogue "sans précédent " : comment l’Algérie est devenue une plaque tournante émergente pour la cocaïne arrivant au Royaume-Uni » publié le 20 juillet 2021, par le Journal britanique “The Independent”, Fondé en 1986, The Independent est l’un des grands titres de la presse britannique de qualité.

L’interception de près d’une demi-tonne de cocaïne au large d’Oran fin juin 2021 rappelle d’autres affaires de saisies de stupéfiants dans la région. Dont celle mettant en cause Khaled Tebboune le fils de Abdelmadjid Tebboune et Kamel Chikhi, alias «le boucher».

Le quotidien rappelle la découverte en juin dernier de près d’une demi-tonne de cocaïne dans des sacs qui flottaient au large de la ville portuaire d’Oran.

Il s’agissait de la deuxième plus importante cargaison de cocaïne découverte en Algérie, souligne la publication, qui rappelle l’autre affaire de cocaïne qui avait éclaté en mai 2018, avec la saisie de plus de 700 kg de drogue sur un cargo censé transporter de la viande congelée en provenance de l’Amérique latine.

Cette saisie avait donné lieu à des arrestations massives en Algérie, fait remarquer le journal.

Ce scandale, connu plus tard sous le nom de « cocaïne-gate », avait éclaboussé les plus hautes sphères du régime algérien, rappelle-t-on.

Khaled Tebboune, fils du "président" Abdelmadjid Tebboune, a été acquitté

Dès son élection, le président algérien Abdelmadjid Tebboune n’a pas hésité à sortir de prison son fils, Khaled, impliqué dans une grosse affaire de drogue et pots-de-vin. Le principal protagoniste de cette affaire a bénéficié d’une généreuse et inattendue réduction de peine.

Khaled Tebboune a bénéficié de la relaxe dans le cadre de cette affaire. Une partie de l’opinion publique dénonce la clémence dont a bénéficié le fils du chef de l’État.

La chambre d’accusation près la cour d’Alger s’est penchée, ce 30 juin, sur l’affaire des 701 kg de cocaïne saisis, le 26 mai 2018, sur le navire MC Vega Mercury, en rade au port d’Oran, après trois ans d’une "enquête judiciaire!". Elle a notamment validé l’instruction autour de l’affaire, mais sans lever le voile sur les circonstances de l’introduction de cette quantité historique de drogue saisie. L’accélération de l’examen du dossier intervient après l’interception, dans la nuit du 26 juin au 27 juin 2021, par les garde-côtes, de 490 kg de poudre blanche flottant sur l’eau, au large de la côte oranaise.

Pas moins de 442 plaquettes couvertes de sacs gris et noirs attachés par des cordes à des bouées avaient attiré l’attention des pêcheurs, qui ont donné l’alerte. Sans doute larguées par les narcotrafiquants, informés de l’imminence d’un contrôle du navire sur lequel était transportée la cocaïne.

Trafic international de Cocaïne «cocaïne-gate» : “Air Algérie” au cœur d’une vaste enquête

La compagnie aérienne « Air Algérie » que les Algériens surnomment «Air Couscous » est citée dans une vaste enquête sécuritaire menée par la police française et qui a été déclenchée au lendemain de l’arrestation à l’aéroport Paris-Orly d’un steward, membre d’un réseau de trafic de cocaïne opérant entre la France et l’Algérie. Citées par «Algérie part plus», ces sources relèvent que cette affaire a éclaté le 18 septembre dernier lorsque ce steward a été arrêté par des agents de sécurité de l’aéroport Paris-Orly en possession d’une grande quantité de cocaïne.

D’après les mêmes sources, le steward, qui a été recruté récemment par «Air Algérie», a été contrôlé à la suite de son passage sous le portique de sécurité.

Elles précisent qu’un contrôle minutieux opéré par des policiers français a permis de débusquer plus de 400 grammes de cocaïne, dissimulés dans les chaussettes du steward d’Air Algérie, qui a été ensuite interpellé et placé en garde-à-vue par la Police française.

L’enquête diligentée a permis de découvrir que l’employé de la compagnie aérienne algérienne faisait uniquement la «mule» de tout un réseau sophistiqué de trafic de cocaïne qui a l’habitude d’envoyer d’importantes quantités de stupéfiants vers l’Algérie, détaillent les mêmes sources.

Elles précisent que le steward ne serait pas la seule et unique “mule” employée par ce réseau mafieux, notant que les enquêteurs français travaillent maintenant d’arrache-pied pour essayer de le démanteler dans les plus brefs délais.

Et de faire savoir que pour l’heure, les investigations n’excluent pas la possibilité que d’autres employés d’ «Air Algérie» aient pu servir de “mules” dans d’autres opérations de transferts de cocaïne vers l’Algérie.

Selon ces sources sécuritaires citées toujours par le média, les enquêteurs français sont en train de remonter les pistes vers ce réseau de narcotrafic qui a pu introduire de la cocaïne jusqu’au sein de l’aéroport Paris-Orly afin de la remettre discrètement à un steward d’ «Air Algérie».

Elles estiment qu’il n’est pas exclu que de hauts responsables de la compagnie aérienne algérienne soient convoqués par les enquêteurs français pour qu’ils soient auditionnés à propos de leurs liens présumés avec le steward chargé de transporter de la cocaïne depuis Paris jusqu’à l’Algérie.

151 vues0 commentaire

Comments


bottom of page