top of page

Gazoduc Panafricain, Nigeria-Maroc: Signature de cinq Mémorandums d'entente tripartites à Rabat


Le mégaprojet Panafricain "Gazoduc Nigéria-Maroc" commence à prendre forme.

Cinq Mémorandums d’entente (MoUs) tripartites ont été signés, lundi à Rabat, dans le cadre du projet de Gazoduc Nigeria-Maroc. Ces (MoUs) ont été signés respectivement et successivement entre le Maroc et le Nigeria, d’une part, et par la Gambie, la Guinée Bissau, la Guinée, la Sierra Leone et le Ghana, d’autre part.

  • Le premier mémorandum a été signé par l’Office National Marocain des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM) et la National Nigerian Petroleum Company Limited (NNPC) avec Gambia National Petroleum Corporation (GNPC-Gambie).

  • Le deuxième mémorandum a été signé par l’ONHYM et la National Nigerian Petroleum Company Limited "NNPC" avec PETROGUIN-Guinée Bissau.

  • Le troisième mémorandum a été signé par l'ONHYM et la National Nigerian Petroleum Company Limited "NNPC" avec la Société Nationale des Pétroles "SONAP" de la République de Guinée.

  • Le quatrième mémorandum a été signé par l'ONHYM et la National Nigerian Petroleum Company Limited "NNPC" avec Petroleum Directorate of Sierra Leone "PDSL".

  • Le cinquième mémorandum a été signé par l'ONHYM et la National Nigerian Petroleum Company Limited "NNPC" avec Ghana National Gas Company "GNGC".

Ces Mémorandums d'entente, à l'instar des MoUs signés avec la CEDEAO le 15 septembre 2022 et ceux signés avec la Mauritanie et le Sénégal le 15 octobre 2022, confirment l’engagement des Parties dans le cadre de ce projet stratégique qui, une fois achevé, fournira du gaz à l'ensemble des pays de l'Afrique de l’Ouest et permettra également une nouvelle voie d'exportation vers l'Europe, selon un communiqué conjoint des parties signataires.

Cette infrastructure participera à l'amélioration des conditions de vie des populations, l’intégration des économies de la sous-région et l’atténuation de la désertification grâce à un approvisionnement en gaz durable et fiable respectant les engagements du continent en matière de protection de l'environnement, ajoute-t-on de même source, notant que le projet permettra également de donner à l’Afrique une nouvelle dimension économique, politique et stratégique.

Les Mémorandums d'entente, des MoUs signés avec la CEDEAO le 15 septembre 2022 et ceux signés avec la Mauritanie et le Sénégal le 15 octobre 2022

Le mémorandum a été signé à Rabat par la directrice générale de l’Office marocain des hydrocarbures et des minéraux Amina Benkhadra, le représentant de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) Sediko Duka et le PDG de la compagnie pétrolière nigériane Melle Kolo Kyari.

Ce gazoduc longera la côte ouest-africaine depuis le Nigeria, en passant par le Bénin, le Togo, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée, la Guinée Bissau, la Gambie, le Sénégal et la Mauritanie jusqu’au Maroc. Il sera connecté au Gazoduc Maghreb-Europe et au réseau gazier européen. Cette infrastructure permettra aussi d’alimenter les États enclavés du Niger, du Burkina Faso et du Mali.



Le Gazoduc Nigeria-Maroc, Long de 6 000 km, le projet devrait coûter 25 milliards de dollars, et devrait acheminer le Gaz des champs du Golfe de Guinée jusqu’à la Côte méditerranéenne du Maroc, en traversant pas moins de onze pays Ouest-africains.

Au même moment, plane sur l’Europe le spectre d’une crise énergétique profonde et complexe. La Russie a décidé de donner un coup d’arrêt aux deux Gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2, par lesquels transite l’essentiel du Gaz russe fourni à l’Europe. Par les craquements géopolitiques qu’ils induisent, ces moments qualifiés par le géopolitologue François Thual de «pannes de l’Histoire» constituent autant de défis que d’opportunités. Ils mettent les acteurs internationaux devant l’impératif de changement de leurs schémas traditionnels de pensée stratégique. L’objectif étant de mieux s’adapter à un monde en perpétuelle transformation. Lancé en 2016 à Abuja, au Nigeria, sous la présidence de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et du président Nigérian Muhammadu Buhari, le projet est entré dans une phase nouvelle et avancée, avec la signature, le 15 septembre 2022, d’un Mémorandum d’entente entre la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), la République fédérale du Nigeria et le Royaume du Maroc.

Dans un tweet en date de juin 2022, le président du Nigeria a demandé aux Européens et aux Britanniques «de soutenir le Gazoduc Nigeria-Maroc pour réaliser la sécurité énergétique de pays africains et européens». Le projet ambitionne d’acheminer des ressources gazières du Nigeria vers le Maroc en traversant onze pays Ouest-africains, et la liaison avec le Gazoduc de Maghreb Europe qui traverse la Méditerranée avec, au final, l’interconnexion avec le réseau énergétique européen.

Plusieurs parties prenantes sont attendues pour assurer le volet financement


19 vues0 commentaire
bottom of page