Covid-19 / Donald Trump: ses signes vitaux sont préoccupants selon plusieurs sources

Donald Trump: ses signes vitaux sont préoccupants selon plusieurs sources.

La Maison-Blanche était critiquée pour une communication hasardeuse et sa négligence sanitaire.

« Ce matin, le président va très bien », a d’abord déclaré Sean Conley, médecin de la Maison-Blanche, accompagné de neuf médecins et infirmières à l’extérieur de l’hôpital militaire de Walter Reed, près de Washington, où Donald Trump a été admis vendredi soir.

Ce matin en effet, le Dr Sean Conley avait déclaré que le président « va très bien » sans fournir d’autres informations en plus. « Je préfère ne pas donner de chiffres précis, mais il a eu de la fièvre, du jeudi au vendredi, et depuis vendredi matin, il n’en a pas eu » avait-il confié. Egalement, le colonel Sean N. Dooley, MD, avait indiqué que Donald Trump, n’était pas sous oxygène et n’avait pas de difficulté à respirer ou à marcher. Il a rassuré par ailleurs que l’équipe médicale surveillait de près toute preuve de complications de la maladie.

JUST IN: Dr. Sean Conley speaks on President Trump’s health: « The team and I are extremely happy with the progress the president has made. » pic.twitter.com/SnL2qeZWEH — The Hill (@thehill) October 3, 2020

M. Trump, 74 ans, a souffert de fièvre, de toux, de congestion légère et de fatigue, selon lui, mais les symptômes « se réduisent et s’améliorent », a-t-il dit. Il n’a plus eu de fièvre depuis 24 heures, et son taux de saturation en oxygène était normal à 96%, a-t-il ajouté.

Le président a tweeté samedi, avec entre autres un hommage au personnel soignant et un appel à voter un nouveau plan de relance économique.

Doctors, Nurses and ALL at the GREAT Walter Reed Medical Center, and others from likewise incredible institutions who have joined them, are AMAZING!!!Tremendous progress has been made over the last 6 months in fighting this PLAGUE. With their help, I am feeling well! — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) October 3, 2020

Admis au centre médical Walter Reed, l’Etat de santé du président américain Donald Trump serait un peu inquiétant d’après une source citée par CNN.« Les signes vitaux du président au cours des dernières 24 heures étaient très préoccupants et les 48 prochaines heures seront cruciales en termes de soins. Nous ne sommes toujours pas sur une voie claire vers une récupération complète, » a confié la source proche de son état de santé quelques instants après que le médecin du président ait rassuré que le candidat républicain se portait très bien.


Mais peu après la conférence de presse médicale, une source ayant connaissance de l’état de santé du patient et ayant requis l’anonymat a donné une description délibérément plus alarmiste: « Les signes vitaux du président ces dernières 24 heures ont été très inquiétants, et les 48 prochaines heures seront critiques en termes de soins. Nous n’avons toujours pas emprunté une voie claire vers le rétablissement ».

Le New York Times a ensuite affirmé que cette source était le chef de cabinet présidentiel, Mark Meadows.

D’autres déclarations ont accru le sentiment de cacophonie à l’intérieur de l’exécutif dans cette période incertaine.

Donald Trump a-t-il reçu une supplémentation en oxygène?

Le docteur Conley s’est borné à répondre que cela n’avait pas été le cas samedi, ni jeudi ni depuis son hospitalisation, restant évasif quand les journalistes lui ont demandé s’il en avait reçu à aucun moment.

Des médias américains, dont la chaîne ABC, ont ensuite confirmé qu’il avait bien eu besoin d’oxygène supplémentaire vendredi à la Maison-Blanche, à cause de difficultés à respirer, avant d’être hospitalisé.

Et de quand date le premier test positif du président?

Le médecin a semé le trouble en évoquant «72 heures » depuis le diagnostic, une durée incohérente avec les déclarations précédentes, car elle aurait fait remonter le test positif à mercredi, au lieu de jeudi comme indiqué auparavant. Cela a forcé la Maison-Blanche à vite corriger le médecin en disant qu’il parlait du troisième jour, puis à publier une nouvelle lettre clarifiant que le « premier » diagnostic datait bien de jeudi soir…

Une question centrale reste sans réponse: quand et comment Trump a-t-il contracté le virus?

Donald Trump est admis à l’hôpital


La Maison-Blanche est liée à de multiples contaminations. La liste des proches de M. Trump infectés s’allonge: son épouse Melania, sa conseillère Hope Hicks, son directeur de campagne Bill Stepien, trois sénateurs républicains, et l’ancienne conseillère Kellyanne Conway…. Sans compter trois journalistes accrédités.

Deux traitements

Depuis son hospitalisation vendredi, Trump a reçu deux traitements. D’abord l’injection d’un cocktail expérimental d’anticorps de synthèse conçue par la société Regeneron. La solution a donné des résultats préliminaires prometteurs dans des essais cliniques. Le président a reçu aussi la première dose de l’antiviral Remdesivir, un médicament estimé efficace contre les formes plus légères de la maladie.

Les impacts de l’hospitalisation de Donald Trump sur la campagne électorale aux États-Unis.

À un mois jour pour jour des présidentielles américaines, le président sortant est hospitalisé pour la COVID-19. Quels sont les impacts sur la campagne électorale? Une analyse politique de Valérie Beaudoin


#Covid19 #donaldtrump #ÉtatsUnis #MaisonBlanche

0 vue0 commentaire