top of page

BRICS: Le vœu de Abdelmadjid Tebboune n'a pas été exaucé.. une poitrine gonflée de désirs inexaucés


"Un rêve est toujours agréable à vivre, même si au bout la réalité est décevante." Mazouz Hacène

Rêve 1: Abdelmadjid Tebboune, avait affirmé que l'année 2023 sera couronnée par l'adhésion de l'algérie aux BRICS.

L'algérie avait officiellement demandé de rejoindre le groupe des BRICS. Une responsable au ministère des Affaires étrangères l'avait annoncé en novembre 2022. Déjà à la fin du mois d'août, lors d’une rencontre avec des médias algériens, Abdelmadjid Tebboune affirmait la volonté de l’algérie d’intégrer le groupe des BRICS.

Rêve 2: Tebboune : «L’algérie intègrera le Brics en tant qu’observateur»

Dans un podcast diffusé par la chaîne d’information qatarie Al-Jazeera, Abdelmadjid Tebboune a répondu à plusieurs questions dont celle relative à l’adhésion de l’algérie aux BRICS.

Concernant l’adhésion de l’algérie aux BRICS, Abdelmadjid Tebboune a affirmé qu’il s’agit d’une démarche qui permettra à l’économie du pays de se renforcer.

«L’algérie prendra d’autres initiatives avec des économies plus fortes. Les banques et les investissements dans les BRICS permettront de renforcer l’algérie sur le plan économique. Même politiquement, en tant que pays du mouvement des Non-Alignés, nous sommes proches de ce pôle», a indiqué ce dernier.

«La Chine, la Russie, l’Afrique du Sud et le Brésil sont favorables à la demande d’adhésion, et l’Inde ne s’y est pas opposée», a souligné Abdelmadjid Tebboune.

L’algérie devrait adhérer lors de la prochaine réunion périodique du groupe BRICS prévue l’été prochain. Le pays sera intégré en tant que «pays observateur dans un premier temps. Avec l’amélioration des indicateurs, nous deviendrons un membre à part entière au sein des BRICS», a-t-il fait savoir.

Cependant , la réponse à l'algérie de rejoindre ce groupe composé de cinq pays – en l'occurrence le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud – est connue. Une réponse qui n'a toutefois pas tarder!!!. Lors du sommet de ce groupe économique restreint qui s'est tenu les 2 et 3 juin au Cape Town, en Afrique du Sud.

Réalité: L'adhésion aux BRICS est conditionnée par certaines données économiques.

En effet, les dirigeants de ce groupe économique qui monte en puissance vont devoir examiner, lors de ce sommet, l’éventualité d’élargir leur coalition en intégrant de nouveaux membres. L'algérie n'est pas le seul pays intéressé. Ils sont 19 pays à exprimer leur volonté de faire partie de ce groupe très en vue dans cette conjoncture économique mondiale. Parmi ces 19 pays, seulement 13 ont déposé des demandes officielles (dont l'algérie), selon l’ambassadeur sud-africain au sein des BRICS, Anil Sookal.

Le ministère chinois des Affaires étrangères avait annoncé, début mai dernier, le début d’un processus d’élargissement du groupe des BRICS. Dans ce cadre, des dirigeants de plusieurs pays en développement, dont l’Arabie saoudite, l’Argentine, l’Égypte, l’Indonésie, le Kazakhstan, le Nigeria, le Sénégal, la Thaïlande et les Émirats arabes unis (EAU), avaient participé, le 23 mai, à une conférence virtuelle baptisée «BRICS Plus», et présentée par Pékin comme «une nouvelle phase du processus de l’élargissement des BRICS».

Comments


bottom of page