top of page
  • Photo du rédacteurAA

Au Gabon, la loi (29.06.20) sur la dépénalisation de l’homosexualité adoptée par le Sénat

Les sénateurs gabonais procédant au vote à main levée le 29 juin à Libreville © Presse Sénat

Les sénateurs gabonais procédant au vote à main levée le 29 juin à Libreville © Presse Sénat


Au Gabon,la loi (29.06.20) sur la dépénalisation de l’homosexualité adoptée par le Sénat.

Le Sénat a voté le texte lundi (29.06.20) après le parlement. Si elle ravit certaines associations, la loi a ses détracteurs y compris parmi les élus.

Au Gabon, le Sénat a adopté à la majorité le projet de loi sur la dépénalisation de l’homosexualité. Un vote qui intervient six jours après l’approbation de cette controversée de la chambre basse du parlement. Le parlement gabonais a adopté définitivement la loi portant dépénalisation du de l’homosexualité dans ce pays de l’Afrique centrale. En effet, six jours après l’Assemblée nationale (Chambre basse), le Sénat a voté à son tour lundi une modification du Code pénal, annulant une disposition que la Chambre haute avait elle-même introduit dans la loi en juillet 2019, interdisant les «relations sexuelles entre personnes de même sexe». Ce vote permet de modifier la loi n°042/2018 du 05 juillet 2019 portant Code pénal en République gabonaise. La modification porte exactement sur le retrait de l’alinéa 5 de l’article 402 du Code pénal en vigueur depuis juillet 2019 qui condamnait l’homosexualité.

Les élus divisés

Le vote par d’une loi dépénalisant l’homosexualité est perçu comme une victoire pour les initiateurs du texte. Cependant, le résultat du vote au parlement a montré que la question divise le pays. Selon les résultats du vote, sur 83 votants, 59 sénateurs ont voté pour, 17 ont voté contre et 4 se sont abstenus. Il y a eu 3 bulletins nuls. 16 sur un total de 99 sénateurs étaient absents ou excusés. Les deux chambres du parlement ayant adopté le texte, il restera au chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba de promulguer le texte.

La première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, a exprimé à plusieurs reprises son soutien à la dépénalisation de l’homosexualité dans le pays. Lundi matin, sa fondation postait sur Twitter: « Nos différences sont notre richesse. Etre tolérant, c’est accepter de vivre ensemble malgré nos différences ».

Nos différences sont notre richesse. 🇬🇦 Être tolérant, c’est accepter de vivre ensemble malgré nos différences. Bonne semaine à tous ! ☀️ pic.twitter.com/R3Ut1heXhr — Fondation SBO (@FondationSBO) June 29, 2020

Au Gabon, les homosexuels vivent leurs relations dans la clandestinité. Aucune association n’est enregistrée officiellement pour défendre les membres de cette communauté.

Les voix défavorables à l’homosexualité se font bien plus fortes dans l’opinion gabonaise dont la majorité rejette une « atteinte aux mœurs ». Certains sont allés jusqu’à affirmer que cette proposition, portée par le gouvernement, ne visait qu’à « faire plaisir » aux bailleurs de fonds occidentaux.

Des marches programmées pour contester le vote de cette loi ont été interdites par le ministère de l’intérieur.

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page