top of page

Algérie: le phénomène du suicide chez les soldats... Âmes sensibles s'abstenir ! [Dossier]


Le malaise dévoilé, enquête sur le métier et les conditions de vie des militaires algériens...

Le présent article décrit le phénomène du suicide au sein de l'ANP et l’épidémiologie des suicides chez les soldats de l'ANP

Vidéo: Âmes sensibles s'abstenir !

Le journaliste algérien Amir Boukhors « Amir Dz » (Wikileaks algérien) avait déjà rendu public des documents « topsecret défense » de l’armée algérienne daté du 29 décembre 2020. Ces document « Top Secret » tire la sonnette d’alarme sur la hausse des défections parmi les officiers en service, les militaires qui servent en vertu d’un contrat et autres qui accomplissent le service militaire.

Selon le document de l’armée algérienne, cette hausse inquiétante des défections serait due à “des malaise et des troubles de natures psychologique et sociologique.” subis par les militaires de carrières et les contractuels.

« Le document secret de l’ANP, publié par Amir dz, est l’un des documents les plus dangereux, car il concerne le phénomène du suicide chez les soldats. Dans un pays qui se respecte, des commissions parlementaires seront ouvertes , des enquête et des discussions au haut sommet de la hiérarchie du pouvoir, car elles sont liées à l’état de préparation du personnel militaire dans toute guerre défensive ou offensive, si le moral est momifié ce qui le pousse à se suicider. Il n’y a aucune raison qui pousse à se suicider sauf si la personne perd l’espoir de vivre et son moral s’effondre, et aucune armée ne peut s’acquitter de ses tâches si le moral de ses membres n’est pas élevé. La question qu’il faut se poser est quelle est la cause de l’effondrement du moral des militaires? Parce que je ne pense pas que les publications de certains jeunes ou adolescents sur Facebook en soient la raison, sinon c’est un grand désastre qu’aucune armée n’a connu dans l’histoire récente. » écrit Sofiane Chouiter sur sa page Facebook.

Me Sofiane Chouiter, membre de SOS Disparus et avocat de Mme Louisa Saker, secrétaire générale de l’Association des familles de disparus de Constantine.

L’autre élément de surprise est lié au fait que les dépressions et les suicides frappent aussi des franges catégorielles jadis relativement épargnées, à savoir des officiers supérieurs appartenant à des spécialités opérationnelles, par conséquent des individus sélectionnés pour leur sang-froid et leur force morale, habitués à exercer leur métier sous une forte pression psychologique et physique. Non seulement le commandement est responsable de ces décès lorsque, ayant connaissance du dysfonctionnement de certaines unités et du mal-être qui touche des individus clairement identifiés, il fait preuve d’indifférence et de laxisme ; mais il l’est encore davantage s’il crée lui même ce genre de situations pathogènes, en imposant des conditions de travail insupportables, des modes de commandement trop exclusivement tournés vers la pression morale permanente.

Cette situation préoccupante contredit de manière flagrante les fausses “assurances” du chef d’état-major de l’armée algérienne, le général Saïd Chengriha, quant au “moral des troupes” et leur prétendue “disposition au combat”.

Ces militaires Algériens qui fuient leur pays

Décès naturel ou suicide avéré d’un général découvert mort dans son bureau ?

Elles sont deux versions qui courent à propos du décès du général Djamel Amroun, directeur général des Dotations et habillements au sein de l’Armée Nationale du Populaire (ANP) d’Algérie, qui a été retrouvé sans vie dans la matinée de ce mercredi 11 septembre dans son bureau.

Selon le site arabophone Ennahar, il aurait été victime d’une crise cardiaque, alors que ObserverAlgérie émet quelques doutes en optant pour un éventuel suicide alors que, Algérie Part n’y va pas par quatre chemins pour infirmer ce que ce dernier ose à peine soupçonner.

Algérie Part fait même la part des choses puisqu’il va jusqu’à annoncer que le défunt général baignait dans une marre de sang, quand il a été découvert dans son bureau de l’unité qu’il commandait à Kharrouba, une commune de la wilaya de Boumerdès à une cinquantaine de km d’Alger.

Ce qui est sûr en tout cas, c’est que, par ces temps où il ne fait pas bon avoir affaire avec la justice en Algérie et encore moins celle militaire, celui qui habillait (juteux marché), les soldats du Général Gaid Salah, était sous le coup d’une enquête pour corruption. Il était sur le point d’être convoqué et auditionné dans le cadre de ces investigations judiciaires. Une situation invivable pour ce général nouvellement promu et Kabyle de surcroit puisqu’il est originaire d’Aït Douala, une commune de la wilaya de Tizi Ouzou en Kabylie, à une vingtaine de1 km au sud-est.

«Saïd Chengriha est un trafiquant de drogue et d’armes…» Guermit Bounouira….

L’ancien secrétaire particulier de l’ex-chef d’état-major le général Ahmed Gaïd Salah, Guermit Bounouira, a exposé, dans une vidéo filmée depuis la prison militaire de Blida et publiée sur les réseaux sociaux, les crimes et délits de plusieurs hauts gradés de l’armée algérienne, notamment Saïd Chengriha, accusé de meurtres, enrichissement illicite et trafic de drogue.

La vidéo s’est propagée, lundi, comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Cette dernière montre Guermit Bounouira dans sa cellule de la prison militaire de Blida, accusant Said Chengriha, d’avoir accumulé une fortune grâce à un vaste réseau de trafic de drogue et d’armes, actif à la frontière algéro-marocaine et la fontière Est d’Alger. La vidéo, diffusée également par l’ancien diplomate algérien Mohamed Larbi Zitout exilé au Royaume-Uni, fait partie d’une série d’une vingtaine d’enregistrements.

Les accusations de Guermit Bounouira ont fait l’effet d’un tremblement de terre en Algérie. Pour la première fois depuis l’ »indépendance » du pays, le secrétaire particulier d’un défunt Chef d’Etat-Major de l’Armée algérienne, s’en prend violemment et directement à un autre puissant décideur de l’institution militaire, en l’occurrence celui préside en ce moment aux destinées de l’Etat-Major de l’ANP, avec le son et l’image… depuis sa cellule de la prison militaire de Blida!

Guermit Bounouira accuse, en effet, Said Chengriha, d’avoir accumulé une fortune colossale grâce au trafic de drogues et à la contrebande d’armes. Le secrétaire particulier du défunt Gaid Salah a même accusé Said Chengriha d’avoir servi comme «baron de drogues» en assurant la protection des voies pour le trafic de drogue à la frontière algéro-marocaine.

Dans cette fuite inédite et néanmoins extravagante, qui aurait été orchestrée, avec la complicité d’un réseau extrême complexe et bien introduit au sein de l’institution militaire algérienne, l’ex-chef d’état-major accuse Chengriha de «convoyer des armes détournées et volées» depuis la Libye, lesquelles sont ensuite exposées à la télévision publique «pour servir d’alibi à de fausses affaires de terrorisme».

Ces révélations surviennent alors que des bruits de couloirs laissent entendre que les frictions se multiplient entre l’entourage d’Abdelmadjid Tebboune, porte-parole des généraux algériens et néanmoins président de l’Algérie pour leur compte et celui de Chengriha.

Ces vidéos fuitées sur la Toile ont semé la zizanie en Algérie, soulevant une vague d’indignation générale des Algériens qui dénoncent les dépassements de la junte militaire et veulent voir des têtes tomber. Du côté du ministère de la Défense Nationale, ainsi que la présidence algérienne, un silence assourdissant règne…

135 vues0 commentaire
bottom of page