top of page

ROYAUME DU MAROC: La première autoroute de l’eau du continent africain est désormais une réalité


Les premiers mètres cubes d’eau du bassin du Sebou sont arrivés, lundi, au bassin du Bouregreg, dans le cadre de la réalisation de la première tranche urgente du projet d’interconnexion des deux bassins, a annoncé mardi le ministère de l’Équipement et de l’Eau dans un communiqué.

Le Maroc fait preuve d’une expertise sans équivoque dans le domaine du génie civil et de l’infrastructure, avec un projet innovant: la première autoroute de l’eau du continent africain, grâce à ses entreprises et experts locaux:
Ce méga-projet s’inscrit dans la lignée des hautes directives royales contenues dans le discours royal du 14 octobre 2022 à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature, sur l’interconnexion des bassins versants.

Il vise à détourner l’excédent d’eau du bassin du Sebou, qui se perdait dans l’océan Atlantique, vers le bassin du Bouregreg afin d’assurer l’approvisionnement en eau potable de l’axe Rabat-Casablanca pour une population estimée à environ 12 millions de personnes, et d’alléger la pression sur le barrage al-Massira.

La réalisation de ce projet a nécessité environ neuf mois, sachant qu’il a été mis en service progressivement le 24 août 2023 pour mener les expérimentations nécessaires sur les équipements et détourner l’eau avec un débit initial n’excédant pas 3 mètres cubes par seconde, souligne le ministère, ajoutant que la prochaine étape consistera à augmenter progressivement le débit d’eau pour atteindre 15 mètres cubes par seconde, ce qui permettra de transférer un volume annuel d’eau excédentaire dans le bassin du Sebou compris entre 350 et 400 millions de mètres cubes.

Ce projet, dont le coût total est estimé à environ 6 milliards de dirhams, comprend une installation de captage d’eau au niveau du barrage de garde sur l’Oued Sebou, 67 km de canaux en acier d’un diamètre de 3200 mm, deux stations de pompage d’un débit de 15 mètres cubes par seconde, et un bassin pour acheminer l’eau vers la retenue du barrage de Sidi Mohamed Ben Abdullah.

Le Ministère a souligné que ce projet a été réalisé grâce à une compétence et une expertise nationales d’un groupement d’entreprises (SGTM, SOMAGEC, STAM-SNCE), du Bureau des Etudes (CID) et du Laboratoire Public (LPEE), alors que l’Office régional de Mise en Valeur agricole du Gharb a été chargé du suivi des travaux.

La même source rappelle avoir lancé, en coordination avec tous les départements ministériels, au cours du mois de décembre 2022, les travaux de réalisation de la tranche urgente du projet d’interconnexion du bassin de Sebou, à partir du barrage de garde, et du bassin du Bouregreg, au niveau du barrage Sidi Mohamed Ben Abdallah.

Ainsi, le Maroc démontre sa détermination à répondre à ses besoins en eau grâce à des infrastructures innovantes et à un savoir-faire local.

98 vues0 commentaire

Comments


bottom of page