top of page

Pour la sénatrice PS, Hélène Conway-Mouret, ce Conseil de défense "a été une réaction d'ingérence".


Le président français Emmanuel Macron a menacé de répliquer "de manière immédiate et intraitable" à toute attaque contre les ressortissants de la France et ses intérêts au Niger, où des milliers de manifestants favorables au putsch militaire ont ciblé son ambassade à Niamey dimanche.

« Quiconque s'attaquerait aux ressortissants, à l'armée, aux diplomates et aux emprises françaises verrait la France répliquer de manière immédiate et intraitable. Le Président de la République ne tolérera aucune attaque contre la France et ses intérêts », a indiqué l'Elysée.

La France a annoncé suspendre ses aides à la suite du coup d'Etat militaire qui a renversé mercredi le président élu Mohamed Bazoum, au pouvoir depuis 2021. Ce dimanche, Emmanuel Macron hausse le ton alors qu'une manifestation a eu lieu devant l'ambassade de France dont la plaque a été vandalisée et remplacée par des drapeaux russes et nigérien.

500 à 600 ressortissants français se trouvent actuellement au Niger, selon le Quai d'Orsay. Parmi les entreprises hexagonales présentes, Orano (ex-Areva), spécialisée dans le cycle du combustible nucléaire qui y exploitait depuis 50 ans deux mines d'uranium dans le nord du Niger, la Somaïr (Société des mines de l'Aïr) et la Compagnie des mines d'Akokan (Cominak): cette dernière a fermé en 2021, mais fait l'objet d'un vaste projet de réaménagement.

Le conseil de défense d'Emmanuel Macron a été vécu comme "une réaction d'ingérence" pour Hélène Conway-Mouret (PS)

Le Niger fait face à un putsch militaire, destituant le président en place. Le président de la République française, Emmanuel Macron, a tenu un Conseil de défense sur ce sujet samedi 29 juillet. Pour la sénatrice PS, Hélène Conway-Mouret, ce Conseil de défense "a été une réaction d'ingérence"


Comments


bottom of page