Mali: L’Allemagne se retire de la mission de formation de l’Union européenne

L’Allemagne mettra un terme à la mission de formation de l’Union européenne au Mali (EUTM) au profit des Forces armées maliennes a déclaré, mercredi, Annalena Baerbock, ministre allemande des Affaires étrangères, lors de sa rencontre avec le Président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta.

Cette visite d’amitié et de travail avait pour objectif de réitérer l’engagement de l’Allemagne auprès de la République du Mali, notamment sur le volet de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a affirmé mercredi à Bamako l’impossibilité pour les Européens de coopérer avec les forces maliennes tant que celles-ci collaboraient avec les Russes, s’attirant une fin de non-recevoir de son homologue.

Après une rencontre avec le chef du gouvernement de transition malien, le colonel Assimi Goïta, Mme Baerbock a exprimé devant des journalistes la crainte de « crimes de guerre massifs » contre les populations civiles maliennes, suivant un « schéma » observé selon elle de la part des forces russes en Syrie ou en Ukraine.

#Klimakrise – hier im #Sahel bedeutet das Konflikt, Hunger und Flucht. Klimakrise – das bedeutet für eine Mutter, dass sie nicht weiß, was sie ihren Kindern am Abend zu essen geben wird. Dass ein Vater sich darum sorgt, dass sein Sohn sich extremistischen Schergen anschließt. 1/3 pic.twitter.com/QvNTWYnFcr — Außenministerin Annalena Baerbock (@ABaerbock) April 13, 2022

À sa sortie de l’audience, la cheffe de la diplomatie allemande a déclaré: « Nous venons d’avoir un entretien avec le président malien de la Transition dans une situation très complexe où de nombreuses crises s’ajoutent dans le pays : le dérèglement climatique, la sécurité alimentaire qui est menacée depuis des années, le changement climatique, l’accès à l’eau, à l’éducation, à la formation ».

Annalena Baerbock a souligné en outre, que « l’Allemagne ne va pas rompre sa coopération avec le pays, mais mettra plutôt un terme à la mission de formation de l’Union européenne au Mali (EUTM) au profit des Forces armées maliennes » précisant que « la coopération entre les deux pays se poursuivra sur le volet de la MINUSMA ». Son homologue malien Abdoulaye Diop a demandé en sa présence qu’on se garde de tout “amalgame” et affirmé la nécessité de respecter les choix de son pays.

“Le Mali souhaite travailler avec l’ensemble de ses partenaires, y compris l’Allemagne, la Russie, la Chine, les États-Unis”, a déclaré le chef de la diplomatie malienne.

La ministre des affaires étrangères allemande a invoqué la décision annoncée le 11 avril par l’Union européenne “d’arrêter” ses missions de formation et d’entraînement de l’armée et de la garde nationale au Mali. Quelque 300 soldats allemands participent à la Mission de formation de l’Union européenne (EUTM).

« Nous ne pouvons poursuivre la coopération sans démarcation d’avec les forces russes« , a-t-elle dit, rapportant un « appel pressant » qu’elle avait adressé en ce sens à ses interlocuteurs. Le président russe Vladimir « Poutine mène contre l’Ukraine une grave guerre d’agression contraire aux droits des peuples« , a-t-elle enchaîné.

Le Président de la Transition, SE le Col Assimi GOÏTA, Chef de l’État, a accordé une audience ce mercredi, à une forte délégation venue de la République fédérale d’Allemagne. Elle était conduite par la Min allemande des Affaires étrangères, Madame Annalena BAERBOCK. pic.twitter.com/iZhTx1yzVX — Presidence Mali (@PresidenceMali) April 13, 2022

« Il ne faut pas confondre les choses », a répondu M. Diop. « Le Mali n’est pas impliqué par rapport à ce qui se passe » en Ukraine, « mais je crois qu’il ne faut pas faire trop d’amalgame à ce niveau: la situation du Mali est la situation du Mali et nous souhaitons que chaque partenaire du Mali aussi respecte les choix du Mali », a-t-il insisté.

Le Mali, plongé depuis 2012 dans une crise sécuritaire profonde malgré le soutien de forces étrangères et gouverné depuis 2020 par des militaires arrivés au pouvoir par la force, s’est détourné ces derniers mois de la France et de ses partenaires européens, et tourné vers la Russie.

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a rencontré ce mardi le chef de la diplomatie malienne. @AbdoulayeDiop8 a une fois de plus nié le fait d’avoir fait appel à des mercenaires russes de la société Wagner. #Mali pic.twitter.com/qMwjTWsKXf — DW Afrique (@dw_francais) April 13, 2022

Français et Européens dénoncent le recours fait selon eux par Bamako aux services de la société de sécurité privée russe Wagner, aux agissements controversés. La junte dément et parle de coopération d’Etat à Etat avec la Russie.



A lire aussi:
Mali: la Russie met son veto à l’ONU sur une demande d’enquête sur le massacre présumé de Moura

#AbdoulayeDiop #AnnalenaBaerbock #Minusma #UnionEuropéenne #AssimiGoïta #Allemagne #MALI

0 vue0 commentaire