Libye: suspension de la production sur les gisements pétroliers d’al-Charara et al-Fil

La Compagnie nationale de pétrole (NOC) en Libye a annoncé, dimanche 06 mars, la suspension de la production pétrolière de deux gisements majeurs, causant d’importantes pertes pour ce pays très dépendant de la vente d’hydrocarbures et qui connaît une grave crise politique.

La fermeture des vannes de pompage par un groupe armé « engendre des pertes de 330 000 barils par jour et une perte quotidienne de plus de 160 millions de dinars libyens (environ 32 millions d’euros) », a déploré la Compagnie nationale libyenne de pétrole le 06 mars

La production a été stoppée après qu’un groupe armé a « fermé les vannes acheminant le brut » sur les sites d’al-Charara et al-Fil, forçant la compagnie à « déclarer l’état de force majeure« , mesure qui permet une exonération de sa responsabilité en cas de non-respect des contrats de livraison, a indiqué la Compagnie nationale de pétrole (NOC) sur Facebook.


La Libye, qui dispose les réserves les plus abondantes du continent, tente de s’extirper de plus d’une décennie de troubles depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, dans le sillage du Printemps arabe.

Un gouvernement parallèle intronisé par le Parlement libyen et qui s’efforce d’évincer l’exécutif en place à Tripoli a prêté serment jeudi, enfonçant le pays dans une crise institutionnelle qui rappelle les heures de la guerre civile.

« Les infrastructures pétrolières sont souvent la cible d’attaques (…) au vu et au su de tous », a déploré Mustafa Sanalla, patron de la NOC, cité dans le communiqué. « Nous en avons désormais l’habitude », a-t-il dit, en se demandant: « à qui cela profite surtout en ce moment alors que le prix du baril a dépassé 100 dollars ?« .

Plus de 1 600 barils… une perte quotidienne à la suite des attaques contre les oléoducs… et les criminels Aucune punition ne les décourage.

Le gisement d’al-Charara, situé à environ 900 km au sud de Tripoli, produit en temps normal 315 000 barils par jour, sur une production nationale de plus de 1,2 million de barils par jour, contre 1,5 à 1,6 million avant 2011. Il est géré par la société Akakus, coentreprise entre la NOC, l’Espagnol Repsol, le Français Total, l’Autrichien OMV et le Norvégien Statoil.

Le gisement al-Fil, situé dans le bassin de Morzouq à 750 kilomètres au sud-ouest de Tripoli, est lui géré par la coentreprise Mellitah Oil & Gas, entre la NOC et le géant italien Eni. Quelque 70 000 barils y sont produits habituellement chaque jour.

Selon la NOC, le groupe armé dirigé par un certain Mohamed al-Garj avait déjà fermé les vannes à plusieurs reprises entre 2014 et 2016.

Décembre 2018: La production du plus important champ pétrolier de la Libye fait l’objet d’un blocage par une milice armée depuis ce dimanche 9 décembre 2018. Une milice qui réclame le versement de primes liées à la fourniture de services de sécurité. Un versement refusé par la NOC le 14 décembre 2018.

Lire aussi:
(Ingérence et déstabilisation…). Le jeu machiavélique de l’Algérie en Libye… Ne constatez-vous pas que le même scénario se répète?

#Algérie #CriseLibyenne #LaCompagnienationaledepétrole #Libye #NOC #alChararaetalFil

0 vue0 commentaire