Le « Yes we Kanye » : Les icônes marocaines à l’honneur dans une exposition pop art

Les icônes de la culture populaire africaine et afro-américaine mises en lumière dans une exposition pop art. 

La chanteuse Nina Simone, la directrice de l’organisation mondiale du commerce Ngozi Okonjo-Iweala ou encore l’artiste Basquiat, sont les portraits que l’on peut retrouver sur les murs de cette galerie de Lagos au Nigéria.

Inspiré du mouvement pop art d’Andy Warho, l’artiste franco-camerounais Fred Ebami  explore les icônes africaines et donne de la visibilité à d’autres icônes que celles de la culture populaire américaine des années 60, avec des portraits colorés dessinés numériquement.

Exposant pour la première fois au Nigéria, l’artiste de 45 ans né en banlieue parisienne, vit aux Etats-Unis depuis de nombreuses années.

Passionné de bande dessinée puis de pop art, il puise son inspiration chez d’autres artistes du mouvement comme Roy Liktenstein à qui il emprunte des traits et des couleurs saisissants pour peindre les icônes qui l’inspirent.

« C’est des icônes que j’ai pas juste utilisées comme ça mais parce que leur historique, leur histoire, l’impact qu’ils ont sur la société est vrai, présent, impactant et pas seulement au Nigeria mais en dehors du Nigeria et je voulais leur rendre honneur comme on rend honneur à des icônes camerounaises, à des icônes américaines, gabonaises, marocaines, whatever.  » a révélé l’artiste.


« Le « Yes we Kanye » ça vient du « Yes we can » de Obama et je l’ai changé parce que, le message qu’il y a derrière c’est « Nothing is impossible », rien n’est impossible. Si tu mets ta passion dedans et si c’est ton rêve, tu peux y arriver où que tu trouves tu peux y arriver. Et Kanye (West) représente ça. Alors il est habillé en Mobutu (Sese Seko, ancien président de la République démocratique du Congo, ndlr.), c’était aussi fait exprès. J’ai été attiré par ce personnage qui était flamboyant, qu’on aimait ou qu’on aime pas et je voulais le ramener à un personnage qui aurait les mêmes caractéristiques en Afrique. » a-t-il ajouté.

Fred Ebami revisite même le célèbre tableau de Warhol «Campbell’s Soup Cans» de 1962 en représentant, la »Pepper soup », un plat épicé du Nigéria et du Cameroun au lieu de la soupe à la tomate américaine.

L’artiste franco-camerounais souhaite avec le pop art dénoncer à son tour la société consumériste mais cette fois-ci, celle d’Afrique en choisissant notamment d’exposer à Lagos, la plus grande mégalopole d’Afrique qui est pour lui, le symbole de la société capitaliste africaine.

Il souhaite également rendre hommage aux femmes noires qui subissent encore aujourd’hui des représentations stéréotypées héritées de l’époque coloniale.

À côté des portraits d’Angela Davis et de Kanye West, est exposé le portrait d’une femme noire inconnue ; où les mots « Not Your Exotism » je ne suis pas votre exotisme sont inscrits.


#africaine #FredEbami #AndyWarho #popart #icônesmarocaines #YesweKanye

0 vue0 commentaire