top of page

Le culte de la personnalité a la peau dure en Afrique: comparaison entre l’Algérie et le Bénin

Bénin : le président béninois Patrice Talon contre le culte de la personnalité. Le culte de la personnalité a la peau dure en Algérie

Bénin

En guise d’avertissement, la présidence invite les auteurs de ces pratiques et les personnes qui ont projet de telles initiatives « à bien vouloir s’abstenir ». Le président béninois Patrice Talon n’entend pas déroger au principe qu’il a édicté contre le culte de la personnalité. Ce week-end dernier, il l’a encore rappelé à l’endroit des jeunes, femmes, artisans, cadres et autres citoyens qui usent de moyens qui promeuvent le culte de la personnalité, en vue de l’inviter à briguer un second mandat en 2021.

Communiqué de la présidence de la République du Bénin

Ce n’est pas la première fois que le président Patrice Talon appelle à l’arrêt de telles pratiques. Le 11 décembre 2018, dans un communiqué de même teneur que celui du samedi dernier, le ministre d’Etat, Pascal Irénée Koupaki, invitait les auteurs de posters géants à l’effigie du président Talon et positionnés sur les grands carrefours de la ville de Cotonou, à la retenue. « Cette initiative est contraire à la démarche du président de la République qui s’emploie à exercer ses fonctions avec humilité depuis son investiture le 6 avril 2016 », s’est-il insurgé

Risques de poursuites judiciaires

Le gouvernement informe que tout contrevenant à cette interdiction sera appelé à répondre de ses actes. En campagne électorale, cela peut se faire mais en dehors de cette période les manifestions propagandistes ne sont pas les bienvenues.

AlgérieDécidément, le culte de la personnalité a la peau dure en Algérie.

Le cadre du président tebboune exhibé lors d’une réunion officielle: la wilaya de naama ressuscite les pratiques de l’ère bouteflika.

La wilaya de Naama ressuscite les pratiques de l’ère Bouteflika.
Décidément, le culte de la personnalité a la peau dure en Algérie. 

C’est le cas du wali de Naâma qui, prenant part le 14 mai dernier, à une réunion officielle organisée par le ministère de l’Intérieur grâce à la technique de la visioconférence, n’a rien trouvé que placer au milieu de la salle et sur un trépied un cadre d’un « chef de l’Etat » mal élu et décrié.


L’image a été ensuite diffusée sur la page Facebook officielle de la wilaya de Naâma, rappelant les internautes au souvenir d’une époque récente, où le cadre remplaçait le chef de l’Etat lors des rendez-vous officiels. Les responsables de Naâma, wilaya de naissance d’Abdelmadjid Tebboune, semblent avoir gardé les mêmes réflexes.

Pour rappel, l’omniprésence du cadre de Bouteflika dans les moindres activités publiques était pourtant l’un des déclencheurs majeurs de l’indignation populaire. L’entourage du président déchu en avait usé et abusé.

Abdelaziz Bouteflika, l’homme qui gouvernait en photo

« Qui se ressemblent s’assemblent »

#Algérie #afrique #Bénin #cultedelapersonnalité #PatriceTalon #Tebboune

0 vue0 commentaire
bottom of page