top of page

Le Conseil de l’Ordre des Médecins menace le Pr Raoult d’une suspension d’activité immédiate. Didier

Le Conseil de l’Ordre des Médecins menace le Pr Raoult d’une suspension d’activité immédiate. Didier Raoult prédit la fin du Covid-19 « maladie saisonnière» (vidéo)

Le directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée, Didier Raoult, a émis une nouvelle fois l’hypothèse que l’épidémie de Covid-19 serait saisonnière.

S’appuyant sur la «diminution constante du nombre de cas diagnostiqués et du nombre de cas hospitalisés en réanimation» à Marseille, Didier Raoult veut croire que la cité phocéenne est «sur une vague descendante». «Si les choses continuent comme ça, on a bien l’impression que ce qui était une des possibilités de cette maladie c’est-à-dire une maladie saisonnière est en train de se réaliser», prédit le professeur Raoult dans la dernière vidéo postée par son équipe sur sa chaîne YouTube. «Il est possible que d’ici un mois, il n’y ait plus de cas du tout dans la plupart des pays tempérés.» Le directeur de l’IHU Méditerranée en veut pour preuve que «beaucoup de maladies infectieuses sont saisonnières» et que «les infections virales respiratoires, dans les pays tempérés, sont beaucoup plus fréquentes pendant la saison froide». «Et ça s’arrête en général au printemps», martèle-t-il.

Les pays riches moins efficaces que les pays pauvres ?

Dénonçant «la violence des réactions» envers ses travaux sur la chloroquine, l’infectiologue marseillais s’estime victime de « déchaînements entre des manières de voir de pays qui sont très riches, qui n’ont pas l’habitude d’être confrontés [à] de nouvelles maladies pour lesquelles il y a des décisions rapides à prendre ».

«Tous les pays riches et développés ont eu des résultats moins importants que les pays pauvres, qui ont choisi de régler ça comme une pneumonie avec des médicaments banals et qui ne coûtaient rien, poursuit le chercheur. Les 15 pays qui ont la plus forte mortalité ne sont que des pays riches. Il y a une déconnexion entre la richesse et la capacité à répondre à des situations de cet ordre-là».

« Quand on est très riche, et qu’on n’a pas grand-chose à espérer de nouvelles médecines, on n’est pas pressé. Il y a une aversion au risque, il y a le principe de précaution », développe-t-il. « Cette structure et cette manière de penser [ne sont] pas en adéquation du tout avec une situation de crise », comme celle que traversent les pays touchés par la pandémie de covid-19.

Didier Raoult bientôt suspendu par le Conseil de l’Ordre des Médecins?

A sa grande expérience des maladies infectieuses s’associe des prédictions toujours très positives. Des positions qui divisent la communauté scientifique et lui attirent des critiques en tous genres. Après ses préconisations répétées sur le recours à un traitement à base de Chloroquine afin de lutter contre le nouveau coronavirus appelé Covid-19, le professeur Didier Raoult fait une annonce qui va sans doute être très commentée. Le célèbre – et controversé – directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée n’exclut pas la fin prochaine de la pandémie. Son hypothèse ? Il ne s’agirait que d’une « maladie saisonnière ». Dans la dernière vidéo publiée par ses équipes, dans laquelle il évoque la baisse du nombre de cas de réanimation à Marseille, la gestion critiquable de la crise dans les pays riches ou encore les propriétés spécifiques de certaines infections, le scientifique de 68 ans va même plus loin et affirme : « Il est possible que d’ici un mois, il n’y ait plus de cas du tout dans la plupart des pays tempérés ».

Le Conseil de l’Ordre des Médecins menace le Pr Raoult d’une suspension d’activité immédiate parce que ses essais cliniques « ne respectent pas les procédures officielles ». Il risque jusqu’à un an de prison et 15 000 euros d’amende.

Le 23 avril en effet, le Conseil a publié un communiqué qui, sans le citer nommément, met gravement en cause le comportement du Pr Raoult. Le titre donne le ton général : « Protocoles de recherches cliniques illégaux : l’Ordre rappelle avec fermeté les règles en vigueur ». La suite n’est guère plus amène. Rappelant qu’il « serait inadmissible dans ce contexte {épidémique} de susciter de faux espoirs de guérison », l’Ordre saisit officiellement l’Agence du Médicament à propos de « ces protocoles qui s’inscrivent en dehors de la législation en vigueur ».

Et ce communiqué se conclut sur une menace à peine voilée : « La mise en danger des patients, s’il apparaissait qu’elle puisse être provoquée par des traitement non validés scientifiquement, pourrait justifier la saisine du Directeur général de l’ARS {Agence régionale de santé} pour demander une suspension immédiate de l’activité de ces médecins ». En substance, « le Conseil national de l’Ordre des médecins rappelle fermement à l’ensemble des médecins qu’en cette période de vulnérabilité particulière et face à l’inquiétude de nos concitoyens, leur parole prend un sens encore plus important. Il serait inadmissible dans ce contexte de susciter de faux espoirs de guérison. Les Français, nos patients, vouent une confiance importante au corps médical, qui se doit d’en être à la hauteur pendant cette crise sanitaire sans précédent ».

Et d’ajouter : « Le CNOM a informé l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) de ces protocoles qui s’inscrivent en dehors de la législation en vigueur et tirera le cas échéant les conséquences de l’avis de l’ANSM ».

Que peut-on reprocher au Pr Raoult ? Son premier essai, sur un tout petit nombre de patients, a bien été soumis à l’approbation de l’ANSM comme « interventionnel ». Par contre, celui du 9 avril a été déclaré « observationnel », c’est-à-dire qu’il ne servait qu’à confirmer le premier.

Et c’est bien ce qui pourrait lui être reproché par l’ANSM car un essai clinique qui ne respecte pas les procédures officielles est une faute passible d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende.

Ainsi, difficile en effet de ne vas voir dans ce communiqué une menace de l’Ordre des Médecins contre les travaux du Pr Raoult, présentés, faut-il le rappeler, « en avant-première » à Emmanuel Macron, lors de son déplacement à Marseille le 9 avril dernier. Car ces travaux ont justement fait l’objet d’une demande de précision de la part de l‘ANSM il y a une dizaine de jours déjà, sans réponse du Pr Raoult…

L’abstract et le tableau récapitulatif des données de notre article portant sur le traitement de 1061 patients sont en ligne ! The abstract and the summary table of our paper on the treatment of 1061 patients are online !https://t.co/mTWj6aGpTkhttps://t.co/lNXZK91etI pic.twitter.com/PLdygNolxG — Didier Raoult (@raoult_didier) April 10, 2020

#ConseildelOrdredesMédecins #Covid19 #DidierRaoult

0 vue0 commentaire
bottom of page