top of page

Le 007 algĂ©rienđŸ•”ïžâ€â™‚ïž, Said Bensdira, l'hĂŽte de marque de la piscine des Tourelles... [Dossier]

Le 007 algĂ©rienđŸ•”ïžâ€â™‚ïž, Said Benedira, cĂ©lĂšbre activiste des rĂ©seaux sociaux qui sĂ©vit contre certaines personnalitĂ©s du pouvoir algĂ©rien, a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© ce samedi Ă  Paris par la police française.

Selon la revue en ligne, Maghreb-Intelligence, Bensdira qui rĂ©side Ă  Londres, serait soupçonnĂ© d’ĂȘtre entrĂ© en contact avec des agents algĂ©riens infiltrĂ©s en France pour commettre des assassinats contre des opposants, toutes tendances confondues.

Les crimes prĂ©parĂ©s par les agents algĂ©riens infiltrĂ©s, avec l’aide de Said Bensdira, devaient par la suite ĂȘtre mis sur le dos du Maroc, ajoute le mĂ©dia, pour qui cet Ă©pisode dĂ©montre Ă  quel point Alger est allĂ©e dans son escalade contre le Maroc et sur tous les fronts.

La junte au pouvoir est de plus en plus ulcĂ©rĂ©e par les derniers rapprochements entre la France et le Maroc, notamment en matiĂšre de coopĂ©ration sĂ©curitaire, illustrĂ©e par la rĂ©cente visite Ă  Rabat de GĂ©rald Darmanin, ministre français de l’IntĂ©rieur et des Outre-mer, accompagnĂ© par des hauts responsables sĂ©curitaires.

Juste aprÚs l'arrestation de Bensdira, la mafia militaro-politico-financiÚre algérienne lùche son armée (gangs) de clandos dans les artÚres de la ville lumiÚre Paris pour semer le désordre
En Janvier 2022: Feu vert pour des exécutions ciblées visant des opposants à l'intérieur et l'extérieur de l'algérie

Notre confrĂšre, Amir DZ, de son vrai nom Amir Boukhors (Amir DZ faisait l’objet de 9 mandats d’arrĂȘt internationaux lancĂ©s par la "in"« justice » algĂ©rienne qui l’avait condamnĂ© par contumace), fait fuiter une longue communication tĂ©lĂ©phonique entre Lotfi Nezzar et un agent de l’ex-DRS via une vidĂ©o publiĂ©e sur sa chaĂźne YouTube. En effet, les services algĂ©riens ont ont commanditĂ© en Janvier 2022 avec des hommes de main Ă  Paris et Ă  Bruxelles l’élimination d’opposants, dont le journaliste Hichem Aboud et d’autres opposant rĂ©sidant en Europe et en AlgĂ©rie.

Rappel: Lotfi Nezzar et son Ă©pouse ont Ă©tĂ© condamnĂ©s, par le tribunal de Bir Mourad-RaĂŻs en juillet 2020 Ă  six annĂ©es de prison ferme dans une affaire de “blanchiment d’argent”. La condamnation est assortie d’une amende de 2 millions de dinars et d’un mandat d’arrĂȘt, les deux accusĂ©s Ă©tant Ă  l’étranger. En 2021 le tribunal de Sidi M’hamed a acquittĂ© Lotfi Nezzar, fils de l’ancien ministre de la DĂ©fense, Khaled Nezzar, de toutes les charges retenues contre lui, notamment le blanchiment d’argent, transfert illicite de fonds et faux et usage de faux pour l’obtention d’indus privilĂšges. Le procureur de la RĂ©publique avait requis l’application de la loi dans cette affaire. L’accusĂ© est entrĂ© en AlgĂ©rie pour vider le mandat d’arrĂȘt international Ă©mis a son encontre. 

Sur son Facebook, Amir DZ Ă©crit « Hichem Aboud,, Ferhat Mehenni, Abdou Semmar, Amir DZ, figuraient parmi les cibles des opĂ©rations de renseignement pour liquidation Ă  l’étranger, dirigĂ©es par Hussein Bulahiya, chef du renseignement et ses officiers, dont Jaheed et d’autres. 

Selon Amir, ce projet d’assassinat dont Ă©taient aussi des personnalitĂ©s la cible en AlgĂ©rie:
  • khaled drareni, journaliste, fondateur de Casbah Tribune et correspondant de TV5MONDE et de Reporters Sans FrontiĂšres en AlgĂ©rie

  • Kadour Chouicha, coordonnateur du SESS (syndicat des Enseignants du SupĂ©rieur Solidaires)

  • Mohcine Belabbas, un homme politique algĂ©rien prĂ©sident du Rassemblement pour la culture et la dĂ©mocratie (RCD)

  • SaĂŻd Boudour est journaliste, dĂ©fenseur des droits humains et membre de la Ligue algĂ©rienne des droits de l’homme.

  • Karim Tabbou, homme politique et un journaliste algĂ©rien.

L'affaire Bensdira, ce serait « l'arbre qui cache la forĂȘt ». Les agents secrets du pouvoir algĂ©rien sur le territoire français

Le cĂ©lĂšbre journaliste d’investigation et cĂ©lĂšbre impacteur algĂ©rien Amir Dz a Ă©tĂ©, le 12 Novembre 2022, victime d’une violente agression Ă  la Place de la RĂ©publique, qui s’apparente clairement Ă  une tentative d’assassinat, dans la capitale française, lors d’une manifestation pacifique.

EvacuĂ© vers l’hĂŽpital Ă  la suite des nombreux coups qu’il a reçu, Amir DZ souffre de plusieurs traumatismes physiques aux membres droits qui nĂ©cessitent, entre autres, une opĂ©ration chirurgicale au niveau du coude. Comme en tĂ©moigne un certificat mĂ©dical joint.

Contacté, Amir DZ nous informe que: «Cette attaque contre ma personne a été perpétrée par le dénommé Gasmi Fateh, né le 26/12/1985 à Ain benian à Alger ».

Selon les informations fournies par Amir DZ, la personne mise en cause serait une figure proche de certains cercles extrémistes qui ont infiltré le Hirak pour récolter des fonds et les détourner de leurs réels emplois.

Il est surprenant que le rĂ©gime algĂ©rien puisse autant en vouloir Ă  un simple bloggeur, exilĂ© politique Ă©tabli Ă  l’étranger, qui n’a jamais cessĂ© de dĂ©noncer les dĂ©rives d’un systĂšme autoritaire et la corruption entretenue.

Ce n’est pas la premiĂšre fois qu’Amir DZ fait l’objet d’un plan d’élimination physique.

Il y a de cela quelques mois, un ancien agent des services de renseignements algĂ©riens avait divulguĂ© un plan Ă©chafaudĂ© par le fils de l’ancien Ministre de la DĂ©fense algĂ©rienne Khaled Nezzar et de Hocine Boulahya, l’ex responsable d’une branche des services de renseignements, pour Ă©liminer un nombre d’opposants Ă©tablis Ă  l’étranger, dont Amir DZ.

Une plainte a été déposée à cet effet et suit toujours sont cours.

« Ce violent acharnement contre ma personne, incarnĂ© par cette ultime tentative d’assassinat qui aurait pu laisser ma famille orpheline, laisse entrevoir les objectifs de l’Etat-DRS et renforce ma dĂ©termination Ă  continuer le noble combat jusqu’à faire dĂ©gager la mafia qui a pris notre pays en otage » conclura Amir DZ.

UNHCR: quand les TVCLM sont dĂ©livrĂ©s aux agents du renseignement et aux gĂ©nocidaires
. Said Bensdira ,est un trĂšs bon exemple parmi tant d’autres

Said Bensdira (Agent du DRS [Département du renseignement et de la sécurité]), avec un statut de pseudo-réfugiés politiques en Grande-Bretagne.

La question qui se pose est de savoir comment, le statut de réfugié a été accordé à cet agent de renseignement algérien?

Pour un rĂ©fugiĂ©, il est particuliĂšrement important de pouvoir voyager hors du pays oĂč il rĂ©side habituellement. C’est parfois d’un voyage lui donnant, par exemple, la possibilitĂ© de faire des Ă©tudes ou d’acquĂ©rir une formation ou un emploi que dĂ©pend essentiellement la solution durable des problĂšmes auxquels il doit faire face. A cet Ă©gard, les gouvernements ont eux aussi intĂ©rĂȘt Ă  faciliter les voyages des rĂ©fugiĂ©s.

Contrairement Ă  un Ă©tranger ordinaire, le rĂ©fugiĂ© ne jouit pas de la protection du pays dont il est ressortissant et ne peut donc pas faire usage d’un passeport national pour se dĂ©placer Ă  l’étranger. Lorsque, aprĂšs la premiĂšre guerre mondiale, la communautĂ© internationale s’est donnĂ© pour tĂąche d’établir un statut des rĂ©fugiĂ©s reconnu internationalement, un de ses premiers soins a Ă©tĂ© de veiller Ă  ce que les rĂ©fugiĂ©s soient munis de titres leur permettant de voyager Ă  l’étranger. La forme et le contenu de ces documents ont variĂ© Ă  diffĂ©rentes reprises, mais ils ont nĂ©anmoins servi de base au titre de voyage instituĂ© par la Convention de 1951 relative au statut des rĂ©fugiĂ©s. Ce titre de voyage, qui est maintenant dĂ©livrĂ© rĂ©guliĂšrement par les Etats parties Ă  la Convention de 1951 et au Protocole de 1967 relatifs au statut des rĂ©fugiĂ©s, est aussi reconnu par beaucoup d’Etats qui ne sont pas parties Ă  ces instruments.

Quand les TVCLM sont délivrés aux agents du renseignement et aux génocidaires
.

Selon Said Bensdira le pseudo-rĂ©fugiĂ©s politiques,  le TVCLM,  lui permet d’exĂ©cuter efficacement ses missions car il n’a pas besoin de visas pour voyager contrairement Ă  un passeport.

RĂŽle du HCR

En principe, le HCR n’a pas de rĂŽle direct dans le processus de dĂ©livrance des TVC, autre que celui de superviser l’application par l’État de l’article 28 des Conventions de 1951 et de 1954. Bien que par le passĂ© le HCR ait soutenu la dĂ©livrance de TVC (Titre de voyage de la Convention) non lisibles Ă  la machine, il prĂ©conise et soutient la dĂ©livrance de TVCLM (Titre de voyage de la Convention lisible Ă  la machine) par les autoritĂ©s du gouvernement hĂŽte. Avec la transition vers des TVCLM dĂ©livrĂ©s par les États, les autoritĂ©s gouvernementales vont devoir assumer la responsabilitĂ© de leur dĂ©livrance. Cependant, lorsqu’un État n’a pas mis en place de procĂ©dures de dĂ©termination du statut de rĂ©fugiĂ© (DSR) et que le HCR se charge de la DSR en vertu de son mandat, une recommandation par le HCR pourrait ĂȘtre Ă  la base d’une dĂ©cision sur l’admissibilitĂ© d’un TVC par l’autoritĂ© nationale compĂ©tente.

Un pays peut exiger que les rĂ©fugiĂ©s demandeurs d’un TVCLM remettent et laissent en dĂ©pĂŽt leur passeport national en mĂȘme temps que leur demande, s’ils sont entrĂ©s dans l’État en faisant usage d’un tel document. Pour un rĂ©fugiĂ©, voyager avec un TVCLM prĂ©sente plus d’avantages que de voyager avec un passeport national, puisque cela manifeste son statut et son besoin de protection internationale. Les États contractants aux Conventions de 1951 et de 1954 ont l’obligation de reconnaĂźtre les TVC dĂ©livrĂ©s par les États contractants en vertu de l’article 28.

Qu’est ce qu’un rĂ©fugiĂ© ?

Le terme « rĂ©fugiĂ© » est dĂ©fini dans la Convention de 1951 et dans son Protocole de 196710. Selon l’article 1 (A) (2) de la Convention de 1951, le terme « rĂ©fugiĂ© » s’applique Ă  toute personne qui « craignant avec raison d’ĂȘtre persĂ©cutĂ©e du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalitĂ©, de son appartenance Ă  un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalitĂ© et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se rĂ©clamer de la protection de ce pays; ou qui, si elle n’a pas de nationalitĂ© et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa rĂ©sidence habituelle Ă  la suite de tels Ă©vĂ©nements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner ».

Ces cas dans lesquels la dĂ©livrance d’un titre de voyage de la Convention peut ĂȘtre refusĂ©e

Une exception Ă  l’obligation des Etats contractants de dĂ©livrer un titre de voyage aux rĂ©fugiĂ©s rĂ©sidant rĂ©guliĂšrement sur leur territoire est exprimĂ©e par les mots « Ă  moins que des raisons impĂ©rieuses de sĂ©curitĂ© nationale ou d’ordre public ne s’y opposent ». Au cours des travaux prĂ©paratoires relatifs Ă  l’article 28, il a Ă©tĂ© soulignĂ© que le mot « impĂ©rieuses » devait s’entendre comme restreignant la portĂ©e des mots « raisons 
 de sĂ©curitĂ© nationale ou d’ordre public ». Un refus de dĂ©livrer un titre de voyage ne peut donc ĂȘtre justifiĂ© par de quelconques circonstances relevant normalement de cette notion, mais seulement par des raisons extrĂȘmement graves.

Retrait du TVCLM

Un TVCLM (Titre de voyage de la Convention lisible Ă  la machine) peut ĂȘtre retirĂ© si son titulaire perd le statut de rĂ©fugiĂ© ou d’apatride. Cela pourrait avoir lieu en cas de cessation, d’annulation ou de rĂ©vocation du statut. Un TVCLM peut Ă©galement ĂȘtre retirĂ© lorsque le titulaire est poursuivi ou condamnĂ© pour un dĂ©lit pĂ©nal, ce qui Ă©quivaut Ă  une raison impĂ©rieuse de sĂ©curitĂ© nationale ou d’ordre public au sens de l’article 28 des Conventions de 1951 et de 1954.

Londres: le mystĂ©rieux Silence Radio des autoritĂ© judiciaire britannique, face aux appels intarissable au «GĂ©nocides, aux massacres et violences de masse  » lancĂ©s (impunĂ©ment) par Said Bensdira 

AprĂšs avoir lancĂ© depuis Londres un appel (impunĂ©ment) Ă  tuer 20 millions d’AlgĂ©riens et Ă  transformer leurs corps en savon diffusĂ© par ce criminel sur sa chaĂźne Youtube. Said Bensdira (Agent du DRS [DĂ©partement du renseignement et de la sĂ©curitĂ©]), et avoir lancĂ© un appel au «GĂ©nocides, aux massacres et violences de masse ». Cet horrible appel au gĂ©nocide a Ă©tĂ© dĂ©libĂ©rĂ©ment enregistrĂ© et diffusĂ© par ce voyou depuis Londres.

Said Bensdira lance (impunĂ©ment) un autre appel pour tuer les fonctionnaires et bruler leurs maisons
 suivi d’une fatwa.

Le mystĂ©rieux Silence Radio des autoritĂ© judiciaire britannique
 Les AlgĂ©riens avaient dĂ©jĂ  appelĂ© les autoritĂ©s britanniques « à mettre ce criminel hors d’état de nuire« .

Jusqu’a prĂ©sent, et malgrĂ© plusieurs appels, les autoritĂ©s britanniques n’avaient affichĂ© aucune ambitions pour « mettre hors d’état de nuire » ce criminel.

Rappel: Une⇒ PĂ©tition adressĂ©e au MinistĂšre de la Justice en Angleterre (UK Ministry of Justice) a Ă©tĂ© lancĂ© par Hamdan Khoja sur la plateforme change.org, diffusĂ© surtout sur les rĂ©seaux sociaux, ce vendredi 02/04/2021, contre Said Bensdira. Cette pĂ©tition, concerne un appel au gĂ©nocide en AlgĂ©rie depuis Londres, diffusĂ© par le criminel SaĂŻd Bensedira sur sa chaĂźne Youtube,

Quelques dizaines de milliers de signatures suffisent parfois Ă  faire entendre une cause.

Said Bensdira est un criminel algĂ©rien qui vit Ă  Londres en tant que faux rĂ©fugiĂ© politique et continue de servir la dictature militaire algĂ©rienne. Cette pĂ©tition vise Ă  obtenir 100 000 signatures pour le poursuivre devant la justice britannique pour son appel constant Ă  tuer 20 millions d’AlgĂ©riens et Ă  transformer leurs corps en savon. Cet horrible appel au gĂ©nocide a Ă©tĂ© dĂ©libĂ©rĂ©ment enregistrĂ© et diffusĂ© par ce voyou depuis sa cachette de Londres:

Les internautes se sont mobilisés en masse

Said Bensedira, L’art de l’escroc – Le ragotier du net algĂ©rien – au service du plus offrant


194 vues0 commentaire

Comments


bottom of page