L’Ouganda lutte contre le réchauffement climatique (énergie alternative) grâce au bambou

Des jeunes en sueur creusent dans la terre sèche sous le soleil brûlant, préparant une plantation de bambou juste à l’extérieur de Kampala.

Problème

92612 hectares de couvert forestier perdus chaque année et à ce rythme il n’y aura plus de forêts dans les 40 prochaines années Les prix du charbon de bois et du bois de chauffage augmentent, les femmes et les enfants perdent du temps productif à chercher du bois de chauffage 23 000 décès par an associés à l’utilisation de carburants impurs. Impact sur la diversité des espèces et impact sur les services écosystémiques

C’était juste avant la Journée mondiale de la météorologie, qui a mis en lumière les phénomènes météorologiques extrêmes que l’on observe dans le monde.

Solution


Des briquettes de bambou de haute qualité, propres et abordables produites à partir d’espèces de bambou locales à croissance rapide comme combustible de cuisson durable, alternatif aux combustibles de biomasse conventionnels, tels que le charbon de bois et le bois de chauffage obtenus à partir d’espèces d’arbres menacées dans des forêts gérées de manière non durable.

Un groupe dirigé par Divine Nabaweesi, fondatrice et directrice générale de⇒Divine Bamboo

C’est avec les plantes ligneuses que le travail commence pour Divine, l’entrepreneuse ougandaise à l’origine de la méthode innovante de fabrication de briquettes à partir de bambou.


Diplômée en travail social et en administration sociale de l’université de Makerere, elle « voulait faire quelque chose qui englobe à la fois ma passion pour la nature et qui contribue à la lutte contre le changement climatique et la déforestation« .

Son entreprise plante des milliers de bambous pour obtenir la matière première… en fin de compte, il s’agit d’un effort pour lutter contre le changement climatique, dans un pays où 90 % de la population dépend entièrement du bois de chauffage sous forme de charbon de bois et de bois de chauffe pour les besoins quotidiens de la cuisine.

« Il ne suffit pas de dire aux gens de ne pas couper les arbres. Les gens ont toujours besoin d’un moyen de subsistance, ils ont toujours besoin de manger, ils ont besoin de gagner un revenu, donc si nous pouvons leur donner une alternative sous la forme de bambou qui pousse rapidement, en trois ans ils récolteront« , dit Divine Nabaweesi, PDG de Divine Bamboo.

Une même forêt de bambou peut se régénérer jusqu’à 50 ans.

Les statistiques montrent que le manque d’accès à des combustibles de cuisson propres et abordables est l’un des plus grands défis environnementaux de l’Ouganda.

L’Ouganda intensifie la plantation de bambous comme l’une de ses stratégies d’atténuation du changement climatique. Le programme de restauration des forêts du pays cible au moins 2,5 millions d’hectares, dont 15 pour cent doivent être consacrés au bambou. Le bambou est bon pour absorber le dioxyde de carbone – l’un des gaz à effet de serre qui réchauffe la planète

Divine et son équipe espèrent pouvoir produire des briquettes de bambou à 100 % lorsque davantage d’agriculteurs auront rejoint la chaîne d’approvisionnement.

Le processus commence par la récolte de bambou sec de différentes espèces comme le Bambusa Vulgaris. Il est séché, puis coupé en petits morceaux avant d’être placé dans un « carbonisateur ».

« Le carbonisateur est l’endroit où le bambou est brûlé dans une condition sans oxygène, car si vous autorisez l’oxygène, vous aurez juste des cendres à la fin. Il est donc carbonisé et après cela, vous obtenez du charbon de bois de bambou. Mais comme nous fabriquons des briquettes de bambou, nous devons ensuite écraser le charbon de bambou et le mélanger avec un liant, puis il sort d’une machine appelée extrudeuse« .

Deux kilogrammes de briquettes de bambou ne coûtent pas plus d’un dollar et brûlent plus longtemps.

Elles sont assez différentes du charbon de bois normal. Elles sont un peu plus lourdes, poudreuses et percées d’un trou pour faciliter l’allumage. Il ne faut pas plus de cinq minutes pour allumer des briquettes de bambou.

Divine exploite l’une des plus grandes pépinières de bambou en Ouganda, produisant au moins 200 000 plants chaque année.

Le bambou est la plante ligneuse dont la croissance est la plus rapide au monde et, selon les recherches, une forêt de bambou absorbe plus de 30 % de dioxyde de carbone de plus qu’un peuplement équivalent d’arbres à bois dur.

« Il y a un nombre croissant de personnes qui sont conscientes de l`environnement et donc ils ne se sentent plus à l`aise en utilisant le charbon de bois et ils sont heureux s`ils peuvent trouver une alternative« , dit Nabaweesi.

Démarré en 2016, Divine Bamboo a récemment reçu une subvention de 25 000 euros du Fonds néerlandais pour le climat et le développement comme financement de première étape pour établir le potentiel de restauration et de commercialisation du bambou.

Il est question que les briquettes issues d’une chaîne de valeur du bambou plus durable puissent résoudre la grande crise énergétique résultant de l’abattage des arbres.

Bambou et environnement

Une Journée internationale du bambou se déroule le 18 septembre . Elle a été instaurée lors du huitième congrès mondial du bambou (WBC/ World Bamboo Congress), auquel 43 pays ont participé, à Bangkok en Thaïlande en 2009…

C’est une graminée ligneuse qui forme un groupe végétal diversifié et écologiquement important notamment car pouvant moduler la structure, la composition et la fonction des forêts8. En croissance, une bambouseraie peut fixer 30 % de plus de CO2 que des arbres feuillus, jusqu’à 12 tonnes de CO2/ha/an (3 tonnes pour une forêt de feuillus). Elle libérerait alors 30 % d’oxygène de plus que des arbres[réf. nécessaire]. L’étroitesse de ses feuilles améliore l’infiltration de l’eau dans le sol (deux fois plus qu’une forêt de feuillus)[réf. nécessaire]. Il limite l’érosion des sols (grâce à son réseau racinaire très dense sur 60 centimètres de profondeur) et restaure des sols appauvris. On l’utilise pour l’élimination de certaines toxines du sol (phyto-remédiation), et sa culture ne nécessite peu ou pas d’engrais, ni de produits phytosanitaires.

Dans le cadre d’une utilisation du bambou dans la construction comme matériel écologiquement performant, une équipe hollandaise a comparé l’empreinte écologique de l’acier, du béton, du bois local et exotique, et du bambou -importé du Costa Rica- pour des constructions aux Pays-Bas. Le bambou a l’empreinte la moins importante.

Les bambous sont cependant répertoriés parmi les espèces invasives. Par leurs aptitudes à coloniser rapidement un milieu via leurs rhizomes, certaines espèces peuvent, localement, porter un réel préjudice à la biodiversité.

Dans une partie du monde, la part du bambou est mal estimée dans les inventaires forestiers. Un protocole standardisé spécifique au monitoring du bambou dans les parcelles de recherche permanentes a donc été proposé (en 2020), car les plans d’échantillonnage faits pour les arbres ne conviennent pas aux populations de bambou. Il doit aider à mieux dessiner et comprendre les modèles régionaux et mondiaux de la diversité du bambou et son rôle dans l’écologie forestière.

CINQ FAÇONS DONT LE BAMBOU PEUT LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Le bambou peut apporter une contribution significative à la lutte contre le changement climatique dans le monde, en particulier dans les communautés rurales des pays en développement.

Ci-dessous, l’International Network for Bamboo and Rattan (INBAR) montre cinq façons dont le bambou peut aider à atténuer les effets du changement climatique et à s’y adapter :

1: SÉQUESTRATION DU CARBONE

Les plantations de bambou se caractérisent par leur croissance rapide ; elles séquestrent le carbone dans leur biomasse à des taux comparables, voire supérieurs, à un certain nombre d’espèces d’arbres. Les nombreux produits durables fabriqués à partir du bambou peuvent également avoir un bilan carbone potentiellement négatif, car ils agissent comme des puits séquestrant le carbone. Par ailleurs, ils encouragent le développement et la gestion des forêts de bambou. Un rapport de TU Delft, l’INBAR et de Moso BV International de 2015 a révélé que le bambou pouvait également être un bon substitut aux bois durs, y compris ceux certifiés FSC, compte tenu de son empreinte carbone et de son impact écologique moindres.

Des quantités substantielles de carbone sont stockées dans les forêts de bambous de Chine – les plus grandes du monde – et le total augmentera à mesure que les programmes de reboisement se développent. Le carbone stocké dans les forêts de bambous chinoises devrait passer de 727 millions de tonnes en 2010 à 1018 millions de tonnes en 2050.

2: REMPLACEMENT DES COMBUSTIBLES FOSSILES ET RÉDUCTION DE LA DÉFORESTATION

Le bambou aide à éviter l’utilisation de combustibles fossiles et à réduire la déforestation en offrant une source d’énergie biomasse alternative et renouvelable.

Le bambou peut fournir une source durable de bioénergie pour les populations qui dépendent de la biomasse solide, comme le charbon de bois, pour faire la cuisine. Il peut également être transformé en gaz ou en pellets pour fournir une source d’électricité et de chauffage. (Photo : un gazéificateur de bambou à Madagascar.)

Comme il repousse et arrive à maturité plus rapidement que la plupart des espèces d’arbres, le bambou est à même de diminuer la pression sur les autres ressources forestières, réduisant ainsi la déforestation. Le charbon de bois et le gaz de bambou ont une valeur calorifique similaire aux formes de bioénergie couramment utilisées : une communauté de 250 ménages n’a besoin que de 180 kg de bambou sec pour produire 6 heures d’électricité.

Le bambou peut être transformé en granulés pour la production d’électricité et le chauffage et ainsi de contribuer aux objectifs en matière d’énergies renouvelables de certains pays, comme ceux de l’Union européenne. Enfin, le bambou peut être cultivé sur des terres marginales, il ne rivalise pas avec les zones de production agricole.

3: ADAPTATION

La mise en culture et la croissance rapides du bambou permettent des récoltes fréquentes. Cela offre aux agriculteurs la possibilité d’adapter de manière flexible leurs pratiques de gestion et de récolte aux nouvelles conditions environnementales à mesure qu’elles émergent à cause du changement climatique. Le bambou fournit aux producteurs une source de revenus toute l’année et peut être transformé en une vaste gamme de produits à valeur ajoutée.

4: RESTAURATION DES TERRES

Le bambou fait partie intégrante de nombreux écosystèmes naturels et agricoles au sein et à proximité des zones tropicales. Il est utile pour restaurer les terres dégradées pour plusieurs raisons : il prospère sur les sols difficiles et les pentes raides qui ne conviennent pas à d’autres cultures, c’est un brise-vent efficace et ses rhizomes et racines robustes régulent les flux d’eau et empêchent l’érosion.

Un exemple récent à Allahabad, en Inde, montre comment 80 000 hectares de terres dégradées ont été ramenés à la productivité en utilisant le bambou comme espèce pionnière, ce qui a permis aux locaux de retrouver des moyens de subsistance. En 2018, l’INBAR a publié un rapport sur les avantages du bambou pour la restauration des terres dans huit pays : la Chine, la Colombie, le Ghana, l’Inde, le Népal, l’Afrique du Sud, la Tanzanie et la Thaïlande.

5: SOURCE DE REVENUS

Le bambou est une ressource polyvalente et rapidement renouvelable offrant un large éventail de sources de revenu. Son rôle économique devrait s’étendre à un rythme accéléré – à la fois localement et dans le commerce international – à mesure que d’autres ressources forestières seront de plus en plus impactées par le changement climatique. En effet, l’impératif d’atténuer le changement climatique impose une moindre dépendance aux combustibles fossiles et aux ressources forestières menacées, et par ailleurs, la recherche ne cesse de découvrir de nouvelles application à cette plante.

On connaît environ 10 000 utilisations au bambou – des meubles au papier et tissu, du revêtements de sol aux logements innovants. Le bambou à lui seul ne résoudra pas tous les problèmes liés au changement climatique. Cependant, si cette ressource stratégique est correctement utilisée, elle offre des solutions pratiques pour atténuer ses effets et s’y adapter. C’est également un outil qui a fait ses preuves pour lutter contre la pauvreté rurale et restaurer les ressources naturelles qui sont le fondement de la durabilité économique.

#bamboo #Ouganda #charbonbambou #bambou #DivineNabaweesi

0 vue0 commentaire