top of page

L’Algérie cherche désespérément un conflit avec le Maroc…. By Pedro Ignacio Altamirano

L’Algérie cherche désespérément un conflit avec le Maroc….

Pedro Ignacio Altamirano – Les problèmes internes du régime militaire totalitaire qui gouverne l’Algérie s’effondrent sans aucune solution. La pression du Hirak, la pression de la Kabylie et la misère sociale galopante deviennent de plus en plus insupportables, malgré la répression continue inhumaine contre les militants et, plus grave, contre les journalistes qui osent dénoncer la putréfaction et la corruption du régime.

Comme tous les régimes totalitaires en retraite, il a désespérément besoin d’un conflit pour couvrir sa propre honte. On se souvient du chant de Franco à la fin du régime, lorsque la pression sociale dans les rues s’aggravait, ils recouraient toujours au «Gibraltar espagnol»; On se souvient aussi que l’Argentine de Jorge Rafael Videla Redondo n’a pas pensé à autre chose qu’ attaquer l’Angleterre en occupant les îles Falkland, pour camoufler le régime fasciste insoutenable qu’elle imposait dans ce pays d’Amérique du Sud . Il n’est donc pas surprenant que l’Algérie suive les dernières étapes des totalitaires. Finir de couler et de ruiner tout un pays avant d’abandonner le pouvoir « Après moi le déluge », et donc les privilèges de ses dirigeants et de ses proches au prix de la misère des peuples pour lesquels ils devraient travailler et développer. L’Algérie a désespérément besoin d’un conflit pour détourner l’attention internationale, mais qu’elle choisit comme victime nécessaire pour ses intérêts.

  1. La Tunisie? Ça ne peut pas, ça serait une attaque incompréhensible au niveau international qui aurait de graves conséquences internationales.

  2. La Libye ? Impossible est déjà en conflit.

  3. Mali, Mauritanie, Burkina Faso ? Impossible.

  4. Attaquer n’importe quel pays européen ? L’OTAN lui tombe dessus.

  5. Qui te reste-t-il ? Exactement le Maroc.

Le Maroc a toujours été l’ennemi à battre sous n’importe quel prétexte, puisqu’il est le miroir où se reflètent les échecs sociaux, la corruption, le chaos économique et l’extrémisme algérien, contre le développement social, culturel, économique, les droits de l’homme, la démocratie et la modération du Royaume de Maroc. Le régime algérien ne peut pas exister avec un voisin démocratique, dans lequel la société civile grandit et se développe. C’est la vraie raison de la provocation historique et continue de l’Algérie avec le Maroc. Cela justifie comment, déjà dans les années 70, l’Algérie a fait sien le problème de la désastreuse décolonisation du Sahara Occidental par l’Espagne. Il a su voir l’opportunité unique et historique et a su, à travers le prétendu génocidaire Brahim Ghali et ses sbires algériens, réaliser un coup sanglant dans le Front Polisario et le mettre au service des intérêts bâtards algériens, contre les intérêts légitimes marocains. Depuis, il n’a cessé d’utiliser le mouvement armé et terroriste du Front Polisario pour attaquer le Maroc.

Ce jeu de marionnettes (RASD et Polisario) vient d’être détruit aux Nations Unies avec la résolution 2602 (2021) approuvée par le Conseil de sécurité de l’ONU lors de sa session 8890 tenue le 29 octobre 2021, par laquelle la MINURSO a été mandaté un an de plus. Il est important qu’une solution soit « réaliste, viable, durable et acceptable » telle que reflétée dans la même résolution, mais c’est aussi que la même résolution salue « les mesures et initiatives adoptées par le Maroc, et le rôle joué par les commissions de le Conseil national des droits de l’homme de Dakhla et Laâyoune, et l’interaction du Maroc avec les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies« .

La résolution recueille de la même manière, mais en sens inverse, elle déplore avec énergie « les souffrances que continuent de subir les personnes détenues dans les camps de Tindouf, et dépendent de l’aide humanitaire extérieure, ainsi que les effets de la pandémie du Covid-19 « , et note avec une profonde préoccupation l’insuffisance des financements pour ceux qui vivent dans les camps, et les risques liés à la réduction de l’aide alimentaire. » Une résolution 2026/2021 dévastatrice pour les intérêts d’une Algérie de plus en plus acculée à l’international. L’Algérie n’a cessé de chercher à provoquer le Maroc. D’abord avec la fermeture unilatérale de ses frontières, malgré les appels à une entente politique pacifique lancés par SM le Roi Mohammed VI dans ses derniers discours, il a fermé unilatéralement l’espace aérien pour les vols des compagnies aériennes marocaines, et maintenant il invente une prétendue attaque marocaine contre deux camions en Mauritanie, et menace de riposter. Ce dernier recours et invention algérienne de provoquer le Maroc, basé sur un attentat inventé, veut être utilisée par l’Algérie pour déchaîner la bande armée du Front Polisario et forcer le Maroc à riposter. Celui-ci serait utilisé par l’Algérie pour désigner le Maroc comme coupable d’une escalade de la guerre, sans se soucier du tout des pertes prévisibles dans les rangs du Polisario et des souffrances des familles.

0 vue0 commentaire

コメント


bottom of page