top of page

L’Afrique du Sud mérite un zéro pointé pour l’état de son système scolaire public


L'école en Afrique du Sud: un système défaillant

Première économie du continent et même si elle possède des pôles d’excellence comme en médecine, l’Afrique du Sud mérite un zéro pointé pour l’état de son système scolaire public. Résultat : les familles qui le peuvent choisissent d’inscrire leurs enfants dans le privé. Etat des lieux.

Parcourir une vingtaine de kilomètres pour aller à l'école

Les matins en milieu de semaine chez Nhlangothi, dans le petit village de Stratford, sont une ruche d'activités alors que cinq frères et sœurs se préparent pour l'école.

Dès 4h30 du matin, Luyanda Hlali va chercher du bois de chauffage préparé la veille, le mélange à de la bouse de vache et allume un feu pour faire bouillir de l'eau à l'intérieur d'une hutte en terre.

Elle n'ose pas dormir plus longtemps, car après ses corvées, elle doit se rendre à l'école, qui se trouve dans la ville minière de Dundee, à 10 kilomètres de son village.

Particulièrement en hiver, elle fait face à un voyage sombre, froid et dangereux pour une jeune fille qui doit traverser la brousse avant de pouvoir atteindre une bonne route.

C’est le genre d’effort que des milliers d’enfants en Afrique du Sud et des millions d’enfants sur le continent africain doivent déployer pour accéder à l’éducation dans des écoles éloignées de chez eux.

Hlali fait partie des plus de 200 000 écoliers de la province du KwaZulu-Natal qui ont désespérément besoin d’un moyen de transport pour se rendre à l’école.

La propre politique du gouvernement en matière de transport scolaire est que les écoliers vivant à plus de 3 kilomètres de l'école devraient bénéficier de bus scolaires.

Aujourd’hui, les militants et militants font pression sur le gouvernement pour qu’il fournisse le transport à plus de 200 000 apprenants.

Hlali et ses frères et sœurs vivent dans des conditions exiguës avec leur grand-mère Bongiwe Nhlangothi.

Elle craint que sa petite-fille ne bénéficie pas d’un accès équitable à l’éducation parce que les besoins des enfants comme elle sont tout simplement ignorés.

« Ils partent à l’école le ventre vide et le seul espoir que j’ai est qu’ils puissent avoir tout ce qu’il y a à manger une fois arrivés à l’école. Ils quittent la maison beaucoup trop tôt pour arriver à temps pour aller en classe, mais ils sont épuisés au moment où ils arrivent à l'école », explique Bongiwe Nhlangothi.

Elle demande : « Comment pouvons-nous espérer qu’ils assistent aux cours et prêtent attention à ce que disent leurs professeurs alors qu’ils sont si fatigués ? »

Hlali raconte : « J'arrive généralement à l'école vers 7 heures du matin et j'arrive fatigué. J'ai souvent du mal à me concentrer sur ce que dit le professeur et je m'endors parfois. Quand ils (les professeurs) me réprimandent, tout ce que je peux leur dire, c'est que je suis fatigué

La psychologue Melinda du Toit affirme que le problème est celui des inégalités et que les pauvres qui n’ont pas les moyens de vivre dans les zones urbaines luttent pour améliorer leur vie.

Elle dit que les enfants sont physiquement incapables d’étudier correctement lorsqu’ils sont fatigués et qu’ils sont privés d’une éducation appropriée.

Elle explique : « Quand vous êtes fatigué, les neurotransmetteurs, ces choses qui doivent transmettre les messages à votre cortex préfrontal, ils ne fonctionnent pas. Ils ne fonctionnent vraiment pas. Et peu importe à quel point vous êtes intelligent, le cerveau est comme un ordinateur et il fonctionne d'une manière spécifique.»

Du Toit estime qu’il est essentiel que les écoles s’attaquent aux difficultés auxquelles sont confrontés les enfants des zones rurales.

"L'enseignant pourrait penser, vous savez, qu'ils sont paresseux ou qu'ils sont simplement difficiles, que ce sont juste de mauvais enfants et qu'ils ne prennent pas en compte - nous devons réfléchir, nous devons penser à ce que cet enfant a vécu pendant toutes ces heures auparavant, maintenant que cet enfant est assis devant moi », dit-elle.

Un rapport de 2020 du groupe de campagne en faveur des droits humains Amnesty International a décrit le système éducatif sud-africain comme « en proie à de fortes inégalités et à des sous-performances chroniques qui ont de profondes racines dans l'héritage de l'apartheid, mais qui ne sont pas non plus efficacement combattues par le gouvernement actuel ».

Dans la province, plus de 30 % de la population est au chômage et dépend des allocations sociales.

Ils disent que s’ils paient des frais de transport mensuels de 350 rands, ils ne peuvent pas acheter de nourriture.

Le conseiller local Matthew Ngcobo affirme que certains itinéraires menant aux écoles se trouvent sur un terrain dangereux.

Il dit qu'une rivière a emporté une voiture et que les parents craignent que la même chose n'arrive à leurs enfants.

Selon Ngcobo, les parents tentent de loger leurs enfants chez des amis ou des parents qui vivent de l'autre côté de la rivière.

Dans un autre village, un directeur d'école frustré explique la bataille à laquelle les écoles sont confrontées pour obtenir des bus pour transporter les enfants.

Il souhaite rester anonyme car il affirme ne pas être autorisé à parler aux médias.

Selon le directeur de son école, des jeunes filles ont été violées et volées alors qu'elles se rendaient à l'école parce que le bus qui ne pouvait transporter que 65 passagers était plein.

Son école ne dispose que de deux bus pour transporter plus de 400 jeunes.

En septembre 2022, des écoliers sont morts lorsque leur fourgon de transport surpeuplé s'est écrasé avec un camion à Pongola, dans le KwaZulu-Natal.

Dumisani Ziqubu, président du Conseil d'administration des élèves de l'école mixte d'Ubusi, affirme que les parents ne peuvent pas emmener leurs enfants à l'école ou sur une route sûre parce qu'eux aussi sont confrontés à des trajets pour se rendre au travail ou travaillent de longues heures.

L'adolescent Bayanda Hlongwane est un élève de neuvième année à l'école combinée d'Ebusi.

Il vit avec ses proches à environ 2 kilomètres de l'école après avoir supplié ses parents de le laisser s'y installer.

Bayanda Hlongwane dit qu'il avait du mal à obtenir suffisamment de temps pour les devoirs fixés par les enseignants et qu'il ne parvenait pas à suivre ses études en classe.

un système défaillant
Des écoles dans un état déplorable dans la province du Cap

Jacob Matlou, 19 ans, appartient à cette première génération de Sud-Africains nés libres, c'est-à-dire l'année de l'élection de Nelson Mandela en 1994. Mais ni lui ni aucun élève n'a eu le bac en 2012 dans son lycée près de Bayswater (nord), symbole de la mauvaise qualité de l'enseignement public post-apartheid.

Avec ses carreaux cassés, ses ânes dans la cour, son absence de laboratoire pour les cours de physique-chimie-biologie, le lycée Alapha, dans la province rurale du Limpopo, est emblématique de ces établissements dont on dit parfois qu’ils perpétuent une forme d'apartheid.

Les inégalités qui minent le pays sont ici tangibles. D'un côté, l'extraordinaire St John's College de Johannesburg, où a étudié le vainqueur du Tour de France 2013, Chris Froome, et où une année de lycée coûte plus de 7000 euros par an. De l'autre, les lycées publics comme celui de Jacob Matlou, où il n'existe même pas de bibliothèque et où les manuels scolaires officiels sont une denrée rare.

«L'an dernier, c'était dur, mais cette année, je suis mieux préparé. Je veux réussir», assure le jeune homme, qui aimerait devenir avocat comme Nelson Mandela. «Je veux montrer l'exemple aux enfants des plus petites classes, pour qu'ils voient qu'on peut y arriver», ajoute-t-il.

A qui la faute ?

En 2012, aucun des vingt élèves de son lycée n'a réussi les examens du baccalauréat. «C'est préoccupant mais ce n’est pas un cas unique», admet Pat Kgomo, porte-parole du ministère provincial de l'Education. quatre autres établissements de la province sont entrés dans les annales avec zéro bachelier.

Les autorités rejettent en partie le problème sur la difficulté à recruter des enseignants en zone rurale, passant sous silence le lourd problème de l'absentéisme ou la pédagogie inadaptée. «Les écoles en zones rurales ont tendance à avoir de mauvais résultats à cause du trop petit nombre de professeurs qui veulent venir travailler dans des coins reculés», affirme le porte-parole. «J'ai moi-même assez peu de temps à consacrer à la gestion de l'école, je dois me retrousser les manches et enseigner», explique de son côté le directeur du lycée Alapha, Jonas Ramapuputla.

Le prix à payer est lourd: l'Afrique du Sud est lanterne rouge dans le monde pour l'éducation en mathématiques et en science, selon le Forum économique mondial. Seul le Yémen fait pire.

Depuis 1996, le pays, qui compte 52 millions d’habitants, a pourtant dépensé entre 18% et 22% de son budget pour l'éducation, soit environ 6% du PIB. Un chiffre comparable à la Belgique, pays de 11 millions d’habitants. En 10 ans, la population sud-africaine âgée de 20 ans et plus ayant un niveau baccalauréat, a fortement augmenté.

Si le gouvernement de l'ANC, le parti au pouvoir, ne fait rien, tous les ingrédients sont réunis pour que le cercle vicieux du chômage se perpétue parmi la majorité noire délibérément cantonnée à une éducation de seconde zone durant l'apartheid et frappée par des difficultés d'emploi chroniques.

L’Etat condamné

En 2012, l'Etat a été condamné par la justice suite à la plainte de parents, pour violation du droit constitutionnel à une éducation de base. Plusieurs mois après la rentrée, plus de 5000 écoles rurales, soit environ 1,7 million d'élèves, n'avaient pas reçu de manuels, notamment au Limpopo.

«Nous écoutons seulement et nous visualisons», explique Desiree Mathekga, 17 ans, l'une des 30 élèves qui vont tenter le baccalauréat en 2013 à Alapha. «C'est difficile mais c'est tout ce qu'on a. On ne peut que travailler dur avec ce qu'on a. Je veux que mon école et mon village soient fiers de moi», ajoute la jeune fille, déterminée à continuer à l'université pour devenir comptable.

Dans cet océan de problèmes, le principal du lycée a allumé une petite lueur d'espoir en décidant d'ignorer les instructions ministérielles interdisant de redoubler l'année du bac. «Ces enfants n'ont nulle part ailleurs où aller. Les renvoyer ne servirait qu'à perpétuer le cycle de la pauvreté. Sans éducation, ils ne sont rien», dit-il.

Avec autres presses

45 vues0 commentaire

댓글


bottom of page