top of page

Kenya : enterrement d'un jeune tué mardi lors d'une manifestation antigouvernementale

Prières et slogans politiques : quelques centaines de personnes ont participé vendredi dans la capitale kényane Nairobi à l'enterrement d'un adolescent de 19 ans, inhumé en "héros" après avoir été tué mardi lors d'une manifestation antigouvernementale qui a dégénéré, faisant au moins 22 morts.

Une mosquée de Nairobi a organisé vendredi les funérailles d'Ibrahim Kamau, 19 ans, tué par balle lors d'une manifestation organisée mardi pour protester contre le projet de loi fiscale du gouvernement, qui a été retiré depuis.

Les personnes en deuil ont rendu hommage à Ibrahim Kamau pendant le service funèbre et ont ensuite porté son cercueil dans les rues de Nairobi.

Les manifestants ont pris d'assaut le Parlement mardi et ont attiré les tirs de la police dans un chaos qui a fait plusieurs morts, dont 22 selon certaines sources.

La police de la capitale du Kenya a lancé des gaz lacrymogènes jeudi pour disperser les manifestants anti-impôts qui continuaient à se rassembler malgré le rejet par le président William Ruto d'une loi fiscale impopulaire qui avait provoqué des troubles meurtriers en début de semaine.

La loi de finances a suscité une résistance farouche de la part d'un public kényan qui souffre de l'augmentation du coût de la vie, en particulier de la part des jeunes manifestants.

Les manifestants qui ont continué à se rassembler jeudi ont déclaré qu'ils ne faisaient toujours pas confiance à M. Ruto, bien qu'il ait renvoyé le projet de loi de finances au parlement en promettant de procéder à des coupes budgétaires pour remplacer les nouvelles taxes et redevances proposées sur une série d'articles et de services, allant de l'importation d'œufs aux virements bancaires.

Mercredi, le président Ruto a annoncé le retrait du projet de budget voté par le Parlement.

Retour sur un mardi noir au Kenya, plusieurs morts et un couvre-feu instauré

24 vues0 commentaire

Comments


bottom of page