Il y a 67 ans, le Maroc recouvrait son indépendance



Le peuple marocain célèbre, ce vendredi 18 novembre, l’un des événements majeurs de son histoire contemporaine, la Fête de l’Indépendance dont c’est le soixante-septième anniversaire.

Cela fait 67 ans que les Marocains et leur Monarchie ont brisé le joug de la tutelle étrangère

En ce vendredi 18 novembre, le peuple marocain célèbre le 67ème anniversaire de la fête de l’indépendance qui marque l’affranchissement du Royaume de la tutelle d’une colonisation française maquillée en protectorat. Des milliers de Marocains et de Marocaines ont sacrifié leurs vies et versé leur sang pour que cette indépendance soit arrachée aux griffes et aux convoitises de l’occupation. Et c’est en quelque sorte leur mémoire qui est honorée à l’occasion de la fête de l’indépendance.

Gravé dans la mémoire collective des Marocains et dans les annales de l’histoire moderne du Royaume, cet évènement phare constitue également une occasion pour mettre en avant les sacrifices consentis par le Trône alaouite et le peuple marocain pour le recouvrement de l’indépendance et la souveraineté du Royaume.

Une mémoire qui est restée vivace parmi toutes les générations marocaines nées avant et après l’indépendance, et qui devra le rester pour celles qui suivront dans un futur proche ou lointain. Mais si les combats d’antan étaient livrés contre l’occupant et ses forces de répression, ceux d’aujourd’hui et de demain le sont et le seront pour la préservation de la souveraineté et de l’unité de notre pays, en proie, comme le reste de la planète, à de violents soubresauts économiques, politiques et géostratégiques. Et dans cette lutte toujours d’actualité, tous les Marocains, quel que soit leur rang ou leur niveau d’implication dans la vie sociale, économique, culturelle, scientifique ou politique, sont appelés à tenir leurs positions et contribuer, autant que faire se peut, à cet objectif primordial qu’est le développement socioéconomique de notre pays. La mobilisation est également et surtout de mise pour notre cause nationale et pour le parachèvement de notre intégrité territoriale au Sud comme au Nord du Royaume. La protection de nos provinces du Sud contre une nouvelle forme plus insidieuse d’occupation déguisée en lutte pour l’indépendance et le rétablissement de la marocanité entière des villes occupées de Sebta et de Mellilia sont des combats majeurs qui nécessitent en effet l’implication de toutes et de tous. Mais là aussi et au-delà des traditionnels champs de bataille et autres arènes diplomatiques, ces combats doivent être désormais menés sur l’échiquier du développement socio-économique. Car comme souligné par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans Son dernier discours de la Marche Verte : «Notre approche pour défendre la marocanité du Sahara procède d’une vision intégrée qui joint, à l’action politique et diplomatique, la promotion du développement socio-économique et humain… La fidélité à l’esprit et au serment éternel de la Marche Verte exige que tous les Marocains restent mobilisés et vigilants afin de défendre l’unité nationale de leur pays, de favoriser son plein essor et de renforcer son attachement à sa profondeur africaine».

L’intérêt de la célébration de cette fête est de transmettre aux femmes et aux hommes de demain les mêmes valeurs qui ont permis au Royaume de vaincre l’idéologie du colonialisme grâce aux sacrifices consentis durant des décennies par plusieurs générations de Marocains. Plus de six décennies après la proclamation officielle de l’indépendance, le Maroc continue sur la même voie de lutte pour le développement cette fois-ci du pays et faire du Royaume un pays plus indépendant que jamais à tous les niveaux sociaux et économiques. Une indépendance qui fait office aujourd’hui de modèle pour de nombreux autres pays.


16 vues0 commentaire