top of page
  • Photo du rédacteurAA

Guinée-Bissau: le président, Umaro Sissoco Embaló, dissout le Parlement et convoque de nouvelles éle

Guinée-Bissau: le président, Umaro Sissoco Embaló, dissout le Parlement et convoque de nouvelles élections législatives

Nouveau coup de théâtre en Guinée-Bissau où le président Umaro Sissoco Embaló a décidé de dissoudre le Parlement et d’organiser des élections anticipées. Ces dernières visent à mettre fin à une crise politique persistante et devraient se tenir d’ici à la fin de l’année.


« J’ai décidé de rendre la parole au peuple de Guinée pour qu’une fois de plus cette année, il puisse choisir librement dans les urnes le Parlement qu’il souhaite avoir pour un onzième mandat.« , a déclaré Umaro Sissoco Embaló, président de Guinée-Bissau depuis 2020.

« Après avoir entendu le président de l’Assemblée nationale populaire (le Parlement), les partis politiques représentés au Parlement et le Conseil d’État, j’ai pris la décision de dissoudre l’Assemblée nationale populaire de la 10ème législature et d’avancer la tenue des élections législatives », a-t-il dit.

Le chef d’Etat a justifié sa décision par des « divergences persistantes et insolubles » avec l’organe législatif depuis plusieurs mois.

« La dixième législature a transformé l’Assemblée nationale populaire en un lieu de guérilla politique, de conspiration; de nombreux députés ont travaillé à affaiblir les institutions de la République au lieu de tout faire pour les renforcer.« , a justifié le président.

La Guinée-Bissau est une ancienne colonie portugaise devenue indépendante en 1974 après une longue guerre de libération, menée par le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC) fondé par Amilcar Cabral, assassiné en 1973.

Depuis son indépendance, le pays a connu une multitude de putsch et de tentatives de coup de force. Il a été le théâtre le 1er février de ce qui a été présenté comme une nouvelle tentative de coup d’Etat. Il est en proie depuis des mois à des tensions entre la présidence et le Parlement.

A lire aussi:

0 vue0 commentaire

Commenti


bottom of page