Découvrez la destination principale cet été de la diaspora Algérienne, après la hausse du prix des b

A l’approche des grandes vacances, le prix des billets vers l’Algérie flambe, en partie à cause d’une trop faible concurrence. La diaspora algérienne change de destination… Le Royaume du Maroc

Beaucoup d’encre a coulé sur la cherté des billets d’avion de la compagnie aérienne Air Algérie. Il est vrai que ces tarifs ont atteint des pics exorbitants depuis la réouverture partielle des frontières. C’est surtout la ligne entre l’Algérie et la France qui a été la plus touchée par cette flambée.


La communauté algérienne établie à l’étranger, notamment en France, ne cesse depuis de monter au créneau pour dénoncer cette flambée.

« Dans la situation actuelle, la baisse des prix des billets d’avion est écartée », a affirmé Aissa Bekkai le 28 février denier, en évoquant « la situation difficile d’Air Algérie » sur le plan financier.

La question de la cherté des billets d’avion est devenue ces derniers temps un sujet d’intérêt national. Tout le monde s’accorde à dire que les prix des billets pratiqués par les compagnies aériennes opérant en Algérie sont les plus chers au monde. Et c’est souvent la compagnie publique Air Algérie qui est pointée du doigt en raison de son quasi-monopole dans le ciel algérien.


Une situation qui perdure depuis des années et qui s’est intensifiée depuis la crise sanitaire au grand dam des clients d’Air Algérie, notamment la diaspora algérienne établie à l’étranger. La hausse vertigineuse des prix pratiqués par Air Algérie en comparaison aux autres compagnies aériennes, notamment dans les pays voisins, à l’image du Maroc, a été souvent dénoncée par les usagers.

Comme pour tout service, le prix d’un billet d’avion est fixé en fonction de plusieurs paramètres. Selon skyscanner.fr, il existe un tarif de base, « immuable », auquel viendront ensuite s’ajouter des taxes d’aéroport. Ce prix de base prend en compte « les coûts incontournables » pour une compagnie aérienne à savoir « le coût du personnel, l’achat et l’entretien des avions, le carburant », mais aussi « le prix du repas et des boissons servis ».

Mais c’est surtout sur la part variable que tout se joue concernant le calcul du prix d’un billet. Il s’agit des nombreuses taxes qui peuvent varier à tout moment et qui influent également sur le prix du billet d’avion. Selon une étude de Skyscanner, la décomposition du prix d’un billet d’avion se réalise selon cinq taxes :

  1. Taxes QW et QX : il s’agit des redevances des passagers pour l’utilisation de l’aéroport.

  2. Taxe YQ : il s’agit de la surcharge carburant d’avion qui dépend du prix du pétrole.

  3. Taxe FR : il s’agit de la taxe d’aviation civile qui sera encaissée par l’État.

  4. Taxe XT : il s’agit de la taxe permettant d’assurer la sécurité, le contrôle des passagers, des bagages

  5. Taxe IZ : il s’agit de la taxe de solidarité sur les billets qui est reversée notamment au Fonds mondial contre les pandémies

Un passager donne un coup de tête à un douanier

Un incident insolite s’est produit, en fin de la semaine dernière, au niveau de l’aéroport international d’Alger Houari Boumediene. Un passager en provenance de France a asséné «un coup de tête» à un agent de la douane lors d’un contrôle douanier des bagages.


Selon la presse algérienne qui rapporte l’information, ce samedi 21 mai, les faits remontent à la fin de la semaine dernière, lorsque le passager de 41 ans, répondant aux initiales B. B. venait d’atterrir à l’aéroport d’Alger à bord d’un vol en provenance de France.


Alors qu’il était au niveau d’un point de contrôle douanier des voyageurs, l’homme constate la disparition de sa valise. Aussitôt, l’agent de la douane, qui était en service au niveau du couloir de contrôle des bagages, lui demande de «patienter un moment», relate la même source.


Mais le passager en question n’a pas respecté la consigne du douanier qui, à son tour, a insisté en réitérant sa consigne. Et c’est ici que le passager, visiblement en colère, décide de donner «un coup de tête à l’agent», détaille la même source.


L’agression dont a été victime l’agent douanier lui a valu une incapacité de travail de trois jours, selon le certificat médical fourni par le médecin légiste.


Présenté devant le tribunal correctionnel de Dar El Beida, le prévenu a été poursuivi pour « agression d’un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions ». Le tribunal a décidé d’ajourner le procès de l’affaire pour la fin de la semaine en cours.

#AirAlgérie #aircouscous #Algérie #diasporaalgérienne

7 vues0 commentaire