top of page

COP26- G20/ Espace teinté Bioclimatique Vert. Les « Gaz » par extension sont « Non Grata »… By

COP26- G20/ Espace teinté Bioclimatique Vert. Les «Gaz» par extension sont « Non Grata »… By Kaddouri

La COP 26, à Glasgow, nous rappelle que nos objectifs de développement sont balisés par des orientations des accords de Paris de 2015. Pour rappel, 197 pays sont signataires soit quasi tous les pays de notre monde.

Ils ont donc fixé les objectifs mondiaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

*Gaz à effet de serre: gaz qui absorbe infra rouge du soleil et les remettent dans l’atmosphère ce qui créé l’effet de serre.

 « Race to Résilience »

Le bilan pour cette COP 26 est aussi de savoir si tous les signataires ont respecté les exigences d’Eco durable Eco responsables dans leur schéma de développement car chaque pays doit dresser un bilan tous les cinq ans !

Et ces exigences climatiques animent les passions, y compris pour les consommateurs dit « énergivores ».

Développement et Empreinte Carbone/ Empreinte Ecologique pour y répondre :

Empreinte carbone: Calculs des émissions de Gaz à effet de serre (GES), émis par productions de biens et services, bâtiments industriels…

L’empreinte écologique, est la pression qu’exerce les Hommes sur la planète à répondre à leurs besoins.

Le Constat : Il faudrait 1,7 planète pour subvenir aux besoins de tous les Hommes !

La question du Maroc est de savoir si nous avons le bio capacité pour subvenir à nos besoins dans notre espace :

  1. Au travers du «Transport Vert»: déplacement avec une priorité électrique, tous confondus, avion, train, tous véhicules, covoiturage, coresponsable;

  2. Au travers de nos logements et bâtiments où les questions énergies au Vert durable indispensables à la gestion, aux questions énergétiques: types de logement, nombre occupant, appareil et énergies utilisées …, consommation d’énergie; 

  3. Au travers de notre consommation et notre style de vie : Répondent-ils aux exigences de développement durable, une « Consommation au Vert ?

La question de la gestion d’émission directe et indirecte de CO2 doit s’organiser autour d’un plan d’actions de réduction « carbone » :

L’Eau – l’Or bleu

L’or bleu indispensable devient plus rare: aussi l’irrigation goutte à goutte est déjà mise en place au Maroc car le gros consommateur est l’agriculture.

L’or bleu doit aussi avoir une «veille» en matière de pollution par les substances chimiques nocives qui rendent l’eau impropre à toute utilisation.

Notons qu’à échelle mondiale, à Horizon 2050, 1 personne sur 4 vivra dans un pays infecté, et l’Afrique doit pouvoir freiner les catastrophes migratoires par une Eco-gestion-Vert de l’Eau.

Pays « Greenwashing » pollution et Climat.

C’est relatif à une marque, une entreprise ou un gouvernement qui utilisent des procédés marketing en le positionnant «bon pour environnement ou dit avoir valeur écolo-vert» sans réellement mettre en place les actions en faveur du développement durable.

Le Vert écolo, la COP 26, représentent-ils une simple image galvaudée sans respect de l’environnement ?!

Nous avons en effet une disproportion dans les messages, notamment notre G20 et leur représentation à la COP 26.

Nombreux pays produisent un taux élevé de gaz à effet de serre (GES), et présentent clairement un désintérêt pour un problème, une urgence climatique.

Carte d’image spatiale où les grands pollueurs sont bien les décideurs du G 20 sont la Chine, La Russie, les États Unis, Inde.

NB/je ferai volontairement l’impasse sur les hypothèses scientifiques de calculs d’émission

Sur le plan spatial, Le Maroc, L’Afrique:
  1. L’Afrique n’est pas le pollueur mais elle doit pouvoir se développer, à priori;

  2. Le Maroc est en développement et présente une empreinte carbone sensible mais pas encore alarmante si nous comprenons bien;

  3. Cependant son empreinte écologique s’accentue avec le développement de tous les secteurs, énergivores (cf. la définition mais pour résumer: bio-capacité par habitant par utilisation de l’espace pour produire, consommer et gérer ses déchets)

Et plus simplement, il faudrait diminuer les émissions GES et organiser leur stockage pour une autre utilisation dans procès cyclique continu.
  1. Nos indicateurs de développement sont en hausse car nos chantiers, notre consommation des ressources naturelles vont crescendo;

  2. Il faut observer ces indices minutieusement afin d’orienter, à toutes les échelles, les plans de développement durable pour garder notre costume bio-climatique-vert.

Alors que faire ?
  1. Atteindre une neutralité carbone horizon 50 : sortir des énergies fossiles, stopper la déforestation, stopper l’agriculture sauvage, s’orienter pour plus de transports électriques. Néanmoins, nombreux pensent que le tout électrique est également énergivore, donc pas si propre, pas si durable et pas si Eco-durable comme nous le prétendent les « Greenwashing »;

  2. S’adapter aux changements climatiques : notre territoire doit être plus résistant aux intempéries extrêmes en protégeant notre écosystème, par des veilles Eco-techniques;

  3. Augmenter les financements pour investir dans les énergies nouvelles, les alternatives aux productions énergivores, et pour le tout Eco-durable, adapter et adopter systématiquement le recyclage, et procéder à une redistribution à l’échelle régionale, continentale, planétaire;

  4. Les applications de l’accord de Paris, outils et des mécanismes, doivent être accessibles par et pour tous pour ce combat vital.

Un travail de communication lisible par tous s’impose.
  1. Quelles sont les énergies renouvelables ?

  2. Comment utiliser moins d’énergie pour produire ?

Par exemple :

  1. Abandonner ou transformer une centrale qui fonctionne aux énergies fossiles (décomposition végétale et animale);

  2. Avec une homogénéisation du Smart-Grid, Intelligence Artificielle, ce qui permettra un management intelligent, au cas par cas et pouvant adapter une gestion en fonction des conditions climatiques, aux conditions d’utilisations …;

  3. Préférer les énergies renouvelables dont leurs impacts sur la biodiversité sont vérifiés: changeons nos comportements par du bio existant notamment;

  4. Pratiquer une agriculture «Green» fera une différence tant dans la qualité que pour les besoins de nécessités écoresponsables et Eco-durables.

Il faut tout de même rappeler que 60 % du plastic produit depuis les années 60, sont dans des décharges !

Et rappeler que nous produisons pour 300 millions de tonnes de plastic /an à l’échelle mondiale.

Nos comportements seraient de comprendre et pouvoir identifier le renouvelable
  1. Identifier par exemple le plastic recyclable;

  2. Identifier le non recyclable, et lui donner une seconde vie;

  3. Tri des déchets et valorisation;

  4. Gérer le gaspillage alimentaire, adapter les quantités, pouvoir recycler et mettre en compost, à savoir en « déchet vert »;

  5. L’espace vert est bien plus qu’une réponse au défi climatique.

Le Réchauffement climatique par le méthane , car  Le Méthane  est l’ennemi numéro 2 du réchauffement climatique.

Méthane est présent dans l’élevage pour viande et produit plus de 32% de gaz à effet de serre.

Si nous diminuons de 45% de méthane à l’échelle mondiale, alors nous pourrions baisser la température de 0,3% d’ici 2035.

Quelques réponses aux Critiques climato-septique:
  1. La fonte des Glaciers est un constat et le niveau des mers augmentent;

  2. Changement de date de migration de certains oiseaux transsahariens;

  3. Vendanges ou cultures plus précoces dans leur saison de récolte parfois plus de 15 jours plus tôt;

  4. Augmentation moyenne des températures de + de 1,4° depuis les 60’ à aujourd’hui.

Les Notions de développement durable sont essentielles pour une société durable.C’est l’affaire de tous, actions individuelles, entreprises et États, pour réduire les émissions GES,« Des gaz non grata ».The Race To Résilience est notre impératif à tous.

Karima Kaddouri

0 vue0 commentaire
bottom of page