top of page
  • Photo du rédacteurAA

Conflit Russie – Ukraine: quelles réactions dans les pays africains ?

Conflit Russie – Ukraine: quelles réactions dans les pays africains ?

Le conflit qui oppose la Russie à l’Ukraine continue de susciter des réactions dans le monde mais également sur le continent africain.

Le Royaume du Maroc suit avec inquiétude l’évolution de la situation entre la Fédération de Russie et l’Ukraine, a indiqué, samedi, le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger.

Le Royaume du Maroc suit avec inquiétude l’évolution de la situation entre la Fédération de Russie et l’Ukraine, a indiqué, samedi, le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger. Dans un communiqué, le ministère souligne que «le Royaume du Maroc réitère son soutien à l’intégrité territoriale et à l’unité nationale de tous les États membres des Nations Unies».

«Le Royaume du Maroc rappelle, également, son attachement au principe de non recours à la force pour le règlement des différends entre États et encourage toutes les initiatives et actions favorisant un règlement pacifique des conflits», conclut le communiqué.


Afrique du Sud : des manifestations contre l’invasion russe en Ukraine

En Afrique du Sud, des manifestants se sont rassemblés devant l’ambassade de Russie de Pretoria pour demander au gouvernement sud-africain de stopper sa coopération économique avec le pays qui a déclaré la guerre à l’Ukraine.

Vendredi, au lendemain de l’invasion russe, plusieurs personnes ont brandi des affiches appelant les nations à aider à mettre fin à l’attaque de la Russie contre son voisin.

« Lorsque la guerre éclatera en Europe surtout, il y a de grandes chances qu’elle se transforme en une guerre mondiale et cela dévastera tout le monde, pas seulement l’Ukraine, pas seulement la Russie, pas seulement l’Europe. Nous sommes tristes, nous sommes bouleversés et nous sommes très en colère contre Poutine et contre les personnes qui auraient dû l’arrêter mais ne l’ont pas fait. » a déclaré Anastasia Korpeso, membre de l’Association ukrainienne d’Afrique du Sud.

« Ma mère vit là-bas. Je l’ai appelée et pendant mon appel téléphonique avec elle, j’ai entendu deux explosions. La toute première victime civile de cette guerre a été dans ma ville natale car une des bombes a été trouvée dans le centre ville et a tué une femme et cinq ont été blessés. » s’est confiée Oksana Lessi, ressortissante ukrainienne vivant en Afrique du Sud.


L’Union africaine appelle à un cessez-le-feu immédiat

Le président en exercice de l’Union Africaine et président du Sénégal, Macky Sall, et le président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat, expriment « leur extrême préoccupation face à la très grave et dangereuse situation créée en Ukraine. »

La déclaration a été publiée jeudi sur le site web et le compte Twitter officiel de l’Union Africaine:

« Ils appellent la fédération de Russie et tout autre acteur régional ou international au respect impératif du droit international, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté nationale de l’Ukraine.

Le président en exercice de l’Union Africaine et le président de la Commission de l’Union Africaine exhortent les deux parties à l’instauration immédiate d’un cessez le feu et à l’ouverture sans délai de négociations politiques sous l’égide des Nations Unies, afin de préserver le monde des conséquences d’un conflit planétaire, pour la paix et la stabilité dans les relations internationales au service de tous les peuples du monde« , peut-on y lire.

Déclaration du Président de l’Union Africaine, le Président S.E @MackySall et du Président de la Commission de l’UA S.E @AUC_MoussaFaki sur la situation en #Ukraine : https://t.co/exXg8MY7js pic.twitter.com/WXBRVnmfSM — African Union (@_AfricanUnion) February 24, 2022


La Guinée ce jeudi décidé de sanctionner le Consul honoraire d’Ukraine en Guinée pour faute lourde au terme d’une réunion de crise.

Il est reproché à Charles Amara Sossoadouno d’avoir fait circuler sur les réseaux sociaux un supposé document officiel qui appelle la Guinée à prendre position sur le conflit.


En plus de cette sanction, le ministre des Affaires étrangères de la junte guinéenne a exigé à Sossoadouno de tenir une conférence de presse afin de démentir ce supposé document officiel qui a fait le tour des réseaux sociaux.

Mali: comment les défenseurs de la souveraineté réagissent à l’attaque russe en Ukraine

Aucune réaction au Mali sur l’intervention militaire russe en Ukraine alors que la Russie est devenue ces derniers mois le nouvel allié stratégique militaire de Bamako. Au-delà des autorités, comment les défenseurs de la souveraineté nationale du Mali perçoivent-t-ils l’invasion en cours de l’Ukraine par la Russie?

Le mouvement Yerewolo-Debout sur les remparts, qui soutient les autorités de transition, est parmi les premiers à avoir demandé puis applaudi l’implication de la Russie au Mali. Pour son porte-parole, Drissa Meminta, le fait que la Russie décide d’attaquer l’Ukraine, ne change rien.

«Ça ne remet pas en cause ce qu’il se passe entre le Mali et la Russie, affirme Drissa Meminta. Parce que c’est une collaboration franche où l’on ne cache rien. Les Occidentaux se cachent derrière l’Ukraine, se cachent derrière plusieurs pays pour atteindre la Russie. Nous, nous ne jugeons pas la Russie à travers ce que nous apprenons via les médias. Nous ne jugeons pas la Russie à travers ce qu’il se passe entre la Russie et d’autres pays. Nous jugeons la Russie à travers ce qu’il se passe entre la Russie et le Mali.»

« Nous ne voulons pas changer l’ancien maître par un nouveau »

Le parti Sadi est historiquement engagé dans la défense de la souveraineté nationale du Mali. Dora Diarra, membre du bureau du Sadi, se réjouit d’ailleurs du départ des militaires français, réclamé de longue date. S’il ne condamne pas radicalement l’attaque de l’Ukraine par la Russie, cet évènement rappelle, selon lui, que l’implication de la Russie au Mali doit être considérée avec vigilance, pour éviter toute ingérence.

«Nous ne voulons pas changer l’ancien maître par un nouveau maître. C’est clair que la Russie est en train d’étendre son influence à travers le monde y compris au Mali. Cela peut être une aubaine pour les Maliens. C’est ça toute la question. Les autorités russes ne disent pas clairement ce qu’il se passe avec la junte au pouvoir au Mali, s’interroge Dora Diarra. Ce n’est pas clair ! Nous ne sommes opposés à aucun partenariat, mais nous sommes contre toutes formes d’impérialisme.»

Les autorités maliennes de transition n’ont pas réagi officiellement à l’offensive militaire de la Russie en Ukraine.

Une présence russe dans de multiples secteurs 


© TV5MONDE

Un article publié fin 2020 sur le site d’information économique La Tribune détaille les secteurs sur lesquels la Russie s’appuie pour se réimplanter économiquement sur le continent africain, au terme d’une parenthèse ouverte par la chute du bloc soviétique au début des années 90. La défense et la sécurité sont très loin d’être les seules spécialités russes en Afrique.

Le texte mentionne ainsi trois secteurs économiques sur lesquels s’appuie Moscou par le biais d’une galaxie d’entreprises publiques ou privées.

► Les hydrocarbures, à travers des entreprises comme Rosneft, Gazprom ou Lukoil présentes aussi bien au Maghreb qu’en Afrique subsaharienne.  ► Les mines et la métallurgie, via Rusal (dans les bauxites), Nordgold, Vi Holding dans le platine, Alrosa dans les diamants angolais ou encore Renova pour le manganèse sud-africain.  ► Le nucléaire, enfin, selon le site, est le troisième secteur où la Russie souhaite se développer en Afrique. « En Egypte, Rosatom a signé un accord pour construire une centrale nucléaire à El-Dabaa. Au Rwanda, elle doit construire un centre de recherches sur le nucléaire et un petit réacteur ». L’entreprise est également présente en Ethiopie, au Ghana ou encore en Zambie.  

L’article conclut que “les motifs économiques du déploiement de ces entreprises en Afrique et les considérations géopolitiques sont étroitement liés”.

Mais la présence économique russe ne se résume pas à ces trois secteurs. Moscou propose également des solutions informatiques comme MyOffice, présent au Cameroun ou en République démocratique du Congo, y compris au sein des administrations.

Les Russes s’illustrent aussi dans le secteur bancaire et ou l’agriculture, un business dans lequel elle a explosé ces dernières années. En 2017, Forbes Afrique racontait ainsi comment le blé russe s’était imposé sur le continent au dépens de partenaires traditionnels. Illustration au Sénégal ou au Cameroun où, en 2016, selon Forbes, la France était passé de 80% à 30% du marché alors que la Russie s’en était emparée de la moitié.

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page