top of page

Briefing d'ouvrage: "La conspiration de la mi-décembre". Dr. Abdellah Boussouf


Sans doute "Qatar Gate" est un événement politique, judiciaire et médiatique majeur qui occupe l'opinion publique européenne depuis le 09 décembre 2022. Chaque détail a été pensé et planifié, à commencer par le temps du bombardement médiatique, passant par le contenu de l'affaire, les actes d'accusation, le type d'accusés, ainsi que le juge d'instruction fédéral belge et se terminant par l'annonce de la signature du contrat d'un accord entre le principal accusé Panzeri et le procureur général afin d'assister l'enquête et la justice en faisant pression sur la deuxième accusée dans l'affaire Eva Kaili afin de la pousser aux aveux jusqu'à ce que les chapitres de la pièce soient bouclés, et conclue par une séance plénière pour juger du statut de la presse marocaine au Parlement européen .

Dans le même temps, l'affaire du «Qatargate » a connu une médiatisation sans précédent de la part d'un média de droite, connu pour sa fidélité au régime algérien avec lequel il a d'importants accords commerciaux et financiers.

Et sur la question et en orientant l'opinion publique européenne vers une seule destination, c'est-à-dire déformer l'image du Maroc, et aussi en retirant l'État du Qatar de la course judiciaire et médiatique, surtout après que le Qatar a menacé de changer les équations de la sécurité énergétique mondiale.

Et parce que les médias ont une part importante pour impliquer le Maroc, l'accuser et déformer son image dans le "Qatargate", il a eu une part du gâteau politique, qui est l'attribution d'une session plénière au Parlement européen consacrée à saper l'institution judiciaire marocaine, et des décisions judiciaires désobligeantes, ainsi que de donner des ordres aux autorités marocaines en pleine souveraineté, et que par des rejugements ou la libération de leurs amis journalistes accusés dans l'attente d'affaires de droit public, le gâteau politique se résume dans une décision condamnant la détérioration de la presse au Maroc, et ici ils défendaient le journalisme d'investigation auquel appartient le prisonnier marocain «Omar Radi» et auquel appartient l'Espagnol Ignacio Combrero, connu pour son hostilité envers le Maroc et ses hommes.

La liste des "nouveaux protégés" comprend Forbiden Stories Press, Mediapart Group, El mundo, El Pais, Le Soir belge et Le Figaro, entre autres. Le nouveau règlement, à l'occasion de "Qatar Gate", incluait également le groupe de médias de la famille italienne Agnelli, a connu GEDI Gruppo Editoriale S.P.A.

Le "Qatargate" a explosé et le Maroc a été impliqué dans un dossier concernant les droits de l'homme au Qatar et ses relations avec les organisations de défense des droits de l'homme et l'organisation de la Coupe du monde.

Je dis que le moment était très important, car à cette époque le nom du Maroc et des Marocains était dans toutes les langues et sur les pages des journaux et des sites internet, et le monde est sorti en se réjouissant de la victoire du Maroc en flagrant délit de corruption et de délits au sein du "Parlement européen".

Où l'idée était d'exploiter tout cet élan médiatique positif mondial pour le Maroc et la jeunesse du Maroc en le frappant le jour de sa joie et en ternissant son image le jour de l'Aïd.

C'est une affaire qu'on ne laisserait pas passer, sans suite ni étude et sans démonter les profils de ses héros, qu'il s'agisse des accusés ou autres, ou du juge belge qui semblait avoir une ancienne relation hostile avec le Maroc.

En qualité d'écrivain de nouvelles policières, il a publié le livre "Mémoires du RIF" sur le RIF (Nord du Maroc) et la drogue, et même le ministre belge de la Justice, qui a des conflits apparents avec le Maroc à travers sa communauté nationale et par des tentatives de séparer la communauté de sa patrie, le Maroc, et les harceler, que ce soit en Œuvres Religieux ou éclipser leur influence politique malgré leur intégration et leur élévation sociale à de grandes positions scientifiques, intellectuelles, sportives, artistiques et politiques.

On a remarqué les fils d'un grand coopération tissé par le renseignement algérien avec l'aide de son homologue belge, qui a échoué plus d'une fois à démanteler des gangs ou à prouver l'accusation d'espionnage "Pegasus", ainsi que son homologue italien, qui a coopéré avec le juge belge, sans négliger le rôle du renseignement français.

L'intérêt de l'Algérie s'est manifesté dès le premier jour, car accuser le Maroc de soudoyer des parlementaires européens, des organisations et des groupes de pression à Bruxelles afin d'influencer les décisions de vote revient à remettre en cause la légalité et le sérieux de toutes les décisions prises dans les dossiers du Sahara marocain, de l'agriculture et de la pêche.

Cela nous a poussés à tirer la sonnette d'alarme de manière urgente, car cette remise en cause des décisions du Parlement européen ouvrira la voie à la reproduction et à la publication du lavoir des sécessionnistes et à leur donner de nouveaux espaces médiatiques sur les pages du journalisme d'investigation et celles hostile à l'unité nationale et territoriale.

Plus que cela, nous avons suivi la série de la session du Parlement européen consacrée à l'étude des conditions de la presse au Maroc, et il est apparu clairement que certains membres des groupes politiques pilotant cette session/pièce de théâtre appartenaient en même temps à la mission d'enquête comité dans le dossier Pegasus, ce qui leur nie les éléments d'objectivité et d'impartialité requis dans de tels cas?

Ce qui veut dire que nous serons confrontés à un nouvel épisode de la série complotiste, à la lecture du rapport de la commission Pega ou Pegasus au Parlement européen en avril prochain, où le lobby (algérien, belge, français, italien…) s'opposant aux intérêts du Maroc pousser dans le sens de la criminalisation du Maroc dans le dossier de l'espionnage Pegasus.

Nous avons essayé de prendre connaissance du dossier « Qatargate » à travers des articles déconstructifs, qui ont contribué à son agencement et à son contenu, à la nature des enquêtes médiatiques qui ont excellé à plus d'une reprise sur les enquêtes judiciaires, et ont aussi contribué à sa production et à l'intensité et force des fuites qui ont dominé le cours de l'"affaire Qatargate" jusqu'au jour de l'annonce de la signature d'un accord avec le premier accusé, Panzeri, et d'un engagement à ne pas divulguer les informations liées à l'affaire, à l'exception des communications officielles, c'est-à-dire des communications du bureau du juge d'instruction belge, ce qui signifie plus de contrôle et d'orientation.

Notre suivi et notre briefing sur la question du "Qatargate" se sont déclinés en 11 titres ou points, qui étaient explicatifs, scandaleux et critiques de certains détails d'un complot brûlant qui a été choisi pour un automne froid afin de gâcher la joie des Marocains avec leur l'équipe nationale et leur accueil royal et populaire d'une part, ainsi que dans le but de ternir l'image du Maroc à l'étranger et pression sur lui pour le mettre à genoux pour faire des concessions économiques, politiques, financières et géostratégiques.


Il est venu comme suit :

  • Le Maroc et la machine à boue médiatique et politique européenne.

  • Le Parlement européen entre le marteau des lobbies et la question de l'éthique;

  • L'Empire italien d'Agnelli, le joueur du jeu "Algerigate";

  • Bruxelles, l'arbre qui cache la forêt Belgegate;

  • Bruxelles, la gratitude qui cache une forêt... Belgegate ... l'aveu est le maître de l'évidence;

  • Le patch pétrolier et le syndrome "Panzieri" ... Le patch pétrolier de L'Algérie et sape la confiance des législateurs européens;

  • Agents sous de faux noms et médias européens de droite dans le bourbier du renseignement algérien;

  • Le juge Hitchcock, le ministre belge de la justice et les moulins à vent de Bruxelles;

  • Le Parlement européen est attaqué ... l'Etat marocain est attaqué;

  • Le Parlement européen, deux poids deux mesures en matière de droits de l'homme entre Strasbourg et Bruxelles.

Comments


bottom of page