top of page

"Allô, france24, Allô, Macron, Allô, Wassim Nasr..." Un sud-africain otage des jihadistes au Mali "


Après la libération d’Olivier Dubois, l’appel en faveur de son compagnon de captivité Gerco Van Deventer

L’un a été libéré, l’autre est resté aux mains des jihadistes du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (JNIM) dans le nord du Mali. Alors qu’on apprenait lundi, la libération d’Olivier Dubois, son compagnon d’infortune, le sud-africain Gerco Van Deventer n’a pas eu cette chance. Le journaliste français a certes été relâché en même temps qu’un autre otage, l’américain Jeffery Woodke, enlevé au Niger en 2016. Mais l’ambulancier sud-africain, kidnappé le 3 novembre 2017 dans le sud de la Libye, est lui resté prisonnier du désert. Il était pourtant aux mains du même groupe qui détenait l’otage français.

En arrivant en France, Olivier Dubois a révélé avoir passé «un peu plus d’un an et demi» de captivité avec Gerco Van Deventer. Expliquant que ce dernier avait été revendu aux jihadistes qui sévissent au Nord-Mali après avoir été enlevé en Libye.«On s’est quitté, c’est simple, le 14 mars dernier. Ils lui ont demandé de prendre une couverture, une bouteille; il est monté sur une moto et je ne l’ai plus jamais revu. Et aujourd’hui, je suis ici», soulignait Olivier Dubois.

L'appel des proches d'un sud-africain otage des jihadistes au Mali

Alors que son époux est détenu depuis plus de 5 ans par des jihadistes au Mali, Shereen van Deventer a lancé samedi un nouvel appel pour sa libération. Elle s'exprimait depuis la ville de Swellendam, à 220 km à l'est du Cap.

Son mari , Gerco van Deventer, 47 ans, avait été kidnappé en Libye le 3 novembre 2017 alors qu'il se rendait sur un site de construction d'une centrale à environ 1 000 km de la capitale Tripoli, avant d’être transféré au Mali.

"Je lance un nouvel appel. Nous avons désespérément besoin de lui à la maison, il est le père de trois enfants", a déclaré sa femme.

Trois ingénieurs turcs avaient aussi été enlevés avant d'être relâchés sept mois plus tard.

Cet infirmier qui travaillait pour une société de sécurité est le seul citoyen sud-africain retenu en otage par une organisation non-étatique au Sahel, selon son épouse âgée de 39 ans.

L'appel de sa famille intervient quelques jours après la libération du journaliste Olivier Dubois. au terme de près de deux ans de captivité au Mali. L’issue a redonné espoir aux proches de l’otage sud-africain.

"La libération d'Olivier Dubois nous donne un nouvel espoir pour la libération de Gerco", a confié sa femme. "Il y a l'espoir qu'une porte est ouverte".

Olivier Dubois a rapporté avoir passé plus d'un an en captivité avec Gerco van Deventer.

"Je pense qu'il doit être toujours dans la région de Kidal. Je peux imaginer les conditions dans lesquelles il est parce qu'on les a vécues ensemble. Et je tiens à ajouter qu'il est temps que ça s'arrête. Il est dans sa sixième année. Il ne mérite pas ça, il faut qu'il rentre à la maison", a expliqué le journaliste français.

Les négociations pour sa libération Gerco van Deventer seraient toujours en cours selon le ministère sud-africain des affaires étrangères.

Imtiaz Sooliman, à la tête d'une association caritative musulmane, Gift of the Givers, également impliqué dans la médiation pour sa libération, a indiqué qu'un négociateur "se rendra au Mali au cours des prochains jours pour lancer un appel aux ravisseurs".

Comments


bottom of page