top of page

algérie: Quand la junte algérien arme les "maisons de Dieu" contre le Royaume du Maroc


« L’islam authentique appartient à Dieu, “l’islam algérien” aux généraux»

Quand la mafia militaro-politico-financière algérienne arme les “maisons de Dieu” contre le Maroc, en instruisant aux imams d’unifier le prêche de la prière de vendredi pour s’attaquer au Maroc.

Les mosquées on été encore "utilisées" par la mafia militaro-politico-financière algérienne pour envoyer à l’adresse des citoyens algériens un message purement politique. Des instructions données à cet effet par la mafia militaro-politico-financière algérienne aux imams des mosquées via leur tutelle (le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs) d’unifier le prêche de la prière de vendredi, à travers tout le pays, pour s’attaquer au Maroc.

Le samedi 28 Avril 2023, la Commission de la fatwa du ministère algérien des Affaires religieuses et des Wakfs a pris le relais pour condamner, dans un communiqué, «la campagne systématique et acharnée menée contre l'Algérie par la propagation de drogues, d'hallucinogènes et de substances psychotropes, notamment auprès des jeunes». Comme pour les imams, l’instance officielle à louer les actions des services de sécurité qui «veillent à lutter contre ce phénomène et protéger le pays et sa population des marchands de la mort».

Le programme TV du mercredi: Quand le haschisch monte à la tête du régime algérien… tous les mercredis du mois

En effet, chaque mercredi, le régime algérien pour justifier une consommation excessive de drogues hallucinogènes à El Mouradia, annonce le démantèlement d’une cellule imaginaire de trafic de haschisch à la frontière avec le Maroc…

Dans une emission de télévision, une algérienne met à nu, les mensonges de la junte militaire algérienne
Des instructions données,... ce n'est pas la première fois que cela arrive!!!

Rappel: Vendredi 18 décembre 2020, la mafia militaro-politico-financière, avait fait appel à ses imams, pour envoyer à l’adresse des citoyens algériens un message purement politique.

Des instructions données à cet effet par la mafia militaro-politico-financière algérienne aux imams des mosquées via leur tutelle (le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs) d’unifier le prêche de la prière de vendredi, à travers tout le pays, pour s’attaquer au Maroc, suite à la reprise de ses relations avec Israël.

Ces imams doivent aborder les aspects religieux, politiques et juridiques et surtout insister sur « les principes immuables de leur pays pour le soutien des faibles ». Mais ce qui est plus important, les prêcheurs doivent convaincre les Algériens de s’unir et à soutenir leur armée et leurs institutions ». Et donc, voilà le but, les militaires qui tiennent le pays à la gorge pourront étouffer le Hirak. Ce n’est pas le moment, l’ennemi a encore frappé. Ainsi, dans une circulaire datée du 17 décembre 2020, le ministère algérien des Affaires religieuses a ordonné aux imams des mosquées, à travers toutes les wilayas du pays, d’unifier leur prêche de ce vendredi 18 décembre pour le consacrer uniquement aux derniers développements intervenus dans le dossier du Sahara. Il a été officiellement et plus particulièrement notifié aux imams d’aborder ce dossier, dans leur sermon, sous l’angle de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, dans une tentative de minimiser le tournant décisif imprimé par les dernières victoires remportées par le Maroc, et particulièrement la reconnaissance par les Etats-Unis d’Amérique de la marocanité du Sahara.

L’enrôlement des imams est le dernier acte de cette campagne lancée le samedi 12 décembre par la sortie du chef du gouvernement, Abdelaziz Djerad. «L’Algérie est ciblée par un complot élaboré de parties étrangères visant sa stabilité (…) Il y a une volonté d'amener l’entité sioniste à nos frontières», a-t-il déclaré lors d’un meeting politique.

Le ministère des Affaires religieuses a consacré le prêche de la prière du vendredi 17 décembre. Les imams se sont pliés aux instructions de la tutelle pour lancer de vives critiques à l’annonce de la reprise des relations diplomatiques avec Israël et à la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara.

Le régime considère la Coordination nationale des imams et fonctionnaires du secteur des affaires religieuses comme sa filleule. D’ailleurs, elle a même fait dernièrement l’objet les éloges du l’ex chef d’état-major et vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah qui avait loué « le rôle de « sensibilisation » des mosquées, des zaouïas [confréries soufies] et des imams».

Dans l’une de ses instructions de mois de juin 2019, le ministre des affaires religieuses et des wakfs, mohamed aïssa, a même sommé les imams de s’interdire toute discussion sur le politique et surtout sur le prochaine élection présidentielle prévue au printemps 2019. les imams, a-t-il insisté, “doivent laisser leurs convictions politiques à l’entrée les mosquées”. car, leurs prêches risquent, selon lui, d’influer les citoyens. mohamed aïssa avait également assuré que son département n’a pas l’intention de dicter à l’imam son prêche, mais de canaliser son discours pour qu’il ne sorte pas des vraies valeurs de l’islam qui méritent d’être promues en Algérie. une chose est certaine, a-t-il promis, lui et son département veilleront à ce que les imams et les mosquées “restent à l’écart les tiraillements politiques” .



Comments


bottom of page