Algérie / M. Abdelmadjid Tebboune: Effectivement, vous avez raison de souligner «L’histoire ne

«L’histoire ne peut pas être falsifiée», a répliqué le président algérien aux propos d’Emmanuel Macron sur une «rente mémorielle».Alors, selon le grand historien et illustre Tebboune , Washington mort, murmure à l’oreille d’Abdelkader… Faut-il en rire!!!!

Dans une interview accordée, dimanche 10 octobre 2021, à la télévision algérienne, Tebboune a affirmé que l’Algérie (Régence ottomane d’Alger (1512-1830) n’est autre que le 2ème pays au monde à avoir reconnu l’indépendance des Etats-Unis d’Amérique, acquise le 4 juillet 1776. Et pour apporter la preuve de l’ancienneté des relations entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Algérie, Tebboune a affirmé : «allez au musée du Moudjahid regarder les pistolets (lakwabiss) offerts par George Washington à l’émir Abdelkader».


«Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens.» Proverbe Africain.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s’est lourdement trompé dans son argumentaire pour illustrer la profondeur des relations historiques entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Algérie.

En effet, le Président algérien a cru bien faire d’affirmer lors d’une interview diffusée par l’ENTV dimanche soir que l’Emir Abdelkader, l’un des plus grands héros de la résistance algérienne contre le colonialisme français, a reçu un prestigieux cadeau de deux pistolets de la part de l’un des pères fondateurs de la nation américaine, à savoir le Premier président des Etats-Unis d’Amérique et l’un des héros de la guerre d’indépendance américaine entre 1775 et 1783, le célèbre George Washington.

L’information communiquée par Abdelmadjid Tebboune est totalement fausse et infondée car Georges Washington était le premier président des États-Unis, en fonction de 1789 à 1797. Il n’a tout simplement pas vécu à la même époque de l’Emir Abdelkader lequel est né en septembre 1808 et mort le 26 mai 1883 à Damas.

Tamurt- « On ne peut jamais falsifier l’histoire. La vérité finit toujours par jaillir et se libérer des ténèbres de la manipulation et de la haine. Si le régime Algérien veut faire de l’Emir Abdelkader un héros national, ce dernier n’est qu’un renégat et un raciste qui n’a jamais caché sa haine envers les kabyles.

Selon le célèbre historien, Charles André Julie, connu pour sa crédibilité et sa neutralité dans ses travaux de recherche sur l’histoire, Abdelkader traitait les kabyles de traîtres.

« L’Emir Abdelkader, après 15 ans de combat contre le colonialisme français dut se rendre et devient un grand ami de la France. Le 7 avril 1871, toute la Kabylie avait été soulevée par Mokrani contre l’armée coloniale française. Quand il apprit les débuts de l’insurrection, Abdelkader, devenu apparemment le nouveau « porte parole » du gouvernement français, déclara «Je dénonce cette insurrection contre la justice, contre la volonté de Dieu et la mienne. Nous prions le tout puissant de punir les traîtres et de confondre les ennemis de la France» peut-on lire en page 209 du livre de Charles Andre Julien, intitulé «Histoire de L’Algérie contemporaine. 1827-1871» édité à Paris en 1979.

Julien ajoute que « les appels de l’Emir a la Kabylie de déposer les armes, n’eurent aucun effet sur les combattants ». Les photo que nous publions montrent effectivement l’Emir avec ses mentors Français dans les châteaux Parisiens. »

A lire aussi:
L’histoire de l’Algérie, de Régence ottomane, Algérie française, l’ »indépendance » au hirak…L’histoire continue

#EmmanuelMacron #Algérie #AbdelmadjidTebboun #rentemémorielle #France #USA #Histoire

0 vue0 commentaire