top of page
  • Photo du rédacteurAA

Afrique: Le conflit séparatiste anglophone sévissant dans l’ouest du Cameroun déborde au Niger

Afrique: Le conflit séparatiste anglophone sévissant dans l’ouest du Cameroun déborde au Nigeria…

Le seul moyen d’atteindre désormais le village de Manga, à la frontière entre le Nigeria et le Cameroun, est le bateau. Les séparatistes ne se soucient guère de l’intégrité territoriale de leur voisin nigérian, où ils mènent des incursions, attaquant des villages. En effet, Le 17 novembre de l’année dernière, des combattants séparatistes camerounais sont passés au Nigeria et ont attaqué ce village tuant cinq personnes, dont le chef local.

Shiban Tikari, gouverneur de la région de Takum, c’est la deuxième fois qu’il remonte la rivière Katsina depuis l’attaque.

« La marine s’occupera de l’eau avec les services d’immigration, l’armée de terre et l’armée de l’air survoleront la frontière pour mettre en échec les Ambazoniens« . souligne Shiban Tikari.

Le gouverneur de la région a demandé un déploiement des forces de sécurité afin d’assurer la sécurité de la population qui a trouvé refuge dans la brousse. Aboubakar Manga est le frère du chef du village tué en novembre dernier : « les Ambazoniens sont arrivés et ont commencé à tirer. Nous n’avions jamais entendu de bruits de fusils comme ceux que nous avons entendus ce jour-là. Je n’oublierai jamais ces sons. Apparemment, ils ont même tiré sur nos enfants qui se cachaient dans l’eau, derrière les arbres, et les ont ensuite jetés à l’eau. C’est ce que nous avons vu ce jour-là. Sans la marine et l’immigration, je crois que le peuple de Manga aurait cessé d’exister. »

Dans ce conflit, qui a fait plus de 6.000 morts et forcé un million de Camerounais à fuir leur foyer, les civils sont pris en tenailles. 250 villages ont été détruits, vengeance des séparatistes ou de militaires à l’encontre de populations accusées de soutenir le camp adverse.

Pour protéger les réfugiés, les autorités locales et le Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés (HCR) sont en discussions pour créer un camp de réfugiés. C’est déjà le cas dans les Etats voisins de Benue et Cross River, où quatre camps ont été établis.

Yaoundé soupçonne que des séparatistes armés se cachent parmi les 70.000 réfugiés camerounais au Nigeria. Surtout elle considère le Nigeria comme un lieu d’approvisionnement en armes des séparatistes.

Cela fait cinq ans que les séparatistes anglophones ont déclaré l’indépendance des deux régions anglophones du Cameroun. Depuis lors, le conflit se poursuit dans ce pays et a désormais franchi la frontière avec le Nigeria. Les soldats nigérians patrouillent la frontière, mais le gouvernement de Tikari affirme que la menace est grande.

1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page