top of page

Afrique: La Zambie confrontée à une double épidémie de choléra et d'anthrax

La Zambie, déjà confrontée à sa pire épidémie d'anthrax depuis plus de dix ans, a enregistré de nouveaux décès causés par le choléra, ont rapporté mardi les autorités sanitaires de ce pays d'Afrique australe.

L'anthrax est une maladie infectieuse grave causée par des bactéries à Gram positif en forme de bâtonnets connues sous le nom de bacille du charbon ("Bacillus anthracis"). L'anthrax peut se trouver naturellement dans le sol et touche généralement les animaux domestiques et sauvages du monde entier.

Quatre personnes sont décédées du choléra dans la capitale Lusaka en 24 heures, portant le nombre des victimes de cette infection à 64 pour l'ensemble du pays depuis le début de l'année.

Selon l'Institut national de santé publique de Zambie, 46 de ces décès ont été enregistrés dans la capitale, ainsi que 1 600 infections, sur la même période.

Infection diarrhéique aiguë provoquée par l'absorption d'aliments ou d'eau contaminés par une bactérie, le choléra est en forte recrudescence sur le continent, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

La ministre de la Santé Sylvia Masebo a indiqué que le gouvernement distribuait du chlore pour purifier l'eau dans les zones touchées par l'épidémie et a appelé la population à respecter des mesures d'hygiène strictes.

Ces nouveaux décès interviennent quelques jours après que l'OMS a annoncé que le pays faisait face à sa pire épidémie d'anthrax depuis 2011. Depuis le début de l'année, l'anthrax - ou fièvre charbonneuse - a fait quatre victimes et 700 cas présumés dans le pays, selon l'OMS.

La bactérie Bacillus anthracis, qui survit des dizaines d'années sous forme de spores dans les terres où ont été enterrés par le passé des animaux morts de l'anthrax ou porteurs de la maladie, est transmissible à l'homme et potentiellement mortelle dans ses formes les plus rares.

Selon l'OMS, 26 des cas présumés en Zambie viendraient de la "consommation de viande prélevée sur les carcasses de trois hippopotames". L'organisation a mis en garde contre un risque "élevé" de propagation de l'épidémie d'anthrax aux pays voisins, étant donné "les déplacements (transfrontaliers) fréquents de populations et d'animaux".

Outre la Zambie, le Kenya, le Malawi, l'Ouganda et le Zimbabwe ont également enregistré des cas d'anthrax cette année, avec au total 20 décès et quelque 1 100 cas suspects.


32 vues0 commentaire
bottom of page