top of page
  • Photo du rédacteurAA

Afrique du Sud / « Gangster State »: le Comité exécutif national de l’ANC se penche sur le dos

Afrique du Sud / « Gangster State »: le Comité exécutif national de l’ANC se penche sur le dossier Ace Magushule.

Ace Magashule est devenu cette semaine le premier haut responsable du Congrès national africain, au pouvoir en Afrique du Sud, à être mis à l’écart dans le sillage de la nouvelle politique anticorruption du parti.

EXCLUSIVE: Entretien avec Ace Magashule 


L’ANC, parti historique au pouvoir en Afrique du Sud, a suspendu son secrétaire général Ace Magashule, accusé de corruption. « Vous êtes, par la présente, suspendu temporairement à partir du 3 mai 2021 jusqu’à l’issue finale de votre procédure judiciaire« , a informé Jessie Duarte, secrétaire générale adjointe du Congrès national africain, dans une lettre adressée à Ace Magashule, indiquant que cette décision serait « dans le meilleur intérêt » du parti.

Le Congrès national africain (ANC) de Nelson Mandela, empêtré jusqu’au cou dans des affaires de corruption depuis plusieurs années, cherche à se refaire une virginité face à des électeurs écœurés.

Le parti au pouvoir l’ANC se prépare à un week-end de confrontation musclée. Cette semaine son secrétaire général Ace Magashule a été suspendu de ses fonctions, pour avoir refusé de démissionner dans l’attente de son procès pour corruption. Ses alliés se mobilisent, alors que doit se réunir ce week-end le Comité exécutif national – soit les 10 plus hauts dirigeants de l’ANC pour examiner cette mise à l’écart. C’est une véritable guerre de tranchées qui se prépare au sein de l’ANC. Ace Magashule, fort du soutien de l’ancien président Jacob Zuma, ne partira pas sans se battre. Il estime sa suspension illégale. Et a fait appel au Comité exécutif national, l’organe le plus important de l’ANC. Ses soutiens quant à eux se mobilisent et accusent les responsables de mettre en péril l’avenir du mouvement. En face, on rétorque que la décision est effective. Il s’agit du règlement intérieur de l’ANC, rappelle-t-on. Tout membre poursuivi pour corruption ou autres crimes sérieux doit se retirer le temps de son procès.

Deux factions s’opposent. Celle fidèle au secrétaire général qui tente de se maintenir à son poste. Et celle qui soutient le président de l’ANC Cyril Ramaphosa, qui semble avant avoir gagné du terrain ces dernières années. Pour Ramaphosa l’enjeu est de taille, il s’agit nettoyer le mouvement en perte de vitesse dans les sondages, avant les élections locales l’année prochaine.

« Gangster State »

Le parti avait donné à « Ace », sourcils froncés et perpétuel air renfrogné, crâne rasé et lunettes strictes, 30 jours pour partir de lui-même. Mais l’ex-patron de l’ANC dans la province du Free State (Centre), accusé par une biographie explosive intitulée « Gangster State » d’y avoir régné en mafieux, a laissé passer la date butoir, la semaine dernière, forçant le parti à prendre ses responsabilités.

Sa suspension, qui lui a été signifiée par une lettre signée de son adjoint, Jessie Duarte, au nom de l’ANC, a pris effet lundi et court jusqu’à l’aboutissement de son procès, a-t-on appris mercredi lorsque cette lettre a fuité dans les médias.

Une réunion lundi de la direction du parti « a réaffirmé » sa décision prise fin mars d’imposer à tout membre poursuivi pénalement « pour corruption ou d’autres crimes graves » de démissionner ou de s’exposer à une suspension. « Tu as été inculpé et convoqué à comparaître devant un tribunal pour corruption et fraudes, vols et blanchiment », rappelle cette lettre. De nombreux internautes soulignaient que cette suspension ne privait par l’intéressé pour autant de son salaire, ce que la lettre confirme.

Actuellement en liberté sous caution, « Ace » sera jugé en août aux côtés d’une quinzaine de coaccusés, pour avoir notamment volé de l’argent public mis de côté en 2014 pour désamianter des logements sociaux, lorsqu’il était Premier ministre du Free State. Les travaux n’ont jamais eu lieu : les enquêteurs estiment que l’équivalent de près de dix millions d’euros ont été empochés.

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page