top of page

Affaires & Politique: Pourquoi Rabah Madjer a-t-il été hué par les supporters ?


La légende du football algérien Rabah Madjer s’est retrouvé dans une situation embarrassante lorsque le public de Baraki a commencé à le siffler.

Présent ce mardi soir au stade Baraki en tant qu’invité d’honneur de la CAF à l’occasion du match Algérie-Ethiopie, la légende du football algérien Rabah Madjer a été très sifflée parl es supporters présents.

En Algérie, le football a toujours été un sujet profondément politique. Avec plus ou moins de réussite, ce sport a longtemps été un instrument de propagande du pouvoir pour embellir son image auprès des Algériens à l’intérieur du pays et à l’international.

Rabah Madjer n’est plus prophète en son pays. Légende du football algérien, l’ancien attaquant virevoltant de Porto souffre d’un déficit de popularité dans son propre pays. A l’occasion de la rencontre du CHAN remportée par l’Algérie face à l’Ethiopie, Rabah Madjer était dans les travées du stade Nelson Mandela. Alors que son visage s’est affiché sur les écrans géants, ce dernier a été accueillir par une pluie de sifflets et une énorme bronca.

Le football en Algérie est aussi une affaire très politique... Comment Rabah Madjer a dilapidé un capital inestimable
La politique: Madjer, directeur de campagne de Bouteflika au Qatar

L’international algérien Rabah Madjer avait annoncé son soutient au président Abdelaziz Bouteflika lors de la présidentielle du 17 avril 2014, affirmant qu’il est bel et bien convaincu du programme du candidat à un quatrième mandat.

La star du ballon rond refait également campagne pour le chef de l’Etat.Madjer déclare qu’il s’est «engagé avec conviction» pour soutenir le président qui, selon lui, a fait beaucoup de bien au pays. Lors d’une déclaration accordée à Echorouk, M. Madjer a révélé que ses activités dans le monde politique ne datent pas d’aujourd’hui d’abord parce qu’il a déjà fait campagne pour Bouteflika lors de la présidentielle de 2009 (il était même directeur de sa campagne dans le golfe). C’est avec une ferme conviction que la star du football des années 80 et 90 a accepté de diriger la campagne électorale du candidat Bouteflika pour les prochaines présidentielles. Rabah Madjer, qui travaille comme consultant à Al Jazeera Sport, s’est engagé totalement pour expliquer aux Algériens résidant dans le Golfe arabe l’intérêt pour le pays de voter Bouteflika.

«Maintenant j’ai l’honneur de mener un rôle si important à coté du président de la campagne pour le compte du président Bouteflika, de sorte, nous devons développer notre niveau » ,a-t-il avancé en affirmant qu’il est vivement convaincu du programme du président Bouteflika : «En effet, plusieurs adversaires rivalisent pour atteindre le palais d’El Mouradia, et chacun de nous doit choisir son candidat préféré en toute démocratie».

Il est à signaler que l’ancien footbaleur a officialisé son soutient à un quatrième mandat. Il a été notamment nommé, président d’une commission du Ministère de la jeunesse et des sports, la Commission de détection des jeunes talents sportifs.

Les vidéos dans lesquelles il s’affichait avec des personnages honnis de cette période tournent encore sur les réseaux sociaux.

Le monde des affaires: Rabah Madjer condamné à six mois de prison ferme

Rabah Madjer, légende du football algérien, a été condamné à six mois de prison ferme pour "fausses déclarations".

Rabah Madjer rattrapé par la justice. L’ancien attaquant légendaire de l’Algérie, désormais âgé de 63 ans, a été condamné à six mois de prison ferme et 100.000 dinars (640 euros) d’amende pour "fausses déclarations" ce jeudi, par le tribunal de Sidi M’hamed (Alger) dans l’affaire l’opposant à l’Agence nationale d’édition et de publicité (Anep).

Madjer et un autre accusé, M.Brahim, ont aussi été condamnés à verser 500.000 dinars (320.000 euros) à l’Anep qui s’était constituée partie civile.

Le parquet avait requis 18 mois

Rabah Madjer, qui possédait deux journaux, Al Balagh et Al Balagh Erriadhi, aurait continué à encaisser des chèques de publicité publique de l’ANEP un an après la fermeture des deux publications.

Les charges d’escroquerie, arnaque, faux et usage de faux n’ont pas été retenues contre Madjer à qui la justice reprochait d’avoir continué de bénéficier indûment de commandes publicitaires de l’Anep pour ses deux journaux El Balagh et El Balagh Erriadhi alors qu’ils avaient cessé de paraître. Le montant du délit se chiffrait à 300.000 dinars (191.000 euros) selon les estimations de l’ancien PDG de l’Anep, Larbi Ouanoughi, cité par le journal Echourouk.

Le parquet avait requis une peine de 18 mois de prison ferme contre Rabah Madjer.

Scandale ANEP : Si Affif et Madjer ont engrangé 139 Milliards de publicités !

Le nouveau PDG de l’ANEP, Larbi Ouanoughi dont les propos ont été rapportés par le quotidien El Watan, a fait des révélations fracassantes, sur la manière avec laquelle a été distribuée la publicité ANEP.

Parmi les personnalités citées par ce responsable et qui auront bénéficié des 15.000 Milliards de publicités publiques gérées par l’ANEP ces 20 dernières années, il cite le sulfureux député FLN, Abdelhamid Si Affif, rendu célèbre en pleine crise de l’ex-parti unique en 2004 par ce qu’on appelle «la politique des dobermans», mais aussi l’ex-star du football, Rabah Madjer.

Si Affif : 109 Milliards en 8 ans !

Ainsi, Si Affif possède deux titres, Manbar el koraa en arabe et La Tribune des lecteurs, abondamment irrigués par les vannes de l’ANEP. Entre 2016 et 2019, les deux publications ont reçu respectivement plus de 28 milliards de centimes et près de 32 milliards de centimes.

En huit ans ou moins, le quotidien révèle que le jackpot de Si Affif s’élève à 109 milliards de centimes.

Madjer : 30 Milliards pour 2 titres… à l’arrêt !

Pour sa part, Rabah Madjer, possédait durant de longues années, deux titres : «El Balagh» et «El Balagh Erriadhi ».

Selon ce même responsable, «El Balagh» à lui seul a encaissé ces quatre dernières années 30 milliards», précisant que ses publications qui « étaient à l’arrêt avaient continué, plusieurs mois après, à encaisser l’argent de la publicité ».

Des journaux qui finissent « chez le poissonnier…»

Ce responsable ajoute enfin que mis à part quelques journaux, qui se comptent sur le bout des doigts, Si Affif ou Madjer font partie des dizaines de propriétaires de journaux (dont plusieurs parlementaires) gavés de publicités publiques qui tirent à 2000 exemplaires (parce que c’est le minimum qu’exige l’imprimerie). Comme ces journaux ne sont généralement pas lus, il ajoute que ces derniers sont «entourés de réseaux spécialisée dans la vente à la pesée des ‘méventes».

Ces titres finissent donc le plus souvent à la Pêcherie chez les poissonniers et servent, au mieux, à emballer les sardines !

CAF Awards: Pourquoi Madjer avait décliné l'invitation de la CAF

Les CAF Awards auront lieu ce 21 juillet au Maroc en marge de la CAN féminine 2022. L'instance africaine, comme à l'accoutumée, a invité quelques gloires du football du continent pour honorer les lauréats. la légende du foot algériens aurait décliné l'invitation. Convié à participer aux CAF Awards, Rabah Madjer, une gloire du football algérien et africain, aurait, selon la presse proche de la junte militaire d'Alger, décidé de boycotter ladite cérémonie qui récompense les meilleurs footballeurs sur le continent.

En l'absence de déclarations des consernés, les voix de leur maîtres dans la presse locale avancent que ce boycott est en raison de la tenue de la cérémonie au Maroc. Evidemment, c'est Fouzi Lekjaa qui est ciblé. Il a dû prendre l'habitude que son nom soit cité dans les maux qui frappent le football algérien.

La presse à la solde de la junte militaire s'en prend également à la Confédération africaine de football, qualifiée d'instance corrompue au service du Maroc. Les balivernes de ces plumitifs ne trompent plus personne même pas leurs auteurs.

La vérité est bien sûr tout autre: Rabah Madjer ne peut se présenter au Maroc puisqu'il est condamné a six mois de prison et ne peut, par conséquent, quitter le territoire algérien.

Il y a quelques semaines la presse algérienne avait organisé une campagne de dénigrement contre des joueurs dont Riyad Mahrez pour la simple raison qu'ils ont choisi Marrakech comme destination pour leur vacances.


82 vues0 commentaire

コメント


bottom of page