Affaire Oueld Lhachmia et Bahr eddine: Moulay Driss Fofana a poussé Un bon gros coup de gueule

Affaire Oueld Lhachmia et Bahr eddine: Moulay Driss Fofana a poussé Un bon gros coup de gueule.

Tant il est vrai que si la compétence gagne dans la clarté, l’honnêteté, l’intégrité, la fidélité et la simplicité, tant il est vrai que la médiocrité gagne dans le mensonge, la malhonnêteté, les magouilles, les sales besognes et la complexité.

Ces derniers jours les réseaux sociaux des marocains de l’étranger se sont mobilisés comme rarement vu, contre un vil individu qui s’est permis de toucher aux sacralités du Maroc, ses symboles et ses fondamentaux. J’ai cherché à comprendre et j’ai compris. D’abord j’ai été envahi par un sentiment de fierté de voir que nos compatriotes où qu’ils soient se mobilisent et mobilisent leurs moyens à chaque fois que les sacralités du Maroc éternel sont touchées. Ensuite j’ai été déçu de voir que, malheureusement, il y a des individus qui n’ont du Maroc que la nationalité. N’est pas marocain qui veut on l’est où on ne l’est pas. La marocanité est dans le sang, dans le cœur et dans la tête, on naît avec et on meurt avec. Elle n’est pas négociable, elle est innée chez tout vrai Marocain et ce n’est pas le cas chez un certain Oueld Lhachmia, un faux imam Bahr eddine des gens qui, sous divers prétextes font du travail associatif un malhonnête gagne-pain.

Tout ce que oueld Lhachmia a trouvé comme argument contre les patriotes qui l’ont mis à nu est de dire qu’ils sont des mafieux, qu’ils sont tous de la même ethnie et qu’il n’y a personne des autres régions marocaines contre lui. Alors moi un patriote Amazigh du moyen Atlas je me joins à toutes les autres voies qui s’élèvent pour dénoncer Oueld Lhachmia.

Je m’excuse par avance auprès de mes compatriotes par ce que j’ai choisi un style trivial et non académique, dans cette modeste contribution, puisque la situation l’exige.

J’ai découvert que le vil individu s’appelle « Oueld Lhachmia » et voilà ! ceci explique cela. En général on est affilié au père par la mention «  Ben un tel ». Avec votre permission je vais tailler un short à ce fils de P… Péripatéticienne, pour rester poli. On a appris qu’il est le fis de Lhachmia une entremetteuse, une matrone, une mère maquerelle à Fès. S’il est affilié à sa mère et non à son père, c’est peut-être qu’il n’en a pas, qu’il ne le connaît pas et dans ce cas cela porte un nom : c’est un bâtard qui veut dire né hors mariage de père inconnu. Il est donc le fruit de l’éducation de cette gourgandine qui avait d’autres mecs à éduquer que son fils. Ce garçon a donc grandi parmi les filles de joie, des tatas et des tontons. C’était donc un garçon des grues pour lesquelles il allait acheter les cigarettes et autres choses et desquelles il a appris l’art de l’arnaque, du vol, de l’escroquerie et la cupidité sans vergogne. Telle est la norme sociale avec laquelle il a grandi dans l’ombre de sa mère qui est montée en grade jusqu’à devenir Mère maquerelle.

Ould Lhachmia, ça ne vous rappelle rien, ni personne ? Et bein si, un autre Oueld Lmarrakchia (maquerelle du cartier el Mellah à Rabat) qui a violé, torturé à mort cette pauvre fille à Rabat.

La même éducation, le même profile mais dans des domaines différents et avec des méthodes qui trahissent la même éducation et la même origine socioculturelle.

Maintenant que je me suis fait une idée, non exhaustive, sur son pedigree, sans vouloir faire insulte aux chiens qui sont un exemple de fidélité, d’amitié et d’intégrité, je vais voir quelques points de ses divagations contre les personnes qu’il s’est permis d’entacher sans y arriver.

C’est bien connu, la cupidité et le dont de soit sont incompatibles. Je ne reviendrais pas sur tous les actes de vols, d’escroquerie et de chantages auxquels Oueld Lahachmia s’est livré, nos compatriotes sur place l’on dénoncé et magistralement, qu’ils en soient remerciés. C’est sûrement la raison pour laquelle il a personnalisé ses attaques contres des institutions nationales, des personnalités et des acteurs associatifs en se permettant de citer les noms de gens respectables, des gens qui sont au service du Maroc et des Marocains.

Il s’est attaqué à Hassan Bouharrouti acteur associatif qui s’est donné pour mission d’être au service de la cause nationale par des enregistrements, documentaires et autres interventions partout où il fallait défendre les intérêts du Maroc et sa cause. Est-ce que Oueld Lhachmia et ses acolytes peuvent en dire autant au service de leur pays ? Sûrement pas, bien au contraire.

Il s’est permis de parler de l’élection de Si Mohamed Moussaoui président de l’Union des Mosquées de France à la présidence CFCM (conseil français du culte musulman) sans en maîtriser les paramètres. Pire encore, il a offert une tribune à un autre déséquilibré pour dénigrer Si Mohamed Moussaoui. Si Mohamed Moussaoui est docteur en mathématiques et professeur universitaire. Il a passé toute sa vie de résident en France au service de l’Islam, des musulmans, de la lutte contre les extrémismes d’où qu’ils viennent, à faire connaître l’Islam marocain en France et à toujours œuvrer pour la défense des sacralités de son pays en plus d’être un honnête home de Dieu.

Oueld Lhachmia et ses acolytes peuvent-ils en dire autant ? Sont-t-ils habilités à parler de l’Islam en France ? Sûrement pas.

S’il est diplômé, qu’il nous montre ses diplômes. Il se dit journaliste, qu’il nous dise de quelle école de journalisme il est sorti et dans quel journal, radio ou télévision il a exercé. Il n’a aucun titre à faire valoir, si ce n’est celui de l’éducation de Lhachmia et de ses tatas.

L’autre qui s’appelle Bahr je ne sais quoi ! Un faut imam qui détourne la noble mission d’Imam à des fins vilement mercantiles et qui profite de l’aura du Maroc pour la retourner contre son pays et son modèle religieux, au profit d’ennemis déclarés tant politiquement que sur le plan religieux. L’intérêt national ne va pas de paire avec la cupidité et l’avidité. Certes, lorsque le faux imam apparait en djellaba arborant le « tarbouch rouge », personne ne s’y trompe, c’est un Marocain. C’est l’image d’un Maroc millénaire que ce voyou des minbares à mi au service des Emiratis et des Saoudiens et de leurs salafisme et wahabisme. Il a bradé son honneur, son pays et ses intérêts pour quelques dollars. Ce qu’il a bradé n’a pas de prix. Cet homme porte préjudice au Maroc et à sa vision malikite de l’Islam. Les Saoudiens ont perdu toute légitimité de parler au nom de l’Islam après que le monde entier a eu la preuve sinon de leur implication, du moins indirectement par leur idéologie wahabiste obscurantiste, dans le terrorisme international. L’occasion était bonne pour les Emirats qui voulaient avoir droit de citer dans ce domaine en venant au secours du wahabisme saoudien. Leur cible, les Imams marocains qui peuvent les faire profiter de la bonne réputation de l’Islam malikite marocain. L’objectif est double combattre le Maroc et sa bonne image et se refaire une virginité. Ils ont proposé des contrats très alléchants à de grands imams marocains en vue de les recruter chez eux. Mais ces imams ont fait passer l’intérêt du Maroc avant les leurs et ils ont donné une fin de non recevoir à toutes les sollicitations. Qu’ils en soient remerciés, nous sommes fières d’eux.

Monsieur Bahr …. Est un minable qui ne voit midi qu’à l’aune de son compte en banque. Il prend le contre pied d’une politique en matière religieuse initiée par le Maroc depuis des décennies pour ne pas dire des siècles avec une constance garantie par le concept, unique au monde, de la commanderie des croyants. L’Islam à ‘’la marocaine’’ est un gage de modération, d’ouverture, de stabilité et de lutte pacifique contre les extrémismes et le terrorisme qui en découlent. L’exception marocaine lors des printemps arabe n’est pas sortit du néant.

En s’affichant en tant que marocain à côté des Saoudiens en Afrique, en assistant à leurs réceptions dans leurs ambassade en Afrique, en rencontrant les meneurs du wahabisme obscure et djihadiste, en déclarant sa flamme aux émiratis, aux Saoudiens, en conseillant la lecture de Mohamed ben Abdelwahab, le faux imam s’est résolument rangé du coté des adversaires du Maroc contre le Maroc. Il est un nuisible qui torpille les efforts de tant d’année de la politique marocaine en Afrique. A ce stade, soyons claires, c’est un ennemi du Maroc, il doit être traité comme tel et poursuivi pour haute trahison. Cet homme aux mœurs dissolues et dont la femme vient de rendre publiques les raisons de sa séparation de lui, n’a pas fini d’étonner son monde. Sans entrer dans les détails, cette femme pudique lui reproche, entre autres, ses relations avec les enturbannés (salaphistes), le commerce au nom des mosquées, le tourisme sexuel avant de le qualifié de malade vicieux et détraqué sexuel.

Que dire de plus si ce n’est que les patriotes marocains ont prouvé, une fois encore, que leur vigilance quant aux intérêts de la mère patrie et de ses sacralités, est infaillible et inaltérables. Ils ont identifié et dénoncé les traîtres. Ils les ont mis sur le banc des accusés, ils les ont jugé et condamner au bannissement à jamais.

 Washington DC          

   19/08/20 

  Moulay Driss Fofana

0 vue0 commentaire