top of page

Accord commercial entre le Kenya et l'Union européenne, qui veut se rapprocher de l'Afrique


Le Kenya et l'Union européenne ont signé lundi un accord commercial lors d'une cérémonie à Nairobi, le premier de grande envergure depuis 2016 avec un pays d'Afrique où Bruxelles cherche à tisser des liens économiques plus étroits et contrer l'appétit chinois.

"Aujourd'hui est un moment de très grande fierté pour le Kenya, et je crois pour l'Union européenne", a déclaré le ministre kényan du Commerce, Moses Koria, après la signature de l'accord de partenariat économique (APE) avec le commissaire européen au Commerce Valdis Dombrovskis.

La cérémonie était présidée par le président kényan William Samoei Ruto. Une fois entré en vigueur, cet APE donnera au Kenya un accès libre de droits à l'UE, son plus grand marché où il envoie environ un cinquième de ses exportations.

Il s'agit principalement de produits agricoles comme le thé et le café et de 70% de ses fleurs. Cet accord "assure un marché prévisible" pour les agriculteurs kényans, s'est félicité M. William Samoei Ruto.

Le Kenya ouvrira de son côté progressivement son marché, avec des réductions de taxe graduelles sur 25 ans, notamment pour les produits de l'industrie chimique ou des machines-outils. En revanche, une série de produits sensibles en seront exclus.

"C'est un grand jour pour les relations entre l'UE et le Kenya", a salué M. Dombrovskis, qui a rappelé que les entreprises européennes avaient investi 1 milliard d'euros au Kenya ces dix dernières années mais qu'il y a un "appétit" considérable à y faire encore plus d'affaires.

"Ce partenariat UE-Kenya va stimuler le commerce et ouvrir de nouvelles opportunités pour les travailleurs, les entreprises et les citoyens", a réagi sur Twitter la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

"C'est une étape de toute première importance avec un partenaire africain important et un allié clé dans la lutte contre le changement climatique", a-t-elle ajouté.

Il s'agit du premier accord commercial de grande envergure entre l'UE et un pays africain depuis 2016. Il intervient après une frénésie de dépenses de la Chine dans de grands projets d'infrastructures à travers le continent.

L'UE a pris des mesures pour contrer le programme chinois dit des "Nouvelles routes de la soie", également connu sous le nom "La Ceinture et la Route", en annonçant en février qu'elle augmenterait les investissements au Kenya de centaines de millions de dollars par le biais de sa propre stratégie, "Global Gateway".

Le Kenya est considéré par la communauté internationale comme une démocratie fiable et stable dans une région turbulente.

Lors d'une rencontre avec des journalistes avant la cérémonie, le commissaire européen avait souligné que l'Afrique est en outre "une région prioritaire" pour l'UE, espérant que l'accord avec le Kenya fera écho ailleurs sur le continent.

Cet accord avec le Kenya est l'aboutissement de négociations commerciales entre l'UE et la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) qui ont débuté il y a une dizaine d'années.

M. Dombrovskis a déclaré que l'accord restait ouvert à l'adhésion d'autres membres de la EAC, qui comprend désormais également la République démocratique du Congo (RDC) et le Soudan du Sud.

L’Union européenne a signé mardi un financement de 27 millions de dollars pour TradeMark Africa.

Cet investissement vise à faciliter un programme de cinq ans qui stimulera les exportations du Kenya.

Le projet a également pour objectif d’aider le gouvernement du pays à créer un environnement commercial favorable en stimulant par exemple le développement économique et la création d‘emplois d’une manière durable et inclusive.

La signature est intervenue lors du premier Forum des affaires UE-Kenya organisé les 21 et 22 février 2023 à Nairobi.

Rappel: en février 2023, l'UE signe un financement de 27 millions de dollars

L’Union européenne a signé en février un financement de 27 millions de dollars pour TradeMark Africa.

Cet investissement vise à faciliter un programme de cinq ans qui stimulera les exportations du Kenya.

Le projet a également pour objectif d’aider le gouvernement du pays à créer un environnement commercial favorable en stimulant par exemple le développement économique et la création d‘emplois d’une manière durable et inclusive.

La signature est intervenue lors du premier Forum des affaires UE-Kenya organisé les 21 et 22 février 2023 à Nairobi.

En 2014, l'UE et l'EAC - à l'époque le Kenya, le Rwanda, l'Ouganda, le Burundi et la Tanzanie - ont finalisé les négociations en vue d'un accord de partenariat économique, mais seul Nairobi l'a ratifié. M. Dombrovskis a déclaré que l'accord restait ouvert à l'adhésion d'autres membres de la EAC, qui comprend désormais également la République démocratique du Congo (RDC) et le Soudan du Sud.

43 vues0 commentaire
bottom of page