top of page

Aabadila Malainine Semlali fustige la "démarche provocatrice" du président tunisien Kaïs Saïed



M. Aabadila Malainine Semlali a fustigé la démarche provocatrice du président tunisien Kaïs Saïed suite à l’accueil réservé au chef des séparatistes à Tunis, dans le cadre de la 8ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 8).

M. Aabadila Malainine Semlali cite à titre d’exemple le militant vétéran Mouncef Marzouki, l’ancien président de la République tunisienne, qui a considéré cet accueil (théatral) suspect comme risquant de briser le rêve de l’édification de l’Union du Maghreb, au profit de manœuvres séparatistes et d’Etats fantoches faciles à contrôler de l’extérieur.

Sans ambages Un ex-chef d’Etat rappel un chef d’Etat à l’ordre.

"En signe de gratitude au 300 millions d’euros que les militaires d’Alger ont décidé de verser au nouveau dictateur tunisien et ce au détriment du peuple algérien écrasé par la pauvreté, ce dernier a décidé de réserver un accueil officiel au chef de la milice armée du polisario soutenu par le palais d’Elmouradia .

Sans tarder, l’irréductible défenseur acharné des droits de l’ Homme, Moncef Marzouki, l’ex- chef d’Etat tunisien, n’a pas tardé à remettre les pendule à l’heure à son successeur. Sans Ambages il a fermement condamné cet accueil présidentiel réservé à un chef d’une milice armée qui des années durant est derrière une tension devenue, depuis, obstacle au rapprochement et à la bonne entente des Etats de la région.

Outre sa ferme condamnation Moncef Marzouki a également, tenu à rappeler à son successeur l’irresponsabilité de son acte et sa nuisance aux intérêt de la Tunisie.

Cette scène théâtrale n’aura aucun effet négatif sur la grande audience favorable dont jouit le Maroc pour ce qui est de sa première cause nationale. Et, comme la bien souligné l’ex-chef d’Etat et défenseur des droits de l’homme au niveau international cet acte insensé ne fera que nuire à la Tunisie et le premier qui aura à en subir ses retombées néfastes sera son actuelle présidence.

Un accueil pharaonique ou non de la part d’un président en proie à un désarroi indescriptible ne fera pas oublier à la communauté international et au monde en général que le conseil de sécurité des Nations Unies avait successivement émis 18 résolutions confirmant la fiabilité et viabilité du projet d’autonomie marocain qui reste l’unique, l’idoine et incontournable solution au conflit du sahara." Aabadila Malainine Semlali


Répondant à l'appel de feu le Roi Hassan II : « La patrie est clémente et miséricordieuse » Aabadila Malainine Semlali, Son nom figure parmi les cadres du mouvement séparatiste ayant répondu à cet appel lancé en 1989, ceux qui sauteront le pas et rallieront la patrie. Le retour au Maroc s’est accompagné d’une véritable ascension sociale pour les concernés. Certains sont devenus de hauts responsables d’autres ont été élus au Parlement ou encore ont monté leur propre affaire, sous l’œil bienveillant de l’Etat.

Aabadila Malainine Semlali avait occupé les postes suivants au sein de cette entité fantoche


  • 1983 à 1989 : membre de la rédaction du journal "sahara libre" du polisario et speaker en langue arabe à la radio;

  • 1989- 1990 : Membre du groupe de presse à la soi-disant "ambassade" de l'entité fantoche à Alger.

Après son ralliement Aabadila Malainine Semlali, a occupé les postes suivants au Royaume du Maroc:

  • Administrateur adjoint au ministère de l'interieur.

  • Administrateur Adjoint au service économique et Social de la province de Oued Ed-Dahab.

  • Chef de service de presse Chargé de l'insertion des ralliés à la Mère Patrie.

  • Il est aussi ,Président de l'Association "Arrai" pour la Defense de la Marocanité du Sahara.

108 vues0 commentaire
bottom of page